Magazine

"Balada triste de trompeta."

Publié le 29 juin 2011 par Alexcessif
Vu "Balada triste de trompeta" de Alejandro de la Iglésia. Film espagnol en V.O pas dans tous les cinés. La scène d'ouverture: un spectacle de cirque interrompu par l'irruption de l'armée républicaine (historiquement les "gentils" mais fô pas rêver, il y a le même quotas de  salauds des deux cotés en temps de guerre (ou de paix) avec enrôlement de force des spectateurs et des acteurs pour aller se faire tuer illico par l'armée franquiste. il y a des rires enfantins couverts par le claquement de la mitraille et des scènes de batailles en costume d'Auguste, des pelotons d’exécution sous la bénédiction des curés, l'accolade Franco/Hitler, des cours d'écoles où les enfants de maternelle font le signe nazi, L’E.t.A, des militaires à cheval dans les églises, des couronnes d'épines et des pieds cruxifiés, le délabrement des villes dans l’exubérance de la paix revenue. il s'ensuit un très visuel monologue en forme de diaporama fantastique d'images montées superbement. Décadence, humiliation, enfances volées. L'histoire, d'abord poétique, se transforme sous nos yeux en histoire d'amour pathologique (car l'amour est une maladie mentale, hein on est d'accord?) de femmes battues qui en redemande, des scènes érotiques et insanes, de la violence rendue esthétique d'hémoglobine noire et nous ne savons jamais dans quel espace de mutation le récit dérive.  Enfin, car nous sommes épuisés, noyés par ce déferlement monochrome, le portail de sortie s'ouvre gore, sanglant et allégorique en deux vantaux sur le final onirique, christique et vertical d'une varappe tragique à l'assaut de la vertigineuse croix érigée, isolée en pleine montagne, sur une église.
Certaines scènes insoutenables, grand-guignolesques, sanguinolentes, d'un hyper réalisme parfois malsain. Sans compter que les fringues marronnasses des seventie’s, c'est raide. N'y vas pas! Ce qu'en dit Première: Balada Triste de Trompeta. L'histoire ? En Espagne, pendant la guerre civile, un enfant est séparé de son père, clown de profession qui est emprisonné puis tué. Dans les années 70, parvenu à l’âge adulte, le fils devient clown triste dans un cirque itinérant et tombe amoureux de la femme de son chef. De La Iglesia a mis son style foisonnant au service d’un cours d’histoire étalé sur plus de trente ans, évoquant des évènements réels ou fantasmés à travers des images d’archives, des décrochages surréalistes, des ellipses temporelles et des références allant des monstres d’Universal à Tod Browning. Le résultat est sidérant, drôle, flippant... en un mot excessif. Comme le prouve cette bande-annonce."

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alexcessif 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte