Magazine Cinéma

Le Complexe du Castor

Par Wolvy128 @Wolvy128

Le Complexe du Castor

Le Complexe du Castor
Le Complexe du Castor est un film de Jodie Foster (Meredith) dans lequel elle joue au côté de Mel Gibson (Walter). A leurs côtés, on retrouve également deux jeunes acteurs que j’apprécie beaucoup en la personne de Jennifer Lawrence (Norah), qui a été nominée aux Oscars cette année pour Winter’s Bone, et Anton Yelchin (Porter) qui m’avait fait une très bonne impression dans Alpha Dog. Concrètement, le film s’intéresse à la vie de Walter qui n’est plus ce qu’elle était. Déprimé, vivant au ralenti, il s’éloigne de sa famille et de ses proches. Sa femme finit par le chasser de la maison pour le bien de leurs enfants. Touchant le fond, il s’accroche malgré lui à une marionnette de castor trouvée un soir par hasard. Par jeu ou par désespoir, il utilise cette marionnette pour extérioriser toutes les choses qu’il n’ose pas dire à sa famille et ses collègues. La marionnette devient alors comme une nouvelle personnalité, un nouveau Walter, plus positif et sûr de lui. Rapidement il reprend le contrôle de sa vie mais découvre peu à peu qu’il ne peut plus vivre sans son castor. Parviendra-t-il à se débarrasser de lui?

C’est un film que je voulais voir depuis longtemps pour plusieurs raisons. Tout d’abord car je trouvais l’histoire intrigante et ensuite car le casting me plaisait beaucoup, particulièrement le rôle de Mel Gibson qui semblait vraiment intéressant. Et je dois dire que je ne regrette pas du tout de l’avoir vu car le film est très soigné et parfaitement maîtrisé. Jodie Foster s’en sort très bien à la réalisation avec un sujet pourtant pas évident du tout qu’est la dépression. L’idée de la marionnette est vraiment très bonne car elle permet de traiter le sujet avec un minimum de distance et de légèreté, en tout cas au départ. Sans cela, le film aurait vraiment pu être très lourd émotionnellement et psychologiquement. Ici, on a pu découvrir chacun des membres de la famille par l’intermédiaire du castor et en occultant un peu la véritable maladie de Walter. En effet, au début du film, la marionnette est plutôt drôle et donne lieu à des scènes cocasses qui font souvent sourire et même parfois rire. Par la suite, le film se recentre plus précisément sur le problème de Walter et montre que malgré l’utilisation de la marionnette, il n’en reste pas moins malade et que le pire est peut-être encore à venir. Bref, j’ai vraiment apprécié le traitement du sujet qui est particulièrement intelligent et qui amène les choses progressivement.

Le Complexe du Castor
Mais la grande force du film est véritablement son casting selon moi. A commencer par Mel Gibson qui livre ici une prestation de grande qualité avec laquelle il prouve toute l’étendue de son talent, si tant est bien sûr qu’il doive encore le prouver. Il incarne parfaitement ce quinquagénaire complètement déprimé et met en évidence un large panel de jeu. Effectivement, son personnage est à la fois touchant, émouvant, drôle et même parfois irritant. Quant à Jodie Foster, elle est tout aussi convaincante que lui bien qu’un peu plus en retrait évidemment. J’ai par exemple adoré l’un des tout derniers plans du film où elle observe Walter et son fils avant de s’en aller lentement. Elle ne dit rien mais l’émotion est particulièrement intense. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié le final qui, pour une fois, n’est pas ultra convenu comme c’est parfois le cas. Ici, c’est plutôt réaliste et crédible. Enfin, je terminerai en insistant également sur la belle prestation de Jennifer Lawrence et Anton Yelchin, les deux jeunes du film. Malgré leur jeune âge, je trouve qu’ils dégagent quelque chose de spécial, comme s’ils avaient déjà une vingtaine d’années d’expérience. Bref, ils confirment leur potentiel avec ce film et je pense que c’est des acteurs qu’il faudra suivre à l’avenir.

En définitive, Le Complexe du Castor est un film qui traite d’un sujet délicat avec beaucoup d’intelligence et de réflexion. En effet, derrière la caméra, Jodie Foster est parvenu à soigner la mise en scène et à montrer des choses plus que d’essayer d’en démontrer. C’est l’une des grandes qualités du film au même titre que la performance des acteurs qui est quand même franchement génial. Surtout celle de Mel Gibson, à la fois puissante et émouvante. Bref, un film poignant que je ne suis pas près d’oublier.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wolvy128 10317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine