Magazine Médias

2011: année tragique pour les journalistes latino-américains

Publié le 08 août 2011 par Rene Lanouille
Avec 19 journalistes tués depuis le début de l'année 2011, la profession de reporter est durement touchée dans toute l'amérique latine. 2011: année tragique pour les journalistes latino-américains Selon l'association de presse interaméricaine, les journalistes du continent vivent une année 2011 très difficile. La liberté de la presse s'est sérieusement détériorée dans toute la région, principalement en Argentine, Bolivie, Equateur et Guatemala. Robert Rivard, qui est le directeur de l'association, explique: "en 7 mois, des journalistes en provenance de 9 pays du continent ont été tués. 2011 est l'année la plus tragique pour le métier de journaliste depuis plus de 20 ans."

Ainsi, il y a eu 5 meurtres de journalistes au Mexique, 4 au Brésil, 4 au Honduras et un chacun en Colombie, au Salvador, Guatemala, Pérou et Venezuela. Un journaliste mexicain est déclaré manquant depuis plusieurs semaines. La violence générée par le crime organisé et le harcèlement psychologique quotidien dont sont victimes de nombreux journalistes indépendants et des groupes de presse rendent l'exercice de ce métier très compliqué. Robert Rivard stigmatise notamment l'attitude de l'Equateur et de son président Rafael Correa: "il faut qu'il arrête de persécuter les journalistes de son pays," faisant suite à une plainte qu'a déposé le président équatorien contre le quotidien El Universo.

Les patrons du journal ont été condamnés la semaine dernière à des peines de prison de 3 ans ainsi qu'à verser la somme de 40 millions de dollars de dommages et intérêts envers Correa. Tout ça pour quelques articles critiques envers la gestion du gouvernement equatorien. "Le président Correa est en train d'enlever l'indépendance de la presse dans son pays. Il s'agit d'un harcèlement judiciaire que nous trouvons aussi au Brésil, au Paraguay ou au Venezuela. On censure les journalistes et on leur inflige des amendes exagérées."

En amérique latine, c'est toujours à Cuba où la liberté de la presse est la plus restrictive. Les journalistes indépendants, qui tentent de s'exprimer via des blogs et les réseaux sociaux, sont régulièrement arrêtés et jetés en prison par le gouvernement de Raul Castro.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rene Lanouille 34849 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine