Magazine Journal intime

Nouvelles de Tahiti

Par Argoul

Retour au bercail parisien après un petit tour en France pour y prendre la température. Beau temps. Rencontré quelques rares amis, trinqué avec eux au vin de Rangiroa, dégusté un poisson cru à la tahitienne et un autre à la chinoise, une sortie au théâtre, revu mes anciens collègues bénévoles du Secours populaire, léché quelques vitrines, fait chauffer la carte bleue, retrouvé mes potes à Montpellier le temps d’apprendre que l’homme-femme de l’immeuble avait encore caillassé les fenêtres d’une voisine… un programme chargé d’un exotisme très français !

Le voyage de retour ? Peu de monde dans l’avion entre Paris et Lax, mais à Lax les Polynésiens emplissent l’avion. Ils sont allés faire leurs achats à Los Angeles, les autres étaient à Las Vegas dans l’enfer des jeux. Arrivée à Papeete, toujours le même bazar, des douaniers de plus en plus tatillons  mais bon, c’est leur fonction.

Nouvelles de Tahiti
Ici, c’est toujours le même théâtre joué par nos politiques. On sort l’un, l’autre rentre et c’est toujours la même chanson. Aucune amélioration en vue, sauf que les maroquins ont changé de mains, que les taxes augmentent, que le trou de la CPS (la SS locale) est toujours là ! Les super-égos se lâchent… pour le méga-procès des emplois fictifs, délibéré le 4 octobre. De quoi laisser le temps aux vacances de passer par là. Il fait bon vivre sous le soleil polynésien !

Le plan de redressement est prêt, alors entre fusion, suppression, renforcement, réorganisation, dissolution, fusion absorption, transformation/suppression, fusion, il semblerait que le gouvernement ait utilisé tous les synonymes figurant au dictionnaire. Attendons pour voir le résultat !

Vers la fin juin, Assises du service public : beaucoup de constats et de généralités, peu de propositions d’actions concrètes. Aucun membre du gouvernement de la Polynésie ni aucun représentant à l’Assemblée n’y a assisté !

A Taravao, premier crématorium de Polynésie française. Actuellement, la famille de ceux qui souhaitent se faire incinérer à leur décès doit aller en Nouvelle-Zélande pour satisfaire le désir de leurs proches. Il faut débourser 780 000 fcp pour ce faire – ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Ce crématorium sera construit sur un terrain d’un hectare à Taravao y compris l’aménagement d’un jardin des souvenirs. Mais on attend… Quoi ? Ben le permis de construire !

Sur Tahiti Pacifique, dans le fiu de Beslu, j’ai lu : « Notre cher Oscar qui prête toujours une oreille compatissante aux plaintes des anti de tout bord a simplement déclaré qu’il était urgent « d’élaguer le mammouth » sans préciser quelles défenses de celui-ci il comptait vraiment couper (?). Et il est sûr que l’on va avoir à souffrir encore longtemps des divagations et des supputations de ces délirants groupements. »

Mais dans les télécommunications, rien n’est perdu : Viti débarque pour concurrencer Mana (web).

Portez-vous bien les amis, profitez bien de vos vacances.

Hiata de Tahiti



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Argoul 1120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte