Magazine Politique

L'art français de la guerre

Publié le 29 août 2011 par Egea

Voici donc le prochain Goncourt !

L'art français de la guerre
source

Et comme à son habitude, égéa va vous parler d'un livre qu'il n'a pas lu. Ne serait-ce que pour le titre !

1/ Tout d'abord, obtenir la première page de la nouvelle maquette du Monde des livres (plus un entretien), mais aussi le commentaire chaleureux de Beigbeder dans le Fig Mag et même la critique élogieuse du Canard enchaîné, notre journal officiel, c'est sûr, il va gagner.

2/ Forcément, le stratégiste est intéressé. Et en même temps, tout de suite, il se dit qu'il y a une sorte de plan média très bien orchestré par Gallimard. Ce que confirme cette critique (une des seules discordantes).

3/ Car tout d'abord, on sent bien que l'alternance de tableaux des "travers de notre société contemporaine" avec la description des scènes de guerre ne sera pas du même tonneau, et que si les six chapitres historiés susciteront l'intérêt, les sept chapitres contemporains risquent d'être moins captivants. Une sorte de Stéphane Hessel mieux écrit, en gros.

4/ Et puis on se méfie. D'abord, Beigbeder nous explique qu'il y a des passages qui rappellent la scène coupée d'Apocalypse now (ma critique ici), celle où le héros se trouve dans une enclave française hallucinée qui est un des plus mauvais passages du film : autrement dit, je crains que sous couvert d'histoire, on va nous servir de mauvaises relectures de l'affaire. Je ne demande bien sûr pas une nouvelle version de Lartéguy (au fait, il est mort cet été, RIP) avec ses aspects héroïques, mais je n'ai pas envie d'une chronique un peu morbide qui passerait sous silence les grandeurs de cette période, car il y en eut. Bref, entre le ton épique et glorifiant (j'ai passé l'âge), et la description complaisante et négative (ai-je besoin de préciser que je n'ai pas encore atteint l'âge?), il y a moyen de raconter les choses "entre les deux" : pour tout vous dire, je ne suis pas sûr que "L'art français de la guerre" réponde à cette ambition.

L'art français de la guerre
Bigeard et Lartéguy.

5/ Pourquoi cette méfiance si vive ? Parce que j'avais détesté "Les bienveillantes", lui aussi Goncourt, lui aussi objet d'un "orage médiatique" (voir ma lecture ici). Et j'ai la vague impression du même tapage, alors que le résultat avait été très nauséeux. Donc, méfiance, on verra....

Mais, il me faut vous le répéter, je n'ai pas vu le livre, je ne l'ai pas feuilleté (mon côté Houellebecquien, vous dis-je : encore un Goncourt non lu, décidément, je suis incorrigible). Pourtant, à coup sûr, on va en parler. J'en parle donc, dès fin août. Rendez-vous début novembre....

L'art français de la guerre, par Alexis Jenni, Gallimard, 2011.

O. Kempf


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Egea 3534 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines