Magazine

L'histoire du satellite américain ne serait qu'une vague démonstration de force en réponse à la Chine

Publié le 17 février 2008 par Cr0vax

Via Le Monde :

Le satellite espion hors d’usage que les Etats-Unis souhaitent détruire avant sa rentrée dans l’atmosphère pourra l’être à partir de mercredi, lorsque la navette spatiale Atlantis aura achevé sa mission, a fait savoir le Pentagone.

"La fenêtre s’ouvrira quand la navette sera au sol", a déclaré le général Carter Ham, directeur opérationnel de l’état-major au Pentagone.

"Tous ceux qui sont concernés donneront alors leur avis sur le meilleur moment pour intercepter le satellite", a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse, ajoutant que cette "fenêtre" se refermerait début mars.

Le président George Bush a donné son accord pour que la marine détruise ce satellite de plus de deux tonnes au moyen d’un missile tactique modifié, des experts ayant laissé entendre que son retour vers la terre présentait des risques.

De source proche du Pentagone, on évalue le coût de l’opération à 74 millions de dollars. Chaque missile coûte quelque dix millions.

Atlantis doit se poser mercredi à 14h06 GMT à Cap Canaveral, en Floride.

La Nasa a fait savoir que la base aérienne d’Edwards, en Californie, serait également préparée pour accueillir la navette afin que son atterrissage ait lieu le plus tôt possible.

"Il s’agit de donner à l’armée la plus grande fenêtre d’opportunité et le plus de souplesse pour assurer le succès de l’interception du satellite", a expliqué l’agence spatiale.

Des milliers d’objets spatiaux tombent chaque année sur se terre, mais ils se fragmentent pour la plupart sur de très grandes étendues et semblent n’avoir jamais fait de victimes.

"Ce qui fait de ce cas une affaire un peu différente (...) c’est la probabilité de voir ce satellite, en descendant vers la surface terrestre, répandre une grande partie de son carburant, l’hydrazine, sous forme de gaz toxiques", a déclaré jeudi James Jeffries, conseiller adjoint à la sécurité nationale.

Plusieurs experts contestent le bien fondé de l’opération et jugent qu’il s’agit davantage de tester la capacité à mener à bien une telle opération.

Washington s’est indigné lorsque la Chine a procédé en janvier 2007 à la destruction d’un vieux satellite météorologique.

Sean McCormack, porte-parole du département d’Etat, a estimé que l’opération serait "assez différente", dans la mesure où il s’agissait pour Pékin de tester spécifiquement la capacité à détruire un satellite en orbite.

L’opération du Pentagone "vise à protéger les populations au sol" et aura lieu à 250 km d’altitude, a-t-il souligné.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cr0vax 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte