Magazine Conso

Apple peut-elle survivre sans Steve Jobs ?

Publié le 30 août 2011 par Iphonezine.fr

« J’ai toujours dit que si venait le jour où je ne pourrais plus remplir mes devoirs et les attentes en tant que directeur d’Apple, je serais le premier à le faire savoir. Malheureusement, ce jour est venu » ainsi commence la triste lettre de Steve Jobs adressée le 24 août dernier au conseil d’administration et à la communauté d’Apple.

Apple peut-elle survivre sans Steve Jobs ?

À 56 ans, l’emblématique cofondateur de la firme à la pomme, en congé maladie depuis le mois de janvier, met un terme à ses fonctions de PDG, cédant la direction à son fidèle bras droit, Tim Cook, en poste chez Apple depuis 13 ans. Il reste cependant dans la société en gardant la fonction de président du conseil d’administration, sûrement pour assurer la bonne tenue de la période de transition.

Apple et Jobs, c’est plus de 35 ans d’histoire qui a débuté en en 1976 aux côtés de son ami Steve Wozniak et de l’éphémère Ron Wayne (qui s’est retiré rapidement par peur d’être endetté). La même année, les deux Steve fabriqueront leur premier ordinateur, l’Apple I qui sera mis en vente au prix de 666,66 dollars. La compagnie au logo en forme de pomme est alors née.

En 1980, Apple entre en bourse faisant rapidement de Jobs le plus jeune homme à entrer dans le classement Fortune des hommes les plus riches de la planète.

Évincé d’Apple en 1985 après une lutte de pouvoir en interne, Steve Jobs crée notamment NeXT (qui deviendra plus tard le fondement de Mac OS) et rachète à George Lucas les studios d’animation Pixar, qui devient rapidement un grand succès avant d’être revendu en 2006 à Disney. Douze ans après son éviction, Apple, en pleine difficulté, décide de le faire revenir pour reprendre la direction en 1997. De retour, Jobs lance alors une nouvelle gamme révolutionnaire d’ordinateurs, les iMac. Les années 2000 sont ensuite marquées par les succès planétaires de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad, qui propulseront l’entreprise aux sommets en devenant la deuxième capitalisation boursière du monde et terrassant au passage son éternel rival Microsoft. « La vision et le leadership extraordinaires de Steve ont sauvé Apple et l’ont guidé vers sa position de compagnie de technologies la plus innovante et de plus forte valeur dans le monde », a ainsi déclaré Art Levinson, au nom du conseil d’administration, dans un communiqué en réponse à la lettre de démission de Jobs.

Considéré comme un acharné du travail et se vouant entièrement à l’entreprise, Steve Jobs est contraint de lever le pied en 2009 pendant six mois. Ses ennuis de santé remontent à 2004 avec une tumeur cancéreuse pancréatique dont il se relèvera, mais dès 2008, ses apparitions publiques pendant les Keynotes le montrent toujours plus affaibli, inquiétant les actionnaires, tant la réussite et la santé boursière d’Apple sont fortement liées à son patron. L’annonce de la démission a d’ailleurs provoqué une baisse de 5% du titre.

Apple pourra-t-elle alors faire perdurer le succès sans son grand visionnaire patron ? Dans un premier temps, le départ de Jobs ne devra pas perturber la sortie de l’iPhone 5 planifiée pour mi-octobre selon les dernières rumeurs, ainsi que l’arrivée de la troisième version de l’iPad pour début 2012. Mais qu’adviendra-t-il après le lancement de ces nouveaux produits ?

L’appétit sans fin du géant Google présent sur tous les fronts restera sans aucun doute la principale menace pour Apple à la sortie de son grand virage de l’après Steve Jobs. Avec le succès grandissant de Google+, la mise en place de Google Music et les avancées rapides d’Android, Cupertino aura vraisemblablement du souci à se faire pour façonner un avenir durable et sans nuage. Soyons objectifs, les évolutions d’iOS sont peu spectaculaires, ou du moins, suivent un rythme trop lent, qu’on peut résumer par « une grande nouveauté par an »… Alors que l’interface graphique d’Android évolue en harmonie avec les technologies du Web 2.0 et se montre ainsi particulièrement dynamique et moderne avec ses nombreux widgets, le springboard de l’iPhone est fade et reste quasiment inchangé au fil des firmwares (une banale série de pages d’icônes… et récemment de dossiers avec l’iOS 4). Si la fluidité est pour l’instant un atout non négligeable à mettre au crédit de l’iOS, le rachat de Motorola par Google devrait mettre fin à cet avantage. Le moteur de recherche possède désormais le matériel pour optimiser les performances de son système d’exploitation mobile Android et ainsi mieux concurrencer l’iPhone à armes égales… bien qu’Apple ait un train de retard concernant les écosystèmes de réseautage social (le réseau musical Ping semble avoir quelques problèmes de délai d’attente dépassé…)

iphonezine-tag


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Applecare
posté le 15 septembre à 13:24
Signaler un abus

C'est clair que Google grignote tout...et que cela va être de plus en plus difficile pour Apple, mais personnellement le monopole de google commence à ...

A propos de l’auteur


Iphonezine.fr 1907 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines