Magazine Asie

Région de Mandalay

Publié le 21 février 2008 par Jean-Michel Frappier
Mandalay c'est bien, mais les alentours sont encore mieux!
On prend un bateau pour parcourir les 11 km qui nous séparent de l'ancienne capitale du royaume, Migun. Difficile de manquer l'immense pagode inachevée du roi Bodapaya, malgré le fait que seule la base fut construite et qu'un tremblement de terre l'abima sérieusement en 1838. Un tas de brique de 50 m de haut c'est tout un tas!
myanmar_mandalay_migun_1
Maquette du projet.
myanmar_mandalay_migun_0004
Le lendemain, on s'embauche un taxi pour moins de 10 $ qui nous fait faire le tour de la région, premier arrêt une autre ancienne capitale ou selon nous un petit village, Amarapura.
On se promène tranquillement dans un monastère où vivent plusieurs milliers de jeunes moines. L'endroit est magnifique, tellement serein et relaxant, les vieux bâtiments en bois et les odeurs d'encens donnent une ambiance magique au lieu. On se sent un peu voyeur à observer les gens avec autant d'intérêt, mais les jeunes bouddhistes nous rassure, ils sont presque aussi curieux que nous. Un autobus débarque avec 40 personnes sans respect qui pointent leurs caméras sur tout se qui bouge, les bonzes partent se cacher et nous on part parce que la lamaserie c'est transformé en zoo humain.
myanmar_mandalay_amarapura_0009
La ville est situé en bordure d'un lac traversé par le plus long pont en bois de tek du monde, vieux de 200 ans il est encore utilisé tous les jours. On traine un peu, question de s'adonner à notre passe-temps favori, épier la vie de tous les jours. On rencontre deux petites filles qui vendent des colliers supposément pour leur école. Comme elles nous disent dans un français impeccable appris en parlant avec les touristes, c'est eux qui les on fait, bizarre on voit les même dans tous les villages d'Asie et au Dollorama! Elles sont tellement drôles et gentilles que l'on marche les 1.2 km du pont avec elles et on les invite à faire un tour de barque sur le lac avec nous. On ne crac jamais, acheter des trucs à des enfants c'est contre nos principes et on n'aime mieux faire des dons à des adultes qui vont mieux le dépenser. On n'a aucune idée de comment elles s'y sont prise, mais à notre retour quelqu'un va recevoir en cadeau un pendentif laid, mais vraiment très laid!
myanmar_mandalay_amarapura0008
Ensuite, on se rend au sommet d'une colline sacrée à Sagaig pour une vue à couper le souffle de la région. À perte de vue des temples, d'autres monastères et des pagodes dorées, plus de 500 à se que l'on nous a dit. Même dans le village le plus minuscule, avec des conditions de vie plus que précaires, on est sûr de voir un lieu de culte recouvert de feuille d'or et d'autres richesses, pour nous c'est étrange, pour eux c'est impensable autrement.
Dernière étape, eh oui encore la capitale d'une autre époque, Inwa. On doit prendre un petit bateau pour traverser un cours d'eau et ensuite, on part sur les routes de terre en calèche. On longe d'anciennes murailles que la jungle a recouvertes, de vieux temples ou bouddha reçois les prières depuis la nuit des temps, un monastère ou les enseignements du Tripitaka se transmettent de bouche à oreille depuis des siècles, des bourgades de maison en bambou et des villageois labourant leurs champs avec des boeufs attelés de machines en bois et on finit notre petit tour à la tour de pise Birmane qui semble ne plus en avoir pour longtemps.
myanmar_mandalay_inwa_2
myanmar_mandalay_inwa_1
Toute une journée! Le soir, pour rire, on demande s’ils se sont enfin décidés à propos de l'emplacement de leur capitale. La réponse, non parce que contrairement à ce que disent toutes les cartes, depuis 2005 Yangon n'est plus la capitale. Le gouvernement a créé une ville au milieu de nulle part 320 km plus au nord, Naypyidaw. Par crainte d'un changement de régime par des forces extérieurs ou pour mieux contrôler le peuple, dans tous les cas se n'est certainement pas pour être plus accessible à la population comme ils le prétendent parce que si rendre ne semble pas possible pour tous surtout pas pour nous.
Pour finir, on vous laisse avec les désirs du peuple selon le quotidien the New Light of Myanmar et une caricature tirée du même torchon.On n'ose même pas s'imaginer ce que l'on peut lire dans la version en birman.
people's desire
rain-of-neo-colonialism-mya

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Michel Frappier 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte