Magazine

il paraît

Publié le 19 juillet 2011 par Pjjp44

il paraît
il paraît que pendant les vacances (pour ceux qui y et en sont, bien entendu) l'on profite de la langueur climatique et du: rien faire c'est déjà quelque chose pour, par exemple, en attendant la  prochaine marée (pour ceux qui y et en ont bien évidemment) se laisser emporter par les aventures d'un roman waterproff nonchalamment étendu- cinq minutes de cuisson et puis l'on retourne- (n'oubliez pas le sel de bain) sur une serviette aussi spongieuse que chatoyante. Cette année, les pieux du ciel en ayant semble-t'il à l'heure où je cause décidé autrement, nous re-situerons donc l'action (en tout bien tout honneur) sous la tente , chez mobile-home sweet home ou dans le béton les bruyères avec vue sur la plage.En tout cas et dans tout l'inca, le mot d'ordre, camarades congés payés devant être pour un taon programmé oublier que pendant que l'on se  joue relâche, de  laborieuses carpettes aux ordres et aux  dents longues nous préparent les ni vues ni connues augmentations de saison et autres cochoncetés que l'on découvrira comme pêche à la ligne de la kermesse  paroissiale à  la rentrée  des cartables avec des "Ah ben merde alors, les enf.".
MEHHH!!hum pardonje reprends:Mais, ici même, la vigilance étant de mise (Tu parles, Robert,  à la mi out tu feras bien  tes valisesnon? -le comité des tiques)  point  de lecture lenny fiente mais plutôt sur les conseils à viser de Philippe, la publication d'un texte intitulé " De la sidération à la révolte " (palpitant non? le maitre nageur) et qui revient sur une affaire plutôt récente mais vite oubliée pour passer à autre chose parce que, ça "nous"  arrange , la centrale nippone  qui a fait  pschit , et qui continue à parodier atmosphère est-ce que j'ai une  gueule d'atmosphère dans la plus grande indifférence parce qu'on a pas que ça à faire non plus , merde alors; tiens Kevin vas donc nous acheter des glaces au lieu de baver sur la grande teutonne, tu crois que j't'ai pas vu, ptêt?

De la sidération à la révolte


"Vu et revu à la télévision, ce flot boueux qui emporte maisons, automobiles, bateaux et, on l’imagine, des milliers de corps devenus invisibles. À cet instant, nous comprenons à quel point nous entretenons avec la fatalité une relation difficile. Ce n’est pas tant que nous ne sachions que faire – le moment de la solidarité nous redonnera bientôt une place active, presque un « statut » devant l’indicible –, c’est surtout que nous mesurons notre impuissance face à la nature. Alors qu’une culture d’apprenti sorcier nous enseigne l’illusion de la toute-puissance. La fatalité, les Japonais semblent mieux que nous l’admettre. Est-ce le shintoïsme ou le bouddhisme, comme le suggère dans un bel article Philippe Pons, dans le Monde, ou bien est-ce le côtoiement d’une nature violente – à moins que, précisément, ces philosophies puisent leur origine dans une longue pratique des éléments hostiles –, toujours est-il qu’ils nous paraissent étonnamment calmes dans cette épreuve venue du fond de l’océan et que l’on ne peut imputer à personne. Mais si le fatalisme japonais nous semble admirable devant le séisme, il est une autre catastrophe qui devrait plutôt appeler leur colère. Il s’agit évidemment de la menace de fusion d’un ou plusieurs réacteurs nucléaires qui pèse, à l’heure où nous écrivons ces lignes, sur la centrale de Fukushima Daïchi. Face à elle, nous devons rompre avec notre état de sidération. Car il n’y a pas meilleur ou pire symbole que cette industrie atomique pour méditer notre rapport à la nature et sur ce sentiment de toute-puissance qui a envahi l’humanité depuis plus d’un siècle.
Que le débat soit relancé à partir d’un événement survenu au Japon, le pays qui a payé en 1945 le pire tribut à l’atome, ajoute évidemment à la force du symbole. Mais la France occupe aussi dans l’histoire du nucléaire une place particulière. Nulle part autant que chez nous les sources d’énergie n’ont à ce point été concentrées. L’atome produit aujourd’hui 80% de notre électricité, contre 35% au Japon. Ce qui rend le débat passionnel, et pour ainsi dire impossible. En France, le nucléaire ne s’est pas imposé comme une nécessité, mais comme une idéologie. Et, disons-le, comme un soubresaut de notre empire. Le nucléaire est d’emblée devenu, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, comme un motif de fierté en compensation de notre empire en voie de démantèlement. Comme l’avait fort bien démontré l’historienne américaine Gabrielle Hecht dans un ouvrage remarquable  [1], le nucléaire est rapidement devenu, dans l’esprit des dirigeants français de l’après-guerre, De Gaulle le premier, un « empire déterritorialisé » en remplacement du fameux empire « de Dunkerque à Tamanrasset », cher au Général. Un empire technologique qui assurerait le « rayonnement de la France » partout dans le monde.
Le nucléaire a été pensé par nos politiques comme un nouvel instrument de domination coloniale. Quelque chose qui mêlerait au plus haut niveau d’ambition des objectifs scientifiques, économiques et géostratégiques. Le projet nucléaire s’est immédiatement confondu avec l’identité de la France. On sait combien ces sujets sont délicats. Le corollaire de cet acte de naissance on ne peut plus lourd, c’est l’absence totale de démocratie au moment des principales prises de décision qui, pourtant, allaient engager notre société pour des décennies. Une opacité qui n’a été possible que parce que les forces politiques de la France des Trente Glorieuses (1945-1975) en ont fait un objet de consensus. Il a fallu l’émergence de l’écologie politique, et le début d’une critique radicale des notions de progrès et de productivisme, pour que le nucléaire devienne au moins objet de débat. Un débat balbutié dans la société civile, mais toujours interdit dans la classe politique. Malgré les risques que l’accident de Fukushima Daïchi met en évidence, malgré les multiples inconnues qui entourent la question du traitement des déchets radioactifs, l’heure est au « toujours plus ».
Toujours plus puissant et concentrant toujours plus de risques, comme cet EPR, la centrale « de la troisième génération », déjà en construction à Flamanville, en projet près de Dieppe, et en vente partout dans le monde où passe le VRP Sarkozy. Sans parler d’Iter, prévu pour 2020, en dépit de l’accumulation prévisible de déchets et du maniement à haut risque du tritium. Comme si l’industrie la plus dangereuse que l’homme ait jamais conçue était une fois pour toutes exemptée du principe de précaution. Reste évidemment à répondre à l’argument massue du lobby nucléaire : par quoi remplacer une industrie qui produit 80 % de notre électricité ? On pourrait objecter que nos voisins allemands, qui ne fabriquent que 23 % de leur électricité à partir du nucléaire ne s’éclairent pas pour autant à la bougie. Et qu’ils n’ont pas non plus adhéré à une philosophie de la décroissance ou de la « sobriété », qui contient pourtant une partie de la solution. À l’heure où l’angoisse grandit à Tokyo, nous en sommes à nous interroger sur la maturité de notre démocratie, qui a besoin d’une catastrophe pour ouvrir un débat qui engage à tous points de vue, scientifique, politique, économique, culturel, l’avenir de la société française et de ces pays lointains et incertains auxquels nous vendons notre marchandise."
Denis Sieffert 
source: Politis
Allez, respirez, (avec le masque hi!hi!hi!). Pour finir sur une note plus légère  et préparer le bal du soir (ça se danse pas ça se masse)  un  Eddy  pas de Nantes mais  plutôt de derrière les  vieilles charrues:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pjjp44 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte