Magazine

Marketing pour les pauvres

Publié le 14 février 2008 par Frednetick

Je me faisais la remarque l’autre jour que les pauvres ne savent pas se vendre. Et pourtant, c’est enfoncer les portes ouvertes ou bleues que de dire qu’ils sont les moins bien placés pour ne pas avoir ce talent, vu qu’a priori, c’est eux qui en ont le plus besoin.

Décidé à faire quelque chose pour eux, c’est mon côté saint-bernard (trop alcoolisé) abbé pierre (trop mort) Augustin Legrand, je m’en vais donc leur distribuer quelques bons conseils. Je vous engage à les imprimer (sur du papier recyclé, c’est très Grenelle 2.0) et à les diffuser largement autour de vous, c’est obligé vous cotoyez des pôvs (ou alors vous vivez dans le 16ème, à Courbevoie, Suresnes ou Neuilly).

Se précipiter sur la suite (mais sans quitter cette page !)

Ami(e) Pauvre, très cher(e) amie

N’y voit pas de mauvais esprit de ma part mais c’est vrai que quand même tu coûtes super cher à la société hein, le pauvre?

Alors pourquoi n’y mets tu pas du tiens pour t’en sortir? Pourquoi te négliger? Pourquoi ne pas être un winner dans ta tête? Hein Bertier? Pourquoi accueillir la déchéance comme on accueille la mort, avec résignation? Car c’est bien ça, tu accueilles ta mort sociale avec le sourie édenté et béat de la mariée de force en Afghanistan. Reprends toi ami(e) pôv !

Premier conseil à nos ami(e)s pôv étrangers: Apprends le français. En ignorant les “s’il vous plait” pour des Allah- hu-aackbur tu réduis ta cible potentielle aux seuls musulmans de France. Ils ne sont que 4 à 5 millions et pas tous sensibles au côté “purificateur” de la Zakât, le don aux pôv. Avec quelques mots bien sentis vous trouverez un panel susceptible de répondre à vos besoins de calories bien plus étendu.

Troque donc les Allah- hu-aackbur pour ceci:

Hé ! bonjour, Monsieur du passant(Mademoiselle de la passante).
Que vous êtes joli(e) ! que vous me semblez beau(belle) !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ce métro.

Tu adapteras la phrase à ton lieu de mendicité, et les passants, frappés de tant d’érudition auront pour toi une affection instantannée, fouillant leur poches à la recherche de la menue monnaie qu’ils faisaient semblant de ne pas avoir.

Second conseil à nos ami(e)s pôvs: Soigne ton apparence. Perdre un peu de temps sur ton activité de démarchage de donateurs peut s’avérer payant si tu profites de ce temps pour travailler ton apparence. Quelques pompes, quelques kilomètres de course te feront paraître plus en forme, plus jeune, plus avenant(e). Ne néglige pas cet aspect, ton aspect !!

Troisième conseil: Travaille le packaging. Un bon produit est un produit attirant. Troque donc ces guenilles pour des vêtements flashy, ou construis toi au contraire un vrai look. Les collecteurs de vêtements sont un peu ton boulevard Haussman, il faut juste que tu apprennes à marier les choses avec le goût très sûr de Vanity Fair. D’ailleurs, et c’est un avantage pour toi, la mode est au mélange hétéroclite (j’ai pas dit hectolitre), tu es donc super favorisé(e)!

Quatrième et dernier conseil, développe un talent. Rien n’impressionne plus le passant que celui qui tente de s’en sortir en mettant en avant son talent. Je ne te conseille pas d’aller faire le pitre sur M6 mais tu dois trouver au fond de toi les ressources pour présenter quelquechose, peu importe ce que c’est. A Boston il y a quelques années, j’avais ainsi vu une foule considérable (100 personnes au moins) se masser pour écouter un pôv jouer des percussions sur des pots de peinture en plastique (les gros, ceux de 50L) renversés et avec ses seules mains et un sens du rythme évident. Au lieu d’être un pôv, tu seras un artiste, et ce pays adore les artistes.

Voilà, ami(e) pôv, cesse de te morfondre et de vivre aux crochets de la société sans rien lui apporter. Cela suffit maintenant. Les gens bien qui travaillent et suent (parfois beaucoup si j’en juge par les effluves du métro) pour gagner leur vie n’aiment pas les punaises dans ton genre. On se casse pas les couilles à taffer pour que des vermines dans ton genre vienne nous sucer le sang !!! (censuré par le bureau de vérification du bien parler aux pôv) Merde quoi, prends toi en main!

Allez ami(e) pôv, soit fort, bats toi et deviens un winner. La société t’en sera reconnaissante. Et ces conseils, ami(e) pôv, ils sont gratuits, c’est dire combien je t’apprécie même si l’on ne se connait pas. Je préfère t’apprendre à pêcher plutôt que de te donner du poisson, tu me remercieras plus tard.

Signé: John Doe, liberal, ami du MEDEF et des Pôvs, troubadour de l’insertion et du pactole.

Cacher cette brillante littérature


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frednetick 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte