Magazine Voyages

Bena, île de Florès, 6 juillet 1993

Publié le 06 juillet 2011 par Safran
Bena, île de Florès, 6 juillet 1993
Bena, île de Florès, 6 juillet 1993
Ce matin, visite d'un beau village traditionnel Ngada - voir le Quid, chapitre Ethnologie - du nom de Bena.Les bus n’y passent pas, nous devons louer une voiture. Je vous entends d’ici : “Et il est où, le bureau Avis-Hertz à Bajawa ?” Ben, y’en a pas ! Il suffit d’en parler autour de soi : c’est le patron du restaurant Wisata qui propose de nous conduire en jeep jusqu’à Bena.
Bena, île de Florès, 6 juillet 1993
Une route sauvage, défoncée, étroite et sinueuse, bordée de fleurs et de bambous géants nous mène jusqu'au village, au pied du mont Inarié.

Bena, île de Florès, 6 juillet 1993
Nous voici au cœur de la nature, environnés de cris d’oiseaux inconnus, enveloppés dans la brume matinale, à mille lieues de la civilisation. Ah bon ? Il faut payer un droit d’entrée ?

Bena, île de Florès, 6 juillet 1993

Séchage du maïs


Mais le village est beau, serein : les maisons sont en bambou, avec un toit de palmes ; sous quelques vérandas, des femmes travaillent devant leur métier à tisser, dents et lèvres rougies par une chique de bétel, chiens et enfants autour d’elles.

Bena, île de Florès, 6 juillet 1993

La pluie s’est mise à tomber, et nous nous sommes assis sous une véranda au milieu des enfants enveloppés dans leur sarong. Je leur fabrique la cocotte-qui-remue-les-ailes-quand-on-lui-tire-la-queue, et je leur montre mon tour de magie favori. Grand succès, comme d’habitude !

Bena, île de Florès, 6 juillet 1993

Bena, île de Florès, 6 juillet 1993

En échange, ils nous chantent leurs airs préférés, à très nette tendance polynésienne ; un petit moment de bonheur que j’enregistre sur le dictaphone.

[Chansons d'enfants]
La population est très mélangée à Florès : certains ont le type malais comme à Java, d’autres sont d’origine chinoise - comme d’habitude, ce sont les commerçants -, et d’autres annoncent déjà les îles du Pacifique, avec leurs cheveux crêpus, et leur nez épaté.
Bena, île de Florès, 6 juillet 1993

La plupart des habitants sont catholiques, version animiste, et l’on nous demande souvent quelle est notre religion. Je peux alors prendre mon plus bel accent et répondre en indonésien : “Katolik.” Alors, les yeux s’arrondissent d’étonnement, et semblent dire : “Nous sommes donc du même monde !”

Vous ne le savez pas, j’ai fait de gros progrès en indonésien. Maintenant je parle aussi bien indonésien que Picou anglais, et comme lui, j’ai beaucoup de mal à comprendre les réponses…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Safran 276 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine