Magazine Régions du monde

115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3

Publié le 17 mai 2011 par Melaniepiqpiq
Jour 4
Pas non plus conforme à mes plans initiaux, mais agréable aussi.
J'avais loué une mobylette pour explorer les alentours à mon rythme avec cette impression de liberté que j'aime tant. Il s'est bien sûr mis à pleuvoir pile poil au moment où j'ai démarré, je me suis dit naïvement et optimistement que ça n'allait être qu'un crachin passager... tu parles, 2 minutes après il pleuvait des seaux, résultat je me suis retrouvée (Bouddha soit loué je n’étais pas encore sortie du village) dans un café à peaufiner mes bases de thaï.
Sont passés 2 Anglos-Saxons (un Anglais et un Irlandais plus exactement) que je connaissais de vue de ma guesthouse. Ils m'ont proposé une virée en voiture dans un village akha où l'Irlandais avait monté un projet de construction d’école. Faut pas me proposer 2 fois ce genre de choses.
Nous avons été accueillis par une horde de gamins aussi rigolards que boueux.... ce sont eux les véritables trésors nationaux qui valent tous les temples du monde, si vous voulez mon humble avis.
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3je veux les mêmes... ou rien

115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3leur jeu préféré : les glissades dans la boue. On est faits pour s'entendre.
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3vue de la terrasse des chambres chez l'habitant
Nous avons pris le thé chez un Malaisien qui a intégré la communauté il y a quelques années, ayant épousé une fille du village. C'est avec lui entre autres que Noel (l'Irlandais) a monté le projet de construction d’école maternelle. Les enfants vont à l’école primaire hors du village, mais ne sont pas scolarisés avant. Ce projet ne fait pas l’unanimité dans le village. Il ne provoque pas d’animosité à proprement parler, mais surtout de l’indifférence, la priorité n’étant pas du tout à l’éducation.
La question que je me suis posée (et que j'ai posée, d'ailleurs) : ne serait-ce pas un peu impérialiste comme démarche ? Quand je vois le sourire de ces gamins, j'ai plutôt l'impression que ce sont eux qui ont quelque chose à nous apprendre... Et ne risque -t-on pas tout simplement de faire disparaître la communauté, ou du moins d'en changer son essence ? Une fois éduquée et informée sur le grand monde, la jeune génération sera probablement tentée d'aller l'explorer... pour ne pas revenir.
Ce n'est pas comme ça que les organisateurs voient les choses, mais c'est bien sûr un risque.
Ce que je ne savais pas, c'est que les tribus de montagne se « vendent » comme travailleurs journaliers pour des salaires dérisoires parce qu'ils ne vivent pas en auto-suffisance complète. Alors c'est vrai que comme perspective d'avenir, ramasser des feuilles de thé pour les Chinois pour 120 baths par jour (soit 3 euros), ben c'est pas folichon.
Vu de cet angle là, je comprends mieux.
Et ce projet va de pair avec tout un programme d’éducation (mené par le Malaisien) en agriculture durable. C'est ainsi que par exemple il est en train de mettre en place un système d'irrigation qui permettra d'avoir 2 récoltes de riz par an au lieu d'une.
Pour en revenir au projet à proprement parler, il a un peu commencé, concrètement parlant.
Revenez à la photo de mes hilares chérubins crottés un peu plus haut : le « bâtiment » derrière, ben... c'est le brouillon de l’école.
Pour l'instant il n'y a que des poules dedans !! (et des cadavres de bière...)
Ils veulent encore y mettre un sol en béton, des vrais murs, mais le tableau blanc est déjà prêt !!
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3(et contraste si joliment avec mon coup de soleil de la veille)

Quelques cours y ont déjà été donnés.
Ils cherchent des volontaires pour la construction... ça m'aurait bien dit (ne rigolez pas!!) mais vu l'eau qui tombe en cette saison, c'est pas le moment...
Il y a d'ailleurs un lien presentant l'association sur Face Book:
http://www.facebook.com/pages/Akha-Hill-Tribe-Project-Mae-Salong/197876683590558?v=info&sk;=info#info_edit_sections
Nous avons repris la voiture (non sans nous être faits courser par les gamins) pour aller voir de près ces constructions bizarres que j'avais aperçues à l'horizon lors de mon ascension au temple (cf post précédent).
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3photo pourrie mais c'est pas moi c'est le temps, et ça permet de se faire une idée

Je n'avais pas halluciné: il s'agissait bien de théières et tasses géantes.
D’après Noël, il s'agirait d'un projet de construction de musée du thé, qui aurait avorté on ne sait pas trop pourquoi. Manque de moyens ?
L'ambiance sur place est tout à fait surréaliste, on se croirait sur un lieu de tournage abandonné genre Alice au pays des Merveilles.
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3ou la folie des grandeurs ?!
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3
Avec une vue qui s'accorde tout à fait avec le lieu :
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3de loin
115. Chronique d'une vie montagnarde, épisode 3de près
Sur ce... faites de beaux rêves.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Melaniepiqpiq 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte