Magazine

Etat chronique de poésie 1305

Publié le 30 août 2011 par Xavierlaine081

 monexlibris2051.jpg

1305

Déserté les rives ou travail s’alimente

Explorer celles où rêves lézardent

Au grand soleil d’un été de tendresse épris

.

A trop regarder passer les nuages

L’esprit se disperse en fines gouttelettes

Parcourant le monde

En l’inondant de larmes

*

Mais qu’est cette destruction

Que l’amie porte en elle

Regard posé au miroir déformant

De jalousie

.

A trop regarder au travers

Le réel n’est que pénombre rayée

En noir et blanc d’une vie cloisonnée

*

Me voici donc dans l’attente

Ton message me parvient

Mais trop tard

Repos interrompu

Marche forcée sous l’astre solaire

Suée et torpeur vite oubliées

Au versant qui dicte ma présence en ces lieux

.

A peine sac posé que déjà la pluie

Tombe en cataractes d’évènements et de tâches

Souillant l’après-midi d’une ardeur sans pareille

*

Tu rêves de t’étendre

Sous la tente amoureuse

En des déserts

Que nul n’explore

Et y accueillir ton ultime sommeil

.

Manosque, 18 juillet 2011

©CopyrightDepot.co 00045567

sceau1.gif


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Xavierlaine081 5039 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte