Magazine Science

Des périscopes Carl Zeiss pour les sous marins allemands

Publié le 29 août 2011 par Optro_et_def @Optro_Defense

Carl Zeiss Optronics GmbH, la division Défense et Sécurité du groupe Carl Zeiss, a récemment livré son premier système optronique naval à la filiale du groupe de sidérurgie allemand ThyssenKrupp, HDW (Howaldtswerke-Deutsche Werf), en charge de la construction des sous-marins de classe U212A pour la marine allemande.

sous-marin allemand de classe U212A

Carl Zeiss avait déjà livré des systèmes SERO 14 (avec vision infra-rouge et télémétrie optique) et SERO 15 (avec télémétrie laser) pour la commande en 1998 de la première série de quatre sous-marins de classe U212. La livraison du second système pour la version type A est attendue pour la fin de 2011 et en 2012 l’arsenal naval de Kiel devrait recevoir le système de formation, utilisé pour former les utilisateurs et le personnel d’entretien.

Des périscopes Carl Zeiss pour les sous marins allemands
Ce nouveau système optronique se compose d’un périscope SERO 400 et d’un mât optronique OMS 100. La tête gyrostabilisée du mât optronique propose pour la voie diurne une caméra jour haute résolution disposant d’un zoom continu x8, et pour la vision nocturne une caméra thermique CMT de troisième génération 320×240 de la gamme ATTICA P/Z opérant dans la bande 3-5 µm (MWIR) ou dans la bande 8-12 µm (LWIR). Un télémètre laser à 1.54 µm est disponible en option.

Plusieurs modifications ont été apportées par rapport aux premières versions :

  • Une batterie d’urgence dans le SERO 400 permet des observations malgré une panne de courant. Les composants optiques, par exemple, pourront être configurés et commandés électroniquement.
  • Par ailleurs, un gyroscope à fibre optique remplace le gyroscope mécanique. Il permet de stabiliser silencieusement (pas de mouvement mécanique, donc pas d’onde sonore) le périscope et le mât optronique sans être détecté par un sonar. Par ailleurs, la construction non-magnétique du périscope et du mât optronique minimise la probabilité d’être détecté par les navires de surface. Cette conception amagnétique du sous-marin et de ses systèmes embarqués lui autorise des missions d’infiltration sous marine et lui permettra d’opérer dans des zones sensibles.

Sources :
- article du 24 août 2011 sur RP Défense
- article du 24 août 2011 sur DefPro


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Optro_et_def 34 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte