Magazine

L’homme : questionnement ou problème?

Publié le 18 juillet 2011 par Bobby @MissBobbyD
Je laisse un peu le cinéma de côté, pour vous parler de ma vie (ça faisait tellement longtemps) et de mes questionnements matinaux.
Le lundi matin, je rattrape mon retard de la semaine concernant la lecture des blogs. Aujourd’hui, je lisais Emilie Sunny qui nous racontait ses mésaventures masculines (je me sens moins seule) et plus particulièrement de la susceptibilité au masculin. Oui, oui. Messieurs, vous êtes susceptibles ! Vous ne le reconnaissez pas, c’est tout.
Quoiqu’il en soit, cela m’a fait penser à une petite chose. Je ne sais pas si je suis la seule à m’interroger de la sorte, mais c’en est limite déprimant.
Quand je rencontre un homme ayant de grosses chances de me plaire, j’ai ce réflexe fataliste de me poser cette question : qu’est-ce qu’il va me sortir lui ? En général, ce n’est pas compliqué, ces deux refrains reviennent :
-   Je n’ai pas envie de me caser, amusons-nous !
-   Je suis déjà casé, amusons-nous ! Variante façon R. : je suis déjà casé et je ne sais pas quoi faire (dans 10 ans, il se tritura encore le cerveau à défaut d’autre chose)
Alors, quand se pointe un nouveau bonhomme, mécanisme de base : quel coup va-t-il me faire ? C’est triste je trouve d’avoir été formatée comme ça, d’avoir des aprioris avant même de commencer quoique ce soit. Non ? C’est donner un capital chance de départ assez faible. Toutefois, je ne désespère pas, j’attends toujours celui qui me donnera tort.
Et au passage : messieurs, je n’ai plus envie de m’amuser juste pour le plaisir de s’amuser. Compris ? Merci.
 L’homme : questionnement ou problème?
Actuellement, en matière de coup de cœur, ça me passe un peu au-dessus. Il y a bien cet homme qui habite la même ville que moi et que je croise trop peu dans le RER. À chaque fois, je me demande comment nous faisons pour ne pas tomber dans les couloirs tant il est impossible de décrocher notre regard de l’autre, comme si plus rien n’existait autour de nous. C’est beau non ? Oui, mais c’est rare.
Sinon, je m’amuse beaucoup de certains mecs que je croise au boulot et qui me regardent comme si j’étais un Kinder Bueno. Mon ego s’en voit fort flatté.
À part ça, je ne cherche pas. Je me consacre à mon travail qui me plait et qui porte ses fruits. Je vous avouerai que je ne sors pas trop durant les week-ends, préférant glander et rattraper mon retard cinématographique (avis aux cinéphiles, on peut faire des sessions de rattrapage groupées).
Pour rappel : samedi 23 juillet aura lieu mon pique-nique, au parc de Belleville, vous êtes évidemment TOUS le bienvenu.
Si j’ai des infos croustillantes, je sais où vous trouver.
PS : Au cas où un doute subsisterait, je suis passée à autre chose. Oublié, envolé le dernier qui m’a causé du chagrin. Un poids en moins.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bobby 15396 partages Voir son blog