Magazine Santé

Trop tard : Je me rappelle l'ampleur du mal que j'ai fait…

Publié le 26 juillet 2011 par Nonaladroguefrance

Paris- L’attitude et les propos du chauffard condamné en juillet n’ont rien de choquant quand on connaît les effets engourdissants liés à l’alcool. Roulant dans un état alcoolique, un Cambrésien a tué une femme qui sortait de sa voiture et a été condamné à quatre ans de prison ferme, et quatre ans d'annulation du permis de conduire, selon La Voix du Nord du 13 juillet. 

Selon l'Observatoire interministériel de la sécurité routière, le nombre de morts sur les routes n’a fait qu’augmenter ces derniers mois et l’alcool et la vitesse sont en tête des causes de ces accidents. L'alcoolémie au volant est cependant le premier facteur de mortalité provoquant environ 26 % des décès sur la route. 

L’alcool serait une des drogues les plus dangereuses, affectant non seulement le corps humain mais également l’environnement familial et social. Les coûts en soins et la nécessité d’établissements spécialisés sont à reconsidérer.

Comme toutes les autres drogues, consommé en grande quantité, l’alcool est un poison pour l’organisme. Une petite quantité d’alcool absorbé va agir comme un stimulant, puis en augmentant la dose, il va agir comme un sédatif et finalement tombé dans l’excès, il sera devenu un poison capable de provoquer la mort.

L’alcool brûle les vitamines du corps et la fatigue ou un malaise se font sentir. Si trop de vitamines sont brûlées, la personne peut transpirer, avoir des tremblements, se sentir inquiète jusqu’à voir des choses qui ne sont pas là. Le problème ne fera qu’empirer.

Durant le procès, le chauffard a avoué : « Il y a toujours un moment dans la journée où je me rappelle l'ampleur du mal que j'ai fait ». Ce qui signifie qu’au moment des faits, il est dans un état second et ses sens sont engourdis. Il précise que quand il boit un verre, il a du mal à s'arrêter. C’est la compulsion des alcooliques. 

En apprenant et en connaissant la vérité à propos de l’alcool et des autres drogues, les gens prendront la décision de mener une vie sans drogue. Mais il est vital de les informer.  

« L’élément le plus destructeur de notre culture actuelle est la drogue, » écrivait l’humaniste Ron Hubbard. 

Ces informations sous forme de livrets gratuits sont disponibles sur le terrain dans les plus grandes villes comme Paris, Marseille, Bordeaux, Toulouse Nice, Lyon, Angers, ou encore Clermont. L’association « Non à la drogue, Oui à la vie », créée en 1991, mène sa campagne de prévention toutes les semaines depuis cette date.  

En visitant le site, vous pouvez télécharger les différentes brochures et visionner les spots relatifs aux drogues. 

Contact presse : info.drogue@gmail.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine