Magazine Internet

Quand internet remplace notre mémoire

Publié le 19 juillet 2011 par Rm Communication

Les ordinateurs et l’internet changent la nature de notre mémoire, affirme une étude parue dans « Science ».

L'internet  affecte le fonctionnement de la mémoire

À l’instar des hommes qui se fient à la mémoire de leur femme pour retenir des dates clés ou des femmes qui comptent sur leur homme pour se rappeler des noms, l’être humain compte de plus en plus sur internet pour retenir des choses à sa place. C’est ce qu’il ressort d’une étude relayée dans le magazine scientifique Science.

L’enquête s’articule autour du concept de ‘mémoire transactive’ inventé par Daniel Wegner il y a 30 ans. Le chercheur, qui a également contribué à cette enquête, a décrit comment les gens s’utilisent les uns les autres comme mémoire externe.

Il y a quatre ans, Betsy Sparrow de l’université Columbia, regardait un vieux film en noir et blanc, « Gaslight ». Elle avait reconnu la jeune actrice qui jouait la femme de chambre mais ne se rappelait pas son nom. Elle chercha alors sur son smartphone et le trouva aussitôt. « Comment faisait-on avant internet ? », s’est demandé la jeune femme, alors étudiante à l’université Harvard.

Désormais professeur à la Columbia, Sparrow souhaitait vérifier si l’internet pouvait être considéré comme une nouvelle forme de mémoire transactive. Les résultats de son étude montrent que les gens utilisent désormais internet comme une banque de données personnelles : le dénommé effet Google. Ce qui a le plus surpris Sparrow est la capacité qu’on a de retrouver des informations. « Nous sommes incroyablement efficaces », dit-elle.

Dans son étude, il est notamment apparu que les participants à son enquête ont réagi considérablement plus lentement à des affirmations ‘vrai ou faux’ lorsqu’il s’agissait de sujets liés à internet. Cela laisse présupposer que les participants envisageaient directement d’avoir recours à l’ordinateur pour trouver la réponse.

Dans une autre expérience de Sparrow et son équipe, la moitié des participants devaient stocker une série de faits dans des fichiers informatiques, tandis que l’autre moitié était informée que les informations allaient disparaître. Il en est ressorti que ce dernier groupe se rappelait beaucoup mieux les faits par la suite. Le premier groupe savait en revanche très bien où les informations étaient stockées.

« Je ne pense pas que Google nous rende ignares. Nous modifions simplement la manière dont nous retenons des faits. Si un jour, lorsque vous vous promenez en rue, vous avez l’occasion de naviguer sur Internet, il est surtout important de savoir où se trouvent les informations que vous recherchez. L’être humain fonctionne de la même façon. Tout l’art consiste à se souvenir à qui il faut s’adresser pour obtenir des informations spécifiques », explique Sparrow sur le site web de la chaîne publique britannique BBC.

(Avec Belga)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rm Communication 5167 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte