Magazine Santé

ASTHME maternel, risque de PRÉMATURITÉ pour l’Enfant – BJOG (British Journal of Obstetrics & Gynaecology)

Publié le 19 juillet 2011 par Santelog @santelog

Les femmes ayant un asthme mal contrôlé ont un risque accru de donner naissance à un bébé prématuré ou de faible pods, rapporte cette métaanalyse publiée dans l'édition en ligne du 13 juillet du British Journal of Obstetrics & Gynaecology.Mais, plus important, cette analyse montre aussi, qu'un contrôle approprié des symptômes de l'asthme atténue voire annule le risque de prématurité.


Cette revue systématique a porté sur les données combinées de 26 études de cohorte le lien entre l'asthme chez la mère et son risque de complications autour de l'accouchement (pré-éclampsie pendant la grossesse, poids de naissance du bébé et taille pour l'âge gestationnel, prématurité). Cet examen révèle que l'asthme maternel est associé à un risque accru pour l'ensemble de ces critères. Toutefois, lorsque les auteurs analysent séparément les études et les cas où l'asthme a été géré de façon adaptée par des médicaments, le risque accru de prématurité disparaît. L'analyse suggère donc que les risques liés à l'asthme durant la grossesse peuvent être atténués par un contrôle efficace de cet asthme.


ASTHME maternel, risque de PRÉMATURITÉ pour l’Enfant – BJOG (British Journal of Obstetrics & Gynaecology)
Les femmes enceintes atteintes d'asthme devraient donc poursuivre leur traitement contre l'asthme et consulter si jamais leurs symptômes s'aggravent pendant la grossesse.


Ces chercheurs de l'Université de Newcastle et du Hunter Medical Research Institute, de la Scripps Clinic, du Kaiser Permanente et de l'Université de Californie voulaient mesurer les effets de l'asthme maternel sur le risque d'issues périnatales indésirables. Les chercheurs ont évalué la qualité des études sélectionnées et analysé les données en mettant en commun les résultats de plusieurs manières différentes. Au total, leur analyse a inclus 26 études impliquant 1.637.180 femmes.


En comparaison de femmes non asthmatiques, les femmes souffrant d'asthme présentent:


-   un risque accru de 54% de pré-éclampsie (RR:1,54, IC: 95% de 1,32 à 1,81)


-   un risque accru de 46% d'avoir un bébé de faible poids de naissance (moins de 2.500 grammes) (RR: 1,46, IC: 95% de 1,22 à 1,75). En moyenne, les bébés pesaient 93 grammes de moins à la naissance que les bébés de mères sans asthme


-   un risque accru de 22% de petite taille pour l'âge gestationnel (RR:1,22, IC:95% de 1.14 à 1.31)


-   une augmentation de 71% du risque de travail prématuré (contractions avant 37 semaines) (RR:1,71, IC:95% de 1,14 à 2,57)


-   un risque accru de 41% d'accouchement prématuré (né avant 37 semaines) (RR:1,41, IC:95% de 1.22 à 1.61).


Lorsque les chercheurs ont analysé les études séparément, selon le degré de gestion de l'asthme actif, ils constatent que dans les études où les mères souffrant d'asthme ont été prises en charge de façon appropriée il n'y a aucune augmentation significative du risque d'insuffisance pondérale ou du risque d'accouchement prématuré.


Les chercheurs concluent que les femmes enceintes souffrant d'asthme sont à risque accru d'affections périnatales mais qu'une “gestion active” de l'asthme atténue ces risques, en particulier celui d'accouchement prématuré.


Source: BJOG (Journal of Obstetrics & Gynaecology) 2011, Article first published online: July 13 DOI: 10.1111/j.1471-0528.2011.03055.x A meta-analysis of adverse perinatal outcomes in women with asthma.


ASTHME maternel, risque de PRÉMATURITÉ pour l’Enfant – BJOG (British Journal of Obstetrics & Gynaecology)
Accéderà l'Espace Pneumo


Lire aussi: TABAGISME durant la GROSSESSE: Risque accru de 50% d'anomalies congénitales -


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine