Magazine Humeur

Progressistes à la ramasse

Publié le 16 août 2011 par Jlhuss

Progressistes à la ramasse

Le mariage des homosexuels ou l'euthanasie active sont les nouvelles pommes de discorde inventées et promues par ceux qui n'ont plus rien à dire sur le reste.

La période est en effet délicate pour les progressistes. Employons ce terme qui ne veut pas dire grand-chose,  pour ne pas trop étiquetter les dossiers en affichant des composantes partisanes. Sachons seulement que les bons progressistes s’opposent aux réactionnaires :  aux « méchants réacs ». Sur un échiquier politique ces catégories ont par ailleurs l’avantage d’être assez transversales, chacune des grandes formations politiques, dites de gouvernement, réchauffe son lot de réacs et de progressistes.

Progressistes à la ramasse
Les différences ne pouvant plus s’exprimer correctement autour de débats de fond concernant la finance internationale, la construction européenne, la mondialisation, les échanges, le commerce, ou avec des nuances touchant à l’anecdotique, il faut bien inventer des objets de polémiques. Il y a pour cela la meilleurs citoyenneté, le sociétal, avec des sujets vedettes, à l’image du mariage des homosexuels il y a peu et aujourd’hui grâce à un « fou » le Docteur B, l’euthanasie active qui ressort de sa vieille boîte.
Débats passionnels, mais très « occupationnels », à tel point que des comités de soutien se constituent pour le bon docteur un peu partout, qu’un site dédié est créé sur Facebook pour défendre le « saint homme » etc. Le Net s’empourpre et le bon Jean-Luc Romero peut réitérer sa rhétorique de l’incompris.
Pourtant la France a beaucoup fait pour prendre en compte ces graves questions de la fin de vie, avec intelligence, pragmatisme et modération en évitant des dérives redoutables. Une bonne Loi existe en la matière, elle porte le nom de son rédacteur Leonetti. Elle a été longuement discutée, amendée et largement votée. Elle permet le soulagement sans les excès et les dérives. Elle ne donne pas aux médecins des droits exorbitants. Un homme seul ne peut décider, elle instaure la collégialité permettant d’isoler les fous, les théoriciens de l’absolu etc. Personne ne veut plus en parler. Est-ce parce que cette Loi a été proposée et entérinée sous la droite au pouvoir ? Serait-ce le seul critère de jugement de sa « non-valeur » ?
Les Thuriféraires du toujours plus  s’empressent d’oublier l'existence de  cette Loi pour focaliser les argumentaires sur les Pays Bas et un système dont les Néerlandais seraient fiers.
Progressistes à la ramasse
On oublie  que les Nations Unies viennent justement d’épingler les Pays Bas à ce propos :
« le Comité des droits de l’homme de l’ONU s’inquiète de la progression de l’euthanasie aux Pays-Bas. Sur place, des députés français ont constaté que la pratique euthanasique s’est emballée et que le pouvoir des médecins est devenu incontrôlable. »
Que se passe-t-il réellement sur le terrain pour que cette instance internationale s’alarme de la sorte ?
La « mission Leonetti » qui a enquêté au Pays Bas en 2008 nous enseigne que les directives de politique pénale édictées en 2006 par le ministère de la Justice hollandais n’évoquent plus que deux critères pour classer sans suite un protocole euthanasique : le consentement du malade et la présence de souffrances irrémissibles (aménagement jurisprudentiel de la Loi initiale). Les circulaires prônent en effet l’absence de poursuite même si le médecin consultant n’a pas été sollicité pour donner son avis, et ce, alors même que la loi l’impose. On commence ainsi à toucher du doigt la « dérive » par rapport à un « beau texte » initial. On voit mal un médecin rédiger explicitement dans son rapport que le patient qu’il a euthanasié ne souffrait pas ou ne le lui avait pas demandé… Roméro et les autres nous expliqueront sans doute qu'une telle dérive est impossible chez nous. Tant il est vrai que les immenses qualités sociétales des Néerlandais, bien supérieures aux nôtres, sont en revanche très inférieures quand il s'agit d'éviter la "dérive". Ouf ! Nous sommes heureux de retrouver à cette occasion notre suprématie cocorico.

Au final, depuis l’entrée en vigueur de la loi au Pays Bas, aucune poursuite pénale n’a été exercée à l’encontre d’un médecin. Vingt-quatre cas litigieux en tout et pour tout ont fait l’objet d’une transmission par les commissions de contrôle au Collège des procureurs généraux en six ans. Dans tous les cas, les médecins concernés ont été invités à s’entretenir avec le procureur de la reine pour un « simple rappel à la loi »
Le comité des Droits de l'Homme de l’ONU a mis en garde les Pays-Bas :
« La pratique euthanasique s’est emballée et le pouvoir des médecins est devenu incontrôlable »[…]« Tout se déroule donc comme si la législation augmentait la permissivité et la tolérance envers l’acte euthanasique, à la fois chez les médecins et chez certains malades. Bref, une fois institutionnellement et officiellement approuvée et pratiquée, l’euthanasie développe sa propre dynamique et résiste à toutes les procédures de surveillance sensées la contenir. »
Ce n’est pas tout !

Progressistes à la ramasse
Ces observations de l’application de la Loi aux Pays Bas montrent que le « consensus social » du départ a du plomb dans l’aile. Ainsi, l’Ordre des médecins allemands fait état de l’installation croissante de personnes âgées néerlandaises en Allemagne, notamment dans le Land frontalier de Rhénanie du Nord-Westphalie. D’après la mission parlementaire française qui rapporte cette information, "s’y sont ouverts des établissements pour personnes âgées accueillant des Néerlandais. Ces personnes craignent en effet que leur entourage ne profite de leur vulnérabilité pour abréger leur vie. N’ayant plus totalement confiance dans les praticiens hollandais, soit elles s’adressent à des médecins allemands, soit elles s’installent en Allemagne". Une partie de la population hollandaise vit dans la crainte. La dépénalisation de l’euthanasie a conduit à un exil des personnes les plus fragiles : par peur de « la seringue »
On pourrait enfin rappeler, sans peur de Godwin, qu’un grand précurseur de l'euthanasie portait une petite moustache sous le nez. Que les « progressistes » y réfléchissent : l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Je suis incontrôlable sur ce sujet ! Pourquoi ? Parce que  ... Je sais et que je ne peux pas tout écrire ...

Quand avez-vous entendu évoquer la Loi Leonetti ci dessus ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines