Magazine Livres

Et te voici permise à tout homme

Par Homelaet

Et te voici permise à tout homme

et te voici permise à tout homme
Résumé : Adultère, Anna a beau être divorcée, aimer Sacha éperdument, elle sait que si elle cède à sa passion, elle sera considérée par tous comme une femme adultère. A moins que son ex-mari ne lui accorde enfin le guet, ce divorce religieux juif qui la délivrerait de ses chaines. Ecartelée entre des pulsions amoureuses de plus en plus exigeantes et sa conscience, Ana se heurte sans cesse au poids de traditions qu'elle n'ose transgresser.
Entre lyrisme et ironie poignante, Eliette Abécassis analyse l'histoire d'une passion, d'autant plus fébrile qu'elle est faite d'un mélange d'acceptations et de refus, dessinant le portrait d'une femme tout à la fois libre et enchainée. 

Extrait : "Sacha Steiner revint le lendemain, le surlendemain, presque tous les jours. Il était là : tous les chemins le ramenaient vers la librairie et, peu à peu, sans oser me l'avouer, je m'habituai à ses visites au point de les espérer, ou de le regretter lorsqu'il ne venait pas. Vêtu de vestes brunes ou kaki, de jean et de baskets, affublé de son gros sac, il avait toujours l'air prêt à partir en voyage. De fait, il l'était : photographe pour des revues spécialisées, il était souvent absent de Paris. Ses visites me troublaient. La façon dont il posait ses yeux sur moi, l'intensité de son regard, sa détermination me touchaient, au plus profond de moi. Pas à pas, l'air de rien, il s'installa dans ma vie de libraire, entre les rayons de pensées juives et les livres de prières.
Un soir, juste avant la fermeture, il m'invita à prendre un café. Je refusai. Il m'invita encore. Je refusai toujours. Il finit par céder, et je le suivis au café d'en face. C'est alors qu'il m'avoua qu'il avait gardé pour lui tous les ouvrages qu'il m'avait achetés. Il n'avait encore rien lu sur le judaïsme qu'il ne pratiquait pas, mais son fils préparait sa bar-mitsva dans une synagogue libérale et il voulait l'aider. Son ex-femme n'atait pas juive. Fils de rescapés de la Shoah, il n'avait jamais été proche de la religion. A mon tour, je lui racontai ma vie. Moi aussi j'étais divorcée. J'avais une fille de huit ans. Sur le reste, je ne dis rien. Je ne puvais pas en parler. Je ne trouvais pas les mots. J'en avais honte, comme si j'étais la complice d'un crime inavouable."

L'avis de Dazboness : Une lecture enrichissante dont je sors perplexe. En effet, ce livre met en lumière un problème spécifique de notre monde moderne : la place réelle de la religion et le conflit entre le civil et el religieux. L'auteur a pris le parti d'écrire sur le divorce juif du fait de ses propres expériences, mais cette réalité, ce combat, existe dans toutes les religions.

Malheureusement, malgré une qualité d'écriture certaine, une volonté de n'épargner ni stigmatiser personne, ce livre tend à donner une vision négative de le religion juive, de ses pratiques, de ses chefs religieux. Et pire encore des femmes : la naïveté outrancière, maladive, de la pauvre femme qui sert de personnage central ne joue pas en sa faveur.

Un combat tout en pleurs et larmes pour un résultat aussi prévisible que vomitif. Et se dire que tout cela est une réalité pour des milliers de femmes à travers le monde est révoltant.

Auteur : Eliette Abécassis
Editeur : Albin Michel
Prix : 17€
Nombre de pages : 202

Sommaire des livres critiqués


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Homelaet 129 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine