Magazine Côté Femmes

Ce que veulent les hommes

Publié le 12 juillet 2011 par Juval @valerieCG

DAns le mag pour bonnes femmes (peut-être est ce la même chose dans les mags pour hommes me direz-vous) il y a toujours le papier « mais kes kils veulent les zhoms ».

Psychologies ne fait pas exception à la règle sauf qu’il se fend d’analyses pseudo psychologisantes et surtout généralisantes.

Mise en abîme : Conseils d’hommes adressés aux femmes

Quand je lis ce genre de trucs, j me dis que j’aurais vraiment dur m’orienter vers une carrière de coach en séduction, de décrypteur du cerveau humain ou autres PNL. Au moins je serai riche.

Nous avons donc trois malins qui vont expliquer, aux femmes, ce que sont les hommes.  parce que tout le monde sait bien que tous les hommes sont pareils.

Si on résume :

- un homme a peur de se prendre un râteau.

- un homme aime mieux les femmes qui sourient et ont de l’humour

- un homme tarde à rappeler

- parfois un homme ne rappelle pas

Moralité : nous sommes tous des hommes.

Evidemment rappelons nous que tout homme voit en une femme qui couche avant le 5eme soir, une pute.

En bonus ; l’inénarrable « Ces hommes qui n’ont plus envie de sexe »
« Pour expliquer cette baisse de libido masculine, la psychanalyste Hélène Vecchiali dénonce tout d’abord une forme de violence insidieuse : « La société valorise le féminin de façon éhontée. La douceur, la parole, le consensus, au détriment de ce qui est pointu, piquant, tranchant. Il est demandé aux hommes de développer des qualités féminines, comme si les femmes avaient tout juste et les hommes tout faux ! » Comment en rester un quand tout ce qui est constitutif du masculin est considéré comme brutal, agressif, violent ? Comment désirer avec des valeurs et des mots étrangers à soi ? Les femmes n’ont pourtant rien à gagner de cette dévalorisation des valeurs masculines. « Elles ont besoin d’admirer un homme pour l’aimer, poursuit la psychanalyste. Besoin aussi d’être désirées, car elles ont à réparer une double blessure imaginaire : celle d’avoir déçu leur mère en n’étant pas le garçon qui l’aurait comblée, à laquelle s’ajoute la peine d’avoir dû renoncer à leur père qui préférait leur mère. Les femmes sont donc perdantes sur les deux tableaux : elles vivent avec des hommes qu’elles n’admirent plus et qui ne les désirent plus. »

Je vous laisse méditer là-dessus.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juval 59548 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine