Magazine Voyages

Parenthèse argentine, s’expatrier à Buenos Aires !

Publié le 11 juillet 2011 par Zoover @Zoover_France

Buenos Aires MyZooverEnvolons-nous de l’autre côté de l’Atlantique, rencontrer Virginie, une expatriée française vivant à Buenos Aires depuis Octobre 2009. Nous allons voir que la ville est en total décalage avec le reste du pays, principalement de part sa population issue de l’immigration européenne. C’est une cité aux facettes multiples, pleine de charme, alternant parcs et jardins, quartiers aux maisons basses, grattes ciels… C’est certainement la ville à l’aspect le plus « européen » du continent sud-américain.Laissons Virginie nous en dire plus sur le sujet :
 

Bonjour Virginie, pourriez-vous vous présenter en quelques mots?

Virginie ©Virginie

Virginie ©Virginie

Lyonnaise d’origine, 36 ans, je vis en Argentine depuis 1 an et demi avec mon mari et nos deux enfants de 6 et 2 ans. J’ai fait une pause dans ma carrière d’ingénieur le temps d’un congé parental pour vivre cette expérience d’expatriation.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous choisi de vous installer à Buenos Aires?

Mon mari a eu une opportunité par son entreprise pour venir y travailler. Nous ne connaissions pas encore l’Argentine, mais le pays nous attirait de par sa culture latine et nous étions motivés par la possibilité d’apprendre l’espagnol. C’était également une porte d’entrée vers l’Amérique du Sud que nous avions envie de découvrir, nous avons donc accepté.

Buenos Aires, vue de son habitation ©Virginie

Buenos Aires, vu de son habitation ©Virginie

Avez-vous prévu de revenir dans l’hexagone?

Oui, pour des raisons professionnelles, nous rentrerons en France d’ici quelques mois. Mais dans l’idéal, nous aimerions ensuite enchainer sur d’autres pays.

La Fiesta de la Tradición, quelques kms de Buenos Aires.

La Fiesta de la Tradición, quelques kms de Buenos Aires. ©Virginie

Quel(s) obstacle(s) / difficulté(s) avez-vous rencontré lors de votre arrivée dans la ville?

La première difficulté a été la barrière de la langue puisque je ne parlais pas un mot d’espagnol en arrivant. Pas évident de gérer toutes les démarches liées à une installation dans un pays où quasiment personne ne parle anglais ni français.
La seconde difficulté a été de s’habituer à la lenteur de certains processus, il nous a, par exemple, fallu 7 mois d’attente et supporter de nombreux lapins posés par les techniciens de l’opérateur téléphonique pour avoir le téléphone fixe installé.

Qu’est ce qui vous a le plus marqué lorsque vous êtes arrivée en Argentine?

Le fait que c’était finalement beaucoup plus européen que ce que j’imaginais. J’ai aussi été frappée par le nombre de personnes qui faisaient du sport, que ce soit à l’extérieur dans les parcs ou dans les clubs.

Les Argentins sont-ils, d’une manière générale, accueillants?

Oui, ils sont spontanés et ouverts, il est assez facile de s’intégrer…

Restaurant Osaka, Buenos Aires ©Virginie

Restaurant Osaka, Buenos Aires ©Virginie

A Buenos Aires, il existe des restaurants de toutes nationalités et pour tous les gouts. Dans cette jungle culinaire, avez-vous des (très) bonnes adresses à nous conseiller ?

- Un restaurant argentin de Parilla, avec de la viande qui font dans la bouche et une salle décorée de maillots de foot : El Pobre Luis ( 2393 Arribenos, Belgrano)
- Un restaurant italien authentique, il n’y a pas de menu et le serveur vous apporte directement ce que le chef a préparé : Guido’s Bar (República de La India 2843, Palermo)
- Un restaurant péruvien-japonais, « Osaka », assez cher mais tellement délicieux qu’il faut réserver 2 semaines à l’avance (Soler 5608, Palermo)

La cuisine argentine diffère-elle vraiment de la cuisine traditionnelle française ? Que nous conseillerez-vous comme spécialité à goûter absolument sur place?

Oui cela n’a rien à voir, je dirais que la cuisine française est beaucoup plus diversifiée, la cuisine argentine tourne essentiellement autour de la viande grillée à la parilla, le ‘barbecue’d’ici. Il faut absolument goûter aux mollejas (ris de veau grillés), aux pièces de viande grillées comme le Lomo ou le Bife de Chorizo, ou aux empanadas (petits chaussons fourrés généralement à la viande ou au fromage). Sans oublier les glaces, excellentes en Argentine, et la dulce de leche (confiture de lait que les Argentins mettent dans toutes les pâtisseries)

Les français sont-ils globalement appréciés en Argentine ?

Oui, énormément ! Je ne l’ai jamais ressenti à ce point dans un autre pays étranger.

Palermo_Viejo

Palermo Viejo ©Zoover images

Devant une mégapole comme Buenos Aires, avec ces 13 Millions d’habitants, il est difficile d’éviter la foule. Avez-vous des pistes de lieux s’écartant des sentiers battus mais qui restent tout de même caractéristiques de la ville ?

Il faut aller flâner dans les rues de Palermo Viejo, très agréable avec ses rues pavées, ses maisons basses typiques et ses boutiques de jeunes créateurs.

Quels sont les gestes de bonne conduite à adopter à Buenos Aires comme dans le reste du pays afin d’éviter l’incident diplomatique?

Ne pas hésiter à saluer les personnes que vous rencontrez avec une bise, une seule, sur la joue droite, même si vous ne la connaissiez pas avant et qu’il s’agit par exemple de votre médecin… Et plus que partout ailleurs, dans les transports en commun céder immédiatement sa place aux femmes enceintes ou avec enfants en bas âge et aux personnes âgées. Dans le bus, les argentins sont courtois et galants et il serait extrêmement mal vu de ne pas faire de même.

Racontez-moi votre meilleur et votre pire souvenir?

Mon meilleur souvenir ce sont les odeurs de viande grillée qui s’échappent de tous les coins de rue dès qu’il fait beau, quasiment toute l’année.
Mon pire souvenir, ce sont les nombreuses heures passées dans les démarches administratives pour l’obtention de mon dni, la carte d’identité argentine. La réponse a été donnée 8 mois après le dépôt du dossier qui a été refusé sans que je sache pourquoi !

Cela fait 2 ans que vous avez posé vos bagages en Argentine. Depuis tout ce temps, vous avez pu découvrir le pays, aussi vaste soit-il. La ville de Buenos Aires est-elle considérée comme étant représentative du reste du pays ? Avez-vous noté des différences majeures ?

Buenos Aires n’a rien à voir avec le reste du pays. Tout y est différent, les mentalités, l’accent, le physique des gens, le rythme de vie… L’Argentine est divisée en 2 parties, Buenos Aires et le reste du pays (que les habitants de la capitale appellent El Interior)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zoover 1033 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine