Magazine Santé

ALZHEIMER (AAICAD): Et si la moitié des cas pouvaient être évités? – Lancet Neurology

Publié le 19 juillet 2011 par Santelog @santelog

ALZHEIMER (AAICAD): Et si la moitié des cas pouvaient être évités? – Lancet NeurologyFaible niveau d'étude, tabagisme, inactivité physique, dépression, hypertension, diabète et obésité sont les 7 principaux facteurs de risque évitables de la maladie d‘Alzheimer. Cette étude présentée au meeting 2011 de l'Alzheimer's Association International Conference on Alzheimer's Disease à Paris suggère qu'en éliminant ces facteurs avec des changements de mode de vie et par le traitement ou la prévention des maladies chroniques, plus de la moitié des cas de maladie d'Alzheimer pourraient être évités. Des résultats absolument essentiels publiés dans l'édition du 19 juillet du Lancet Neurology.


Cette étude dirigée par le Pr. Deborah Barnes, chercheur en santé mentale au San Francisco Medical Center a analysé les données provenant d'études portant sur des centaines de milliers de participants, et conclut que dans le monde entier, les plus grands facteurs de risque modifiables pour la maladie d'Alzheimer sont, par ordre décroissant, un faible niveau d'étude, le tabagisme, l'inactivité physique, la dépression, l'hypertension, le diabète et l'obésité. Une réduction de 10 à 25% dans ces 7 facteurs de risque identifiés pourrait prévenir 1,1 à 3 millions de cas de MA dans le monde.


Ensemble, ces facteurs de risque sont associés à hauteur de 51% des cas d'Alzheimer dans le monde entier, soit 17,2 millions de cas et jusqu'à 54% des cas d'Alzheimer identifiés aux Etats-Unis, soit 2,9 millions de cas. "Ce qui est excitant, c'est que cela suggère que quelques changements de style de vie très simples, comme l'augmentation de l'activité physique et l'arrêt du tabac, pourraient avoir un impact énorme sur la prévention de la maladie d'Alzheimer et autres démences dans le monde entier", déclare le Pr. Barnes, également professeur de psychiatrie à l'Université de Californie, San Francisco.


Les résultats de l'étude présentés à la la Conférence de l'Association Alzheimer internationale sur la maladie d'Alzheimer à Paris sont basées sur l'hypothèse qu'il y a un lien de causalité entre chaque facteur de risque et la maladie d'Alzheimer. "Nous partons du principe que lorsque vous modifiez le facteur de risque, vous modifiez le risque", explique Barnes. "Nous devons vérifier maintenant que cette hypothèse est correcte."


L'auteur principal, le Dr. Kristine Yaffe, chef du service de psychiatrie gériatrique rappelle que le nombre de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer devrait tripler au cours des 40 prochaines années. « C'est donc extrêmement important de trouver comment empêcher la progression de l'incidence de la MA", conclut le Dr. Yaffe, également professeur de psychiatrie, de neurologie et de l'épidémiologie à l'UCSF.


Source: AAICAD- Infos pratiques: du 17 au 21 juillet 2011 au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. The Lancet Neurologydoi:10.1016/S1474-4422(11)70072-2The projected effect of risk factor reduction on Alzheimer's disease prevalence(Visuel UCSF)


ALZHEIMER (AAICAD): Et si la moitié des cas pouvaient être évités? – Lancet Neurology
Toutes nos actualités sur la Maladie d'Alzheimer, accéder au Dossier Alzheimer- Pour y accéder vous devez être inscrit et vous identifier


Lire aussi: ALZHEIMER: Diabète, cholestérol et tabagisme, 3 facteurs identifiés -



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine