Magazine Culture

Eli Stone [1x o3]

Publié le 17 février 2008 par Lulla

17 février 2008

Eli Stone [1x o3]

Father Figure

Audience: 7 46o ooo.

dnesblog3starsmq2B


vlcsnap_286308

Sérieusement, vous pensez que Johnny Lee Miller a des implants ? Sa moumoute est quand même très statique malgré les coups de vent et la longue mèche qu'il arbore semble aussi peu naturelle que la poitrine de Natasha Henstridge (je dis ça uniquement pour faire un bon mot, je n'ai pas du tout fait attention aux seins de la demoiselle, j'étais trop occupé à admirer son jeu admirable d'actrice. Ok, là aussi, je déconne). Qui a dit que la série risquait d'entrer trop vite dans une certaine routine ? Ok, je me dénonce ! Ben, c'est pas faux mais c'est pas complêtement vrai non plus. Je pensais que l'on aurait droit à une chanson de ce cher George Michael à chaque épisode. Déçu, je suis. A part le titre de l'épisode, pas de trace de Georgy. Du coup, pas de scène chantée par un des acteurs. Pourtant, la soirée de fiançailles aurait été un excellent cadre pour lancer ce genre de parenthèse musicale. Puis comme c'est une des (rares) originalités de la série, c'est toujours dommage de nous la sucrer.

Eli est donc bien une sorte de prophéte. Jusqu'ici ça n'était pas très clair mais on nous en apporte la preuve puisque dans l'une de ses visions, on lui fait comprendre qu'il faut "sauver le soldat Swain", homme dont il prendra ensuite la défense (si on peut dire). Vont suivre quelques visions dans un décor de guerre (la fin de l'épisode précédent se la jouait donc Code Quantum) assez réussies visuellement mais redondantes. Le cas de l'épisode était très poignant et le twist assez innatendu (en tous cas pour quelqu'un comme moi qui ne regarde jamais de legal drama). Le petit garçon était émouvant mais sa mère aussi. Le père, on en parle beaucoup, il est au centre de l'intrigue, mais on le voit finalement peu. J'aime bien quand les séries s'attaquent au thème de l'Irak. Et ABC est pour le moment le seul grand network à oser le faire (C'est aussi le cas dans Brothers & Sisters) Inutile de dire que l'on ne verra jamais ça sur la FOX ! Le but de l'épisode n'est pas de dénoncer la guerre mais d'en montrer les conséquences. A savoir une mère de famille qui est obligée (parce qu'elle l'a voulu à un moment donné) d'"abandonner" son fils et son mari pour remplir sa tâche en Irak. Et elle n'a aucun moyen d'y couper ! Le gouvernement fait la sourde oreille, l'administration aussi. Alors elle monte un stratagème avec sa famille pour qu'elle puisse être exemptée. C'est un peu tordu mais ce qui m'a plu c'est que, contrairement à ce que l'on pouvait craindre, la fin n'est pas moraliste. Bien au contraire. Eli se retrouve à couvrir le mensonge de cette famille à la cour. Chose qui est évidemment contraire à son éthique. Beaucoup de familles américaines peuvent s'identifier aux protagonistes de cette histoire à l'heure actuelle.

Comme d'habitude, tout ce qui se passe à une répercussion sur le comportement d'Eli. Il retourne chez son acuponcteur préféré et en profite pour nous offrir quelques flashbacks, toujours sur le thème de la figure paternelle. Le lien avec le cas du jour est évident. On apprend donc qu'Eli a couvert son père face à la police, quand il est encore gamin et qu'il ressemblait à Harry Potter. Par un cheminement un peu spécial, il en vient à la conclusion qu'il doit quitter cette brave Taylor. Même si on sentait la séparation poindre depuis le début, je pensais que ça viendrait d'elle. Eh bien pas du tout. Joli moment d'émotion. Tandis que Victor Garber et Tom Amandes sont trop peu présents et mal traités, Patti invite Beth, le premier amour d'Eli que l'on avait vue dans le premier épisode, à sa soirée de fiançailles. Va-t-elle devenir un love interet pour Eli ou pour son frère ? Vont-ils se battre pour elle ? Toujouts est-il qu'excepté Patti, les personnages secondaires sont toujours très fades. C'est vraiment dommage.

vlcsnap_273889


// Bilan // Si la série était un peu plus fofolle comme elle le laissait présager au départ, je ne serais pas loin de l'adorer ! On passe juste un bon moment (c'est déjà mal), sans plus. 

Posté par LullabyBoy à 23:05 - Eli Stone - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte