Magazine France

Attention un porte-parole peut en cacher un autre (2)

Publié le 21 février 2008 par Nico2312
medium_logo-pmu.JPGDavid Martinon sur la touche, c’est au tour du porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, d’occuper le devant la scène pour défendre envers et contre tout le président de la République.
En sortant du Conseil des ministres, il s’en est ainsi pris à l’opposition (terme qui pour lui semble recouvrir tous ceux qui ne partage pas sa sarkophilie névrotique) : "en ce moment, notamment de la part de l'opposition, on est dans une posture de terrorisme intellectuel, c'est-à-dire qu'on utilise les mots comme des bombes qui ont uniquement pour objectif de détruire". Et d’ajouter que l'opposition est "dans une hystérie uniquement centrée sur le président de la République, sur sa personnalité" et se livre à des "attaques extrêmement personnelles", "là vraiment l'opposition est dans une déviation de son rôle".
En effet quand Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur puis chef de l’Etat, met sa vie privée scène et s’affiche avec des vedettes (pour la plupart has been), il est vraiment dans son rôle, lui… De même c’est vrai qu'avec Carla Bruni-Sarkozy comparant le Nouvel Obs à la presse collaborationniste ou Roger Karoutchi comparant les attaques contre Nicolas Sarkozy à celles subies par Jean Zay, on est évidemment dans la retenue et loin de toute hystérie…
Mais magnanime, Laurent Wauquiez se met ensuite à la portée de ceux qui voient, par méconnaissance sans nul doute, de l'"improvisation" dans les récentes propositions du chef de l'Etat, comme la mémoire de la Shoah ou la publicité dans l'audiovisuel public en leur expliquant rien de mois que la bonne façon "d'approcher la parole du président". Ainsi, "la vision comme quoi quand le président de la République s'exprime tout serait figé est une vision un peu dépassée. Le chef de l'Etat c'est quelqu'un qui fixe le cap, qui met en mouvement un débat mais qui, derrière, le laisse ouvert à la concertation avec ceux qui sont touchés". Et de conclure : "l'erreur, c'est de croire que quand le président prend la parole, il faudrait que le sujet soit entièrement ficelé". Qu’il se rassure, plus personne ne croit que les annonces du président de la République sont ficelées tant elles sont désordonnées et démagogiques !!!
Heureusement loin de toutes ses basses querelles politiciennes, le rayonnement de la France va encore grandir sur la scène mondiale grâce à la nomination comme secrétaire général adjoint de l’ONU de… Philippe Douste-Blazy. Voilà de quoi donner de vrais espoirs de seconde carrière pour David Martinon.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nico2312 387 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte