Magazine Science & vie

Un gros coup de rogne à propos de ARTE /Début et suite

Publié le 30 août 2011 par 000111aaa

Il m’est arrivé quelques fois de dire à mes lecteurs : « Attention aujourd’hui ça vaut la peine de me lire avec attention car je parle dans ma spécialité professionnelle stricte … » ; eh bien cela va être le cas !
1/RAPPELS DES FAITS
Hier soir sur ARTE 22H10 une équipe de physiciens danois (Dr SVENSMARK) et allemands développent leur théorie sur l’influence du SOLEIL sur le climat de la TERRE…… « Eh quoi me répondriez-vous , une de plus ! N’avez-vous pas dans plusieurs articles déjà présenté les théories de CLAUDE ALLEGRE et consorts sur les variations des caractéristiques astronomiques du couple , maintes fois signalées dans la littérature scientifique ? »
Oui certes je l’ai fait ! Et j’ai même eu droit à des reproches virulents de certaines personnes me reprochant de porter trop d’attention a la bande d’absorption infra rouge du CO2… Mais je me rappelle également avoir dit à mes lecteurs que la bande principale d’absorption de H2O était encore plus importante 1600cm-1 et que l’influence de la vapeur d’eau sous forme de brouillards , nuages , pluies , neiges etc. était énorme et qu’ il restait énormément à apprendre sur le cycle de l’eau en relation avec le climat ..
J’écoute donc hier soir avec attention sur ARTE des physiciens et astronomes développer une théorie sur :
-l’influence des rayons cosmiques sur l’ionisation des molécules de l’atmosphère ;
- l’influence de l’ionisation de H2O vapeur et la dépendance de la cinétique de formation des nuages à ce facteur ;
-l’influence de la concentration en rayons comiques galactiques lorsque le SOLEIL , perché sur son bras spiral dans la Voie lactée tourne avec cette dernière tous les 200-300 millions d’années environ
-la corrélation qui se dégagerait entre les périodes de fortes concentrations de rayons cosmiques et les périodes de fortes nébulosités, car qui dit augmentation des nuages dit modification de l’albédo et renvoi de la chaleur solaire vers l’espace, refroidissement du climat etc. etc.
Après une présentation rapide de la théorie, l’émission montre quelques images très peu explicites sur une expérimentation effectuée en laboratoire sans que l’on sache évidemment quoique ce soit de précis sur la simulation cosmique à cette échelle ,les taux d’ionisation obtenus ,les taux de nucléation de gouttes de pluies ou de cristaux de neige etc.
Et de conclure alors par une virulente attaque paranoïaque des journaux scientifiques à comités de lecture en les accusant de refus d’acceptation des résultats car remettre en cause comme il le font , l’influence du taux atmosphérique de CO2 sur l’augmentation de l’effet de serre serait devenue de nos jours tellement politiquement incorrect que la censure des résultats deviendrait obligatoire !
2 :MA CRITIQUE
C’est alors que je me rappelle vous avoir présenté plusieurs articles DE VULGARISATION à partir de l’excellent numéro de CLEFS CEA n°58 FIN 2009 intitulé »Dans les secrets de l’univers » et d’avoir notamment parlé de l’article de J.BALET/A.DECOURCHELLE/I.GRENIER ainsi que de celui de M.ARNAUD les rayons cosmiques, leur origine , leur mécanisme, leur mesure, leurs effets etc. et je me dis que décidément les arrières pensées politiques sont telles que parfois elles interviennent même en faussant le bon sens ultime des scientifiques ….Le paradigme écologique actuel peut être adroitement manipulé pour ou contre le CO2 , le nucléaire , les énergies fossiles et que sais-je encore si l’on veut continuer à utiliser ce qui fait la force spécifique des ressources de son pays ( son charbon , son uranium ,sa foret , son vent , son soleil excessif , ses ressources en H20 etc.)…..Exprimant ceci en clair je résumerai que pour chaque nation ,son régime , sa culture, son niveau de vie et surtout son économie PASSENT AU PREMIER PLAN et l’écologie passe en second …..
Quant à l’aspect scientifique de ce travail et l’influence de la sortie ou non du bras spiral de la VOIE LACTEE par le couple SOLEIL /TERRE sur LE CLIMAT DE LA TERRE ET SA NEBULOSITE je répondrai par la corrélation ironique que nous tirions a SACLAY pour notre personnel féminin : « ATTENTION mesdames !Gardez-vous de prendre trop souvent l’ascenseur !
-ET pourquoi donc MESSIEURS , voudriez-vous en conserver l’usage exclusif ?C’est une forme de discrimination sexuelle insupportable ( et politiquement incorrecte ) !
-QUE NENNI MESDAMES !Les études statistiques montrent clairement qu’ il y a une forte proportion de femmes enceintes dans nos ascenseurs !Le coefficient de corrélation est très important !Prendre l’ascenseur favorise indiscutablement l’apparition de l’état de grossesse !
- oh MESSIEURS s il n’y avait que ce facteur-là !
-mais mesdames nous n’avons jamais parlé des enfants du facteur !
J’AIMERAI QUE MES LECTEURS MEDITENT QUELQUE PEU SUR CE POINT !

;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Un de mes correspondants m a signalé un travail du CERN ou les paramètres d expérimentation étaient eux  cette fois clairement définis   et montreraient que :

-   les aérosols de basse atmosphère ne sont pas correctement expliqués

-   les aérosols de moyenne troposphere sont très augmentés par les rayons cosmiques sans que pourtant ils puissent favoriser la condensation en gouttelettes ;

Je vous donne un extrait de la dépêche AFP « Cela a été une grande surprise de découvrir que la formation d'aérosols dans la basse atmosphère n'est pas seulement due à l'acide sulfurique, l'eau et l'ammoniaque", résume M. Kirkby, alors que "tous les modèles" supposent qu'ils suffisent pour former les noyaux de condensation.

Dans la moyenne troposphère (au dessus de 5.000 m d'altitude), les rayons cosmiques "augmentent significativement" - de deux à dix fois - la formation d'aérosols de fines particules en suspension dans l'atmosphère. Mais les particules créées "restent trop petites pour servir de germes aux gouttes des nuages", a-t-il précisé à l'AFP.

L'équipe de l'expérience CLOUD (Cosmics Leaving OUtdoor Droplets), qui vise à étudier le rôle des rayons cosmiques dans la création d'aérosols, compte poursuivre ses travaux pour trouver les autres éléments nécessaires à leur formation.

Sans se prononcer à ce stade, sur l'éventuel impact des rayons cosmiques sur la formation des nuages et le climat, M. Kirkby estime que les modèles actuels pour traiter la création d'aérosols devront être revus. »

CELA IMPLIQUE UNE PRUDENCE DANS LA CONCLUSION DE LA MODIFICATION DU CLIMAT PAR LES RAYONS COSMIQUES   ET L HESITATION DES REVUES SCIENTIFIQUES A PUBLIER LES RESULTATS DANOIS


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine