Magazine Nouvelles

Nebraska

Par Bordierlaurent

-   J’ac

Il était environ huit heures et comme chaque matin, blottie dans le creux de ma main droite une fiole de poppers que je m’envoyais par accoups au fin fond des narines afin de me réchauffer un peu. Ce régénérateur sembla fonctionner puisqu’un vent chaud me monta illico presto au cerveau.

La main gauche tendue sur l’avenue c’est ici que je rencontrai Georges. Il acheta son journal au kiosque comme tous les matins et me laissa la

article Chicago
monnaie restante qu’il posa dans le creux de ma main ; mais  là,  impossible de la refermer sur cette putain de pièce ; ces maudites phalanges étaient comme gelées, j’étais en train de me changer en statue de glace miséreuse en plein Morgan-Street. Le vieillard ne broncha pas, compris que le froid qui gelait mes os m’empêcherait un quelconque rictus de politesse, puis, il me sourit, fit trois pas d’éloignement, s’arrêta et se retourna finalement en ma direction :

-   Je vous offre un café bien chaud ? Me dit-il. J’habite à deux pas ! Vous allez mourir de froid jeune homme !

Je répondis d’un air aussi glacial que le temps présent :

-   Un café bien chaud en échange de quoi ? Une matinée dans votre pieu à se caresser le bambou ? Niet.

facebook, Bordier Laurent

twitter pareil pour me suivre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nebraska

    Nebraska

    Le gérant m'avait loué la chambre qui faisait également office de chiotte pour pigeons. J'avais tout de même réussi à trouver quelques mètres carrés pour m'y... Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE
  • Nebraska

    Nebraska

    Je fréquentais les bars, pubs et plus particulièrement le Cleavers. Un endroit louche qui contrastait fortement de par son enseigne faite de volutes de fer forg... Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE
  • Nebraska

    Nebraska

    Je ne sais pas ce qui m'avait pris de lui sourire lorsqu'elle tapait des billets dans les poches de touristes français, mais par la suite, elle ne ma lâcha... Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE
  • Nebraska

    Nebraska

    J'avais rapidement sympathisé avec les quelques pookies crasseux du quartier. Heureux de voir un camé de plus dans le coin ils me suivaient parfois jusque dans... Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE
  • Nebraska

    Nebraska

    GEORGE LE BIENFAITEUR ô belle amitié aux contours de rêves 185 - 160 - 185 ; ô affection fallacieuse et parfois même amoureuse les jours de salaire ! Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE
  • Nebraska

    Nebraska

    Pauvre, humilié et désespéré, le lendemain je tendais la main sur l'avenue Morgan-Street. Faire l'aumône s'apprend vite quand tu as soif et que tu n'as plus rie... Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE
  • Nebraska

    Nebraska

    J'ai toujours été envahi d'intuitions pourries et il n'y a aucune forme de médiumnité chez moi. Je savais juste qu'avec le froid présent qui régnait sur... Lire la suite

    Par  Bordierlaurent
    NOUVELLES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Bordierlaurent 119 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines