Magazine Société

Du courage... pour attaquer DSK...

Publié le 19 juillet 2011 par Philippejandrok

12653f92464d1e717eae38ff97f67de3.jpgIl faut, il a fallu beaucoup de courage à cette jeune fille pour se décider a porter plainte contre un homme extrêmement puissant qui avait déjà un genou a terre. Alors qu’il était en détention à Ryker’s Island, Tristane Banon, une de ses victimes, refusa d’emblée de porter plainte pour tentative de viol et agression sexuelle contre DSK, ni de collaborer par son témoignage à l’accusation ou à la défense de la victime présumée et puis, coup de tonner, la victime n’est peut être pas celle que l’on croit et la condamnation d’un prédateur sexuel à New York s’étiole au fur et a mesure du développement et des soubresauts d’une affaire qui n’en fini plus de nous surprendre.
Hier, la victime Nafissatou Diallo avait menti mais aujourd’hui, les cartes magnétiques donnant accès aux chambres du Sofitel corroborent le scénario de la femme de chambre qui n’est peut-être pas la prostitué que l’on voudrait qu’elle soit et puis, soit dit en passant, le métier de prostituée est aussi louable que celui d’homme politique, il n’y a que l’emballage qui change.
 
Son fiancé, enfin, l’homme à qui elle a parlé de DSK quelques jours après l’agression, détenu dans une prison d’état pour trafic de drogue entre autre, déclare qu’il s’agit d’une honnête femme, et même si lui est un homme à femme cela ne prouve toujours pas que cette femme soit mauvaise et qui nous prouve que DSK est bon, surtout après toutes les casseroles qu’il traine depuis des années, car cet homme à femme est d’un tout autre niveau, et parce qu’il serait riche, il serait plus crédible ?
Le problème d’une grande partie des personnes condamnées dans le monde est qu’elles sont pauvres et qu’elles n’ont pas les moyens de s’offrir de bons avocats, DSK de son côté, s’est offert les services des deux meilleurs avocats de New York dans les heures qui ont suivies son incarcération, et ce n’est pas donné à toute le monde.
 
On n’en sort pas de cette histoire et chacun trouve son propre mensonge qu’il affirme comme une vérité divine. DSK a beaucoup à perdre, trop, il est donc près a toutes les dispositions, les contradictions et les mensonges pour « laver son honneur » et pour se tirer dans cette mélasse dans laquelle il a lui même marché et cette fois-ci, chacun pourra s'assurer que cela ne portera bonheur a personne. « Laver son honneur », c’est une belle formule pour celui qui est accusé par la meilleure amie de sa fille, par celle dont la marraine n’est autre que l’ex-épouse de l’accusé, « laver son honneur », oui, c’est une belle formule, je la retiens.
La plainte de Tristane Banon, frêle jeune fille, qui, au numéro 13 de la rue Mayet dans le VIe arrondissement de Paris où DSK a une garçonnière vide de meubles, avec pour unique mobilier, un lit et une TV, Tristane Banon qui venait pour l'interviewer à sa demande, se retrouve enfermée et agressée rapidement par « le chimpanzé en rut » qui n’en peut plus de ne pouvoir dominer ses victimes et qui les prend de force. La jeune fille s’est donc « battue » à terre contre cet homme brutal pour lui échapper, et cette bête sauvage avec les femmes n’a pas hésité, selon ses déclarations, à lui sauter dessus pour abuser d’elle, et qui déclarait plus tard à la mère de la victime, Ane Mansouret, élue  socialiste, qu'il ne savait ce qui lui était arrivé tout en reconnaissant les faits, mais en les minorant, celle-ci ajoute dans son témoignage à la police que l'ex-épouse de DSK lui aurait répondu ce que DSK lui aurait dit et qu’elle a nié par la suite :
  :
-   Je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai couché avec la mère, j'ai pété un cable quand j'ai vu la fille. (DSK)
 
"Pété un cable", sans doute, mais avec préméditation, on perd rarement la tête avec péméditation selon la chronologie des faits. Cette mère à moitié "complice" qui déclare à la police avoir eu une relation sexuelle avec DSK, relation violente de la part de cet homme vis à vis d’elle, qui a eue lieu dans les bureaux de l’OCDE à Paris ou DSK avait été nommé en 2000.
Voilà donc ce que font ceux qui nous gouvernent dans leurs bureaux… et 50% des français croient encore que cet homme est digne de les représenter ?
 
Tristane Banon ajoute que lorsqu’elle a tenté de porter plainte contre DSK, l’avocat qui s’est chargé de monter le dossier avait déjà une pile de cas similaires déjà très importante contre lui, il n’en n’était donc pas à sa première vilaine action, confirmée par la mère de la victime :
 
- Il se comporte avec l'obscénité d'un soudard... (l'Express, Anne Mansouret)
 
- Ça, c’est la connerie générale, s’il fait ça, c’est qu’il peut faire n’importe quoi, disait de lui Roger Hanin choqué, à la suite de cet épisode malheureux raconté par la jeune femme.
 
- Je lui ai dit le mot viol pour lui faire peur, ça ne lui a pas fait peur plus que ça, comme quoi apparemment il était accoutumé… (Tristane Banon) http://video.fr.msn.com/watch/video/dsk-le-temoignage-de-tristane-banon/13q60bed9
 
- "Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'ai couché avec la mère, j'ai pété un câble quand j'ai vu la fille."
 
Pourquoi aurait-il été impressionné, des rumeurs courraient déjà sur ses comportements douteux vis à vis de certaines de ses étudiantes, mais aucune plainte n’avaient été déposé et pour cause, si une étudiante veut obtenir son diplôme, il est dans son intérêt de se taire, c’est de la pure logique et il le sait, c’est donc clairement de l’abus de pouvoir.
 
Si tous les enseignants se comportaient ainsi, on ne pourrait plus envoyer nos filles dans les universités. Donc, cette plainte de Tristane Banon a eu pour réaction immédiate de pousser DSK a attaquer son accusatrice pour dénonciation calomnieuse, c'est vrai quoi, qu'ont elles toutes ces femmes à s'acharner contre cet homme qui leur veut tant de bien ?
 
Vraiment, on se le demande ? La moitié des français se le demande et 50% d’entre eux restent absolument persuadés qu'il s'agit là d'un coup monté, pourtant DSK ne pouvait pas éternellement passer à travers les mailles du filet de la probité, des soupçons sur ses comportements sexuels, ses habitudes, ses fréquentations dans certains clubs, ce n'était plus un secret pour personne depuis des années, y compris l'affaire Tristane Banon qui avait elle même évoquée son agression sexuelle avec DSK dans un livre puis, lors du repas en question avec T. Ardisson et ses invités. Mais la raison d’état et des relations importantes avaient fait taire la victime (les victimes), les visées carriéristes d’une mère, qui regrette à présent d’avoir empêché sa fille de réclamer justice, celle d’un homme politique puissant qui a son rôle à jouer pour le pays et le prétexte que cette jeune fille ne ferait jamais carrière si elle dénonçait cette agression.
 
De toute façon, elle avait déjà des difficultés sans même porter plainte et pour cause, il faut toujours effacer ses traces lorsque l’on a les ambitions de DSK. Enfin, toutes ces accusations font beaucoup pour un seul homme et ne dit on pas qu'il n’y a pas de fumée sans feu ?
 
Mais le plus épouvantable dans cette lamentable affaire est de constater que notre pays qui est un exemple pour le monde  en matière de Droit de l'Homme, vit, encore aujourd'hui et malgré les acquis de la Révolution toujours sur des critères de l'Ancien Régime avec les privilèges des puissant contre une majorité qui souffre et qui trime alors que nos politiques en profitent pour s’autoriser tous les abus, les prises d'intérêt, et dans le cas de DSK celui de s'autoriser à prendre les femmes comme il l'entend au mépris de leur confort et qualité et de la façon la plus violente qui soit. Inutile de revenir sur le sujet, mes précédents articles sont suffisamment éloquents et riches en témoignages vérifiés et crédibles sur le comportement de DSK avec les femmes.
 
DSK nous offre deux combats, celui de la défense des femmes et l'abolition totale des privilèges de nos politiques qui sont indignes comme les aristocrates à la cour des rois de France. Je ne parle pas de la noblesse de province qui, souvent loin de Versailles, était à peine plus riche que ses cerfs. Toutes ces affaires n'en font qu'une et n'en déplaise a ces gens de pouvoir qui font tout pour nous faire taire, notre devoir de démocrate est bien de dénoncer vertement ces comportements indignes, c'est notre tradition culturelle depuis le 14 juillet 1789, c'est ce qui nous distingue de tous les autres pays du monde, d'espérer pouvoir permettre à chaque citoyen d'avoir les mêmes droits pour tous et pour chacun, mais malheureusement, notre souhait est une image d'Epinal bien dessinée sur une carte postale jaunie que nous avons tous accrochée sur le mur de notre conscience culturelle.
 
Mais ne devrions nous pas nous battre pour faire respecter ce pourquoi nos aïeux se sont battus, sinon, tous ces sacrifices auront été vains ? Donc pour tous ces morts, nous avons le devoir d'appliquer les mêmes règles pour tous et DSK, ex-ministre, ex-directeur du Fond Monétaire International, futur présidentiable, ne doit pas échapper à sa condamnation pour tous ces crimes d'agressions sexuelles répétées sous prétexte d'impunité. Il n'y a aucune impunité pour des hommes de pouvoir qui abusent allègrement de leurs privilèges pour asservir de moins puissant qu'eux, et pourtant, si, il y en a une et principalement en France.
 
Dernièrement, je lisais dans la presse internationale qu’Anne Sinclair était bien décidée à se venger sur celles et ceux qui n’avaient pas défendus son époux dans la tourmente, une tourmente qui lui a fait perdre son siège de première Dame de France. Mais aujourd’hui, elle est la première Dame de France, tout le monde ne parle que d’elle et de son mari et si elle doit en vouloir à quelqu’un, ne serait-ce pas au premier intéressé, son mari, qui, s’il avait gardé son six coups dans son Holter, serait aujourd’hui le candidat le plus solide face à Nicolas Sarkozy ? Victime de ses pulsions, de ses travers, de ses habitudes perverses et violentes.
 
Il faut cesser de trouver des coupables ailleurs, lorsque l’on sait qui est le principal responsable des rumeurs, quoiqu’il ait fait dans cette histoire avec cette femme de chambre, ce n’est certainement pas digne d’un homme qui brigue des fonctions aussi importantes, au lieu d’être un exemple à suivre, il est devenu le symbole de l’abus de pouvoir et de l’argent, alors, les histoires de vengeance, cela me paraît si ridicule, mais après tout, ne vivons nous pas une époque formidable…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine