Magazine Société

Suite et peut-être fin du compte-rendu de cette réunion sur la sécurité.

Publié le 15 février 2008 par Maurice Puault

Vue-g-n-rale-Gug-Comm-Pref-copie-1.jpg
Vue générale de la réunion.

Les participants continuent d'interpeller (poser des questions, mais le ton convivial n'y est pas)les organisateurs qui sont sur une petite estrade.

Participant : il y a des problèmes avec des gens qui sont des pays de l'Est, ils se sont installés sur le site de l'entreprise Musat (carrière de plâtre au bas pays), lorsqu'ils s'en vont d'autres viennent.

Guglielmi : j'avertis ainsi que la Maire, M A M (Michel Aliot Marie, ministre de l'Intérieur) et le commissaire. Le commissariat est trop loin des agressions, presque à côté du périphérique. Il faudrait affecter plus d'effectifs, et des locaux de mis à disposition à Romainville.

Champion : (idem, ndr) il y a aussi les cages d'escaliers dans les HLM ou ses personnes crés des nuisances, il faut faire respecter les valeurs de la république ! dixit

Participant : lors du repas des retraités, nous attendions le car, lorsque 5 individus ont profité d'un d'entre nous qui est handicapé pour l'agresser et le volé !

Préfet (ou sous) : les personnes des pays de l'Est, Roumains ou Bulgares, sont en difficultés sociales, nous sommes allés les voir ce matin avec un interprète, pour qu'elles aillent en centre d'accueil ; à la fin de la semaine prochaine, elles ne seront plus là ! Vous avez exprimez vos désarrois, ect, etc... (D'accord, mais ou iront-elles ? Ailleurs dans la Seine St Denis, ou renvoyé chez eux avec un pécule ? 300 € par adultes et 100 € par enfants)

Avant pour avoir des forces de police au stade de France, il était pioché dans les effectifs locaux, mais maintenant, ce sera des effectifs dédiés. (les participants applaudissent)

Commissaire : les patrouilles sont en patrouilles... ect, ect. (Pendant ce temps-là, le sous (?) préfet s'éloigne pour téléphoner)

Particulier : dans l'immeuble où j'habite, le conseil syndical c'est déplacé pour donner les clés de la porte d'entrée de l'immeuble, au commissariat des lilas, pour qu'il puisse venir dans l'immeuble lorsqu'il y a des jeunes délinquants à l'intérieur.

À la place des 3 communes (Allendé) il y a un commerce qui reste ouvert très tard, et l'on voit un défilé de véhicules de différents départements qui viennent d'ailleurs, nous nous sommes déjà plaint des bouteilles de gaz qui font du bruit en pleine nuit lorsqu'il y a échange. Ce n'est pas du sucre en poudre qu'ils doivent vendre ! Les plaintes n'ont pas été suivies d'effet, beaucoup de promesses... et puis ils iront ailleurs ! (la prise de parole à semble-t-il été très difficile et la personne a du mal à s'exprimer, d'ailleurs, elle avait avec elle des documents qu'elle a voulu donner au préfet)

Commissaire : je fais avec les moyens que j'ai, faites des plaintes, nous ne pouvons pas les refuser !

Beaucoup de participants manifestent leurs désapprobations, car souvent le dépôt de plaintes a été refusé sous diverses raisons.

Participant : j'ai retiré 600 €, puis j'ai rencontré quelqu'un et nous sommes allés boire dans un bureau de tabac ; j'ai fait l'erreur de sortir la liasse de billets devant tout le monde et il y avait un jeune, lorsque je suis sorti, plusieurs jeunes m'attendaient pour me dévaliser.

J'ai été très bien reçu par la police au commissariat, il ne faut pas critiquer la police.

Participant : les gardiens d'immeubles ne sont pas asses ... jeunes ! Lorsque des jeunes squattes, il ne veut rien faire, les gardiens ont un rôle à jouer vis à vis des habitants, il faudrait des contrôles pour qu'ils fassent leurs boulots.

Participant : sur la futur base de loisirs, actuellement, il y a des dépôts d'ordures et de poubelles, des petites motos cré des nuisances pourtant elles sont interdites ?

Commissaire : oui elles sont interdites. (sans plus de propos)

Participant : peut-on déposer plainte contre des mineurs qui ne font pas d'agressions physiques, mais verbales ?

Là, je n'ai pas pu comprendre les réponses qui ont été données, et de plus ce n'est pas clair comme réponses, beaucoup sur l'estrade parlaient en même temps.

Champion : les agents de sécurité sont passés de 3 à 6, mais il n'y en a qu'un qui est assermenté. Bientôt, il y en aura 10 ou 12, en ce moment nous discutons de l'uniforme, et il y aura un véhicule avec un autocollant signalétique. (mais ont s'en fou de l'uniforme, en survêtement ça nous ira très bien, qu'ils soient actifs et tous assermentés ! ndr)

Ils travailleront de 10 h à 24 h (en clair, n'ayez pas besoin d'eux entre 0 h et 10 h, et travailleront-ils 7 jours sur 7 ? (avec les roulements de services et les jours de repos, y aura-t-il asses de personnel ?) Vous pensez que c'est justement dans cette tranche horaire qu'il y aura des agressions ? Mauvais esprit !!)

Le (sous ?) préfet et la commissaire nous disent qu'ils comprennent nos désarrois au sujet des agressions, et qu'ils vont faire tout le nécessaire pour faire arrêter ceux-ci. (Il ne manquerait plus qu'ils ne fassent rien ! )

Cela a continué un peu, mais je ne prenais plus de notés, 2 pages ce n'est pas mal, d'ailleurs tout a été sur le même ton. Si je me rappel de quelque chose d'importent je l'écrirais, ou si vous le voulez, faites un commentaire.

À la fin de la réunion, je suis allé voir la Maire pour lui parler de la distribution du bulletin municipal, dans le quartier des Mares, nous l'attendons encore ce mois-ci et nous allons le chercher en Mairie pour ne pas être informé trop tard ; lorsque nous téléphonons au service concerné, il nous a répondu que ce n'est pas vrai, un appel téléphonique sera fait le mois prochain pour savoir quand le bulletin a été distribué, ce n'est jamais fait !

Réponse : du personnel a changé, cela devrait aller mieux. (et elle est partie)

Les retraités qui le souhaitaient avaient un autocar qui pouvait venir les chercher aux emplacements habituels lorsqu'il y a des sorties, il y a eu de nombreux retraités qui ont fait la demande, mais pour certains, ils ne savaient pas qu'il y avait aussi le retour ! Et de nombreux retraités sont repartis à pied, malgré que je leur ai dit qu'il fallait attendre. Et bien sûr, nous avons été ramenés, mais nous n'étions pas nombreux. Comment penser que le retour n'était pas prévu ? On vous amène, et vous vous débrouillez pour rentrer ? Surprenant comme résonnement.

Pour le cas où il y aurait des oublis ou erreurs, n'hésitez pas à le faire savoir par commentaires ou pas l'adresse courriel sur la page d'accueil.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Maurice Puault 742 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine