Magazine Environnement

L'Assemblée nationale allemande vote le captage-stockage de carbone

Publié le 19 juillet 2011 par Bioaddict @bioaddict

L'Assemblée nationale allemande vote le captage-stockage de carbone

Le Bundestag, l'équivalent allemand de l'Assemblée nationale, a voté le 7 juillet une loi qui autorise les centrales à charbon à tester le captage-stockage de carbone (CSC). Mise au point pour lutter contre le changement climatique, cette technique est pourtant vivement critiquée.


Le Bundestag, l'équivalent allemand de l'Assemblée nationale, a voté le 7 juillet une loi qui autorise les centrales à charbon à tester le captage-stockage de carbone (CSC). Mise au point pour lutter contre le changement climatique, cette technique est pourtant vivement critiquée.

Le captage-stockage de carbone est un procédé consistant à récupérer le CO2 rejeté lors de la combustion de gaz ou de charbon pour l'enfouir sous terre, à plus de 800 mètres. Dans un pays comme l'Allemagne où 40% de l'électricité provient encore de centrales à charbon qui rejettent beaucoup de CO2 dans l'atmosphère, cette technique représente a priori une alternative intéressante.

Mais les voix s'élèvent pour dénoncer les éventuels dangers pour l'environnement et la santé humaine. Du côté des ONG, le sujet divise : Greenpeace et Bund (la branche allemande des Amis de la terre) considèrent que la séquestration du carbone encourage le recours aux énergies fossiles et trouvent le procédé dangereux, tandis que le WWF estime qu'il s'agit là d'un bon moyen de réduire les émissions de CO2.

Une clause a toutefois été prévue pour que la Basse-Saxe et le Schleswig-Holstein, deux länder où l'opposition est extrêmement forte, puissent interdire la séquestration. Pour les partisans du CSC, empêcher l'application à grande échelle de cette technique risque de ralentir les innovations possibles. C'est " un sérieux revers pour la protection du climat ", a ainsi estimé Felix Matthes, de l'Institut pour l'écologie appliquée de Berlin. Pour les habitants qui protestent depuis des mois contre cette technique risquée, c'est le soulagement général.

Avant d'être définitivement adopté, le texte doit désormais passer devant le Bundesrat, l'équivalent du Sénat en France.

A lire aussi: Total va enfouir du CO2 sous Terre : un projet qui se dit "écolo" mais qui suscite la panique en France

Laetitia Marcilhacy


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte