Magazine En France

Culture de Normandie: Poème "La Falaise Blanche aux roses et aubiers"

Publié le 16 août 2011 par Jeunenormandie

La côte normande, va, ses deux léopards armés,

L'un Plantagenet et l'autre sans liens aimés.

Poitevine aussi bien que charmante Aquitaine,

Garder ses errances et lande châtelaine.

Mais la falaise blanche aux roses et aubiers,

Rutile, fidèle, dans les pins, les lauriers

Et le fruit de la pomme aux ultimes désirs

Donne la souvenance en ses heureux loisirs.

Les abbatiales et les cloîtres verts moussus

Respirent, fluides, les messages reçus

Leurs ondes claires vont, par le Mont Saint Mochel

Prodiguer leurs doux sons, dans le vent de leur ciel.

Alors, Saint Thérèse, étoile de Lisieux,

S'élance, frais bouquet de printemps et des cieux

Et les bleus arômes, les bourgeons et pistils

Songent, mystique amour, à leurs présents subtils.

Flaubert, Maupassant et Lucie Mardrus, d'Honfleur

Egrènent, pure flamme au beau pastel d'un pleur

Leur étonnant « bon sens normand » sur des bonnets

Dentelles et tulles brodés, rêves secrets.

Ah, ce cher Corneille, jusques au diapason

Nous a comblé de sa Gloire sur Oraison....

Et les savants, les ducs et les princes austères,

Veulent tous acclamer ces Esprits tutélaires.

Mais que dire de ses peintres, qui illustrèrent

Tout un siècle passé, des beautés qu'illuminèrent

Les châteaux et manoirs aux lustres de leurs pierres

Gericault et Poussin s'inscrivent aux bréviaires.

Millet, le peintre ardent s'éprend des hauts pastours

Avec Duquesne et puis Tourville d'alentours.

Restout et Jouvenel, Monet ses points de feu...

Et puis Malherbe vint O du Perrier aveu...

Alors Fernand Léger est là qui ressuscite

Avec tant de pinceaux sa toile est explicite.

Les faïences de Rouen subtilités vermeilles,

Pour maître La Varende, ont décrit leurs merveilles.

Et l'atmosphère est rose et ses tons prestigieux...

Les haras éternels font des bonds prodigieux.

Bien avant Guernesey; île d'accoutumée,

Hugo y reconnut Juliette, son aimée...

Toute la lumière de l'Occident penseur

Fustige, sur le sol fertile et raisonneur

L'immense Pays d'Ouyche et sa divine essence

O Province Normande, et gloire de la France.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeunenormandie 440 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte