Magazine Environnement

Le changement climatique renforce-t-il les ouragans ?

Publié le 30 août 2011 par Josepha @josepha45

S'il n'a pas été l'apocalypse tant redoutée, l'ouragan Irene, qui balaye désormais le Canada rétrogradé en tempête tropicale, affiche un bilan provisoire déjà bien lourd : 32 personnes tuées dans neuf Etats de la Côte est des Etats-Unis, quatre millions de personnes privées d'électricité et des dommages qui pourraient s'élever de 5 à 7 milliards de dollars. Car Irene a été quelques jours classé au niveau 3 de l'échelle de Saffir-Simpson, avec un diamètre de 820 km et des vents culminant à 150 km/h. De quoi raviver une question récurrente : la fréquence et l'intensité des ouragans augmentent-elles en raison des changements climatiques induits par l'homme ? Comme toujours avec la science du climat, la réponse n'est pas réellement tranchée. Mais nombre de chercheurs estiment que les ouragans se renforceront à mesure que la planète se réchauffe, Irene leur apparaissant comme un signe avant-coureur de cette tendance. Un fait est bel et bien établi : le nombre de cyclones reste stable tandis que leur puissance globale augmente depuis un demi siècle. Ainsi, une étude publiée en août 2005 dans la revue Nature montrait-elle, en se basant sur les enregistrements des vitesses maximales des vents, que l'énergie totale dissipée par les ouragans de l'Atlantique Nord et du Pacifique Ouest avait augmenté de 70 % depuis 30 ans. 000 122707341professeur de sciences dans la foulée, une autre étude, publiée cette fois dans Science en septembre 2005, confirmait ces résultats : le nombre d'ouragans de catégorie 4 ou 5 a augmenté de 57 % entre 1970 et 2004. En proportion, sur l'ensemble des cyclones, ceux de force majeure sont ainsi passés de 20 % à 35 % en 30 ans. Alors, comment expliquer cette hausse de leur intensité ? C'est là que les avis divergent. Pour l'auteur de la publication dans Nature, Kerry Emanuel, professeur de sciences atmosphériques à l'Institut de technologie du Massachusetts, la raison est à chercher du côté des températures de l'eau. Le météorologue a ainsi prouvé que les courbes d'évolution de la puissance des ouragans, d'une part, et celles de la température à la surface des océans, d'autre part, évoluaient de façon très similaire, toutes deux à la hausse. L'océan, qui se réchauffe depuis plusieurs décennies, renforcerait donc la puissance des ouragans, ce qui semble se vérifier avec Irene, survenu à une période où les températures dans l'Atlantique sont supérieures à la moyenne pour cette période de l'année, comme le montre ce graphique de la NOAA. Or, l'élévation de la température des océans a été corrélée avec le réchauffement climatique d'origine anthropique. "La preuve d'un lien entre les ouragans de l'Atlantique et le changement climatique L'augmentation de l'intensité des ouragans se voit par ailleurs renforcée par un autre effet du changement climatique : la montée du niveau des eaux. Vingt centimètres de plus, en moyenne, dus aux émissions de gaz à effet de serre, fragilisent encore davantage les parties du littoral au niveau de la mer face aux tempêtes qui peuvent accompagner de puissants cyclones. Mais pour d'autres experts, tels que Thomas Knutson, chercheur au laboratoire de dynamique des fluides géophysiques de Princeton, la hausse de la fréquence des cyclones de force 4 ou 5 observée ces dernières décennies s'est produite sur une trop courte période pour en déduire une tendance sur le long terme. Elle pourrait ainsi tout simplement résulter de la variabilité naturelle du climat, sans aucun lien avec le réchauffement. Car si la température constitue un des éléments essentiels dans la formation des cyclones, d'autres facteurs jouent un rôle extrêmement important, comme le cisaillement vertical des vents, c'est-à-dire une différence dans la vitesse et la direction des vents entre deux altitudes qui empêche, si elle est forte, la formation des ouragans. Une fois ces précautions prises, Knutson estime néanmoins, dans un papier signé l'an dernier dans Nature avec Emanuel et huit autres scientifiques, que le réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre débouchera sur l'augmentation de la fréquence des ouragans les plus forts. Selon des modèles dynamiques que ces experts ont élaborés, l'intensité globale des tempêtes devrait s'accroître de 2 à 11 % d'ici 2100. Soit des chiffres inférieurs aux tendances des 30 dernières années établies par les publications citées plus haut. Mais cette fois, la position fait davantage consensus au sein de la communauté scientifique.  

   Photo : CHIP SOMODEVILLA/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP Sur ces liens entre phénomènes météorologiques extrêmes et changement climatique, vous pouvez retrouvez deux précédentes notes de blog concernant la forte occurrence de tornades et de tempêtes ces derniers temps.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par  Josepha
posté le 01 septembre à 20:01
Signaler un abus

Je remercie overblog pour m'avoir si gentiment bien noté.

A propos de l’auteur


Josepha 492 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte