Magazine Amérique du nord

Finlande: Inari, visite du musée SIIDA

Par Grégory Gossellin De Bénicourt @benicourt81

Arrivée près du lac d’Inari, le lac aux 3000 îles. La route reliant la Norvège à cette petite ville était entièrement en travaux, ce qui nous a laissé amplement le temps de regarder les rennes déambulant sur le côté de la route. Il y a la possibilité d’aller randonner sur 15 km pour aller visiter une grande église en bois, toutefois, le temps ne nous en donne pas l’envie, nous préférons visiter le musée SAMI.

Le Musée Sami et le Centre de la Nature de Laponie du Nord (Siida = village sami, en langue sami du Nord) se situent sur les bords du Lac Inari, endroit où vivent traditionnellement les Samis d’Inari. Une année complète dans le Nord de la Finlande et la culture Sami sont présentées dans l’exposition. L’année débute avec la naissance des veaux rennes en mai. La prolifération des insectes fin juin…L’été est court mais intense et est rapidement suivi par un automne riche en couleurs. Puis la neige fait son arrivée pour un hiver proche de 8 mois. Les activités des Samis (la chasse, la pêche, l’agriculture, l’élevage, l’alimentation…), leurs différents types d’habitation (tentes, maisons de tourbes, maisons en rondins puis maisons en bois identiques aux autres habitants de Finlande), l’habillement (le cuir, le fil de tendon, le foin à chaussures, la laines, les costumes), leur culture se sont développées sous ce climat arctique. La visite se fait sous un fond sonore permettant d’entendre les cris des différents animaux que l’on peut trouver dans les « forêts de bouleau des fells (collines) » et les grandes forêts de sapins, le cri des oiseaux rieurs fait penser tout d’un coup à quelqu’un de familier… Quelques affiches nous montrent l’évolution de la religion SAMI, les être surnaturels du panthéon sami étaient des esprits de la nature, tels que les Dieux de l’Eau, du Vent, de l’Orage et de la Chasse. L’adoration du Dieu de l’Orage a été influencée par l’existence du dieu scandinave Thor. Le soleil était adoré lors de sacrifices et de festins annuels. Mais au moyen âge, la foi catholique a gagné du terrain… et au XVème siècle, l’église orthodoxe est devenue maître chez les Skolts.

Une autre affiche retient l’attention de Grazie, qui s’est fait attaquer sur la route par cette immense grosse bestiole : le Lemming…. (et oui, sur la route, un lemming ne voulait pas bouger, Grazie est donc descendue pour le pousser au cul…. Il a eu peur s’est retourné sur ses pattes arrière et en battant des battes avant a poussé un cri strident…. Entrainant un bon d’un mètre de l’humaine 100 fois plus grande…. Mais nan y a pas de honte…. C’est une souris…mais une grosse !!!!!!). Nous disions donc le lemming de Norvège…l’exemple le plus impressionnant de l’explosion de population caractéristique des espèces du Grand Nord. Une abondance de Lemming temporaire permet aux harfang, buse pattue et renard arctique d’avoir des portées avec beaucoup de petits. Lorsque la quantité de nourriture disponible diminue, ces prédateurs cessent pratiquement de se reproduire.

Une autre exposition nous montre l’arrivée des 1ers humains il y a environ 10.000 ans en Scandinavie, la fonte des glaciers qui l’a précédée et permise. Une petite vidéo est présentée à l’auditorium sur les aurores boréales à 11, 14 et 16 heures. Nous arrivons à ce qui nous semble être 14 heures, mais nous n’avions pas regardé qu’en Finlande, il y avait un décalage horaire, nous sommes bons pour attendre la présentation de 16 heures, présentation de 10 minutes avec musique SAMI.

L’angélique, l’herbe miraculeuse de Laponie L’angélique (Angelico Archongelico) est un excellent exemple du savoir des Samis dans l’utilisation des plantes pour se nourrir et se soigner. Dès 1732, Carl von Linné avait noté que les Samis consommaient de l’angélique seule ou avec du lait de renne. L’angélique était également utilisée comme plante médicinale pour prévenir le scorbut, comme tranquillisant et comme remède contre la diarrhée et les oxyures. Les feuilles étaient utilisées comme légume, épice et pour faire du thé. Les tiges étaient consommées avec du saumon, de la graisse de poisson et du beurre. L’angélique pouvait également être bouillie avec du sucre pour former une gelée. Les racines « séchées étaient utilisées comme médicament et aliment.

CIMG8054.JPG
CIMG8055.JPG
CIMG8056.JPG
CIMG8057.JPG
CIMG8059.JPG
CIMG8061.JPG
CIMG8067.JPG
CIMG8068.JPG
CIMG8069.JPG
CIMG8071.JPG
CIMG8073.JPG
CIMG8077.JPG
CIMG8078.JPG
CIMG8084.JPG
CIMG8087.JPG
CIMG8093.JPG
CIMG8095.JPG
CIMG8099.JPG
CIMG8100.JPG
CIMG8101.JPG
CIMG8106.JPG
CIMG8107.JPG
CIMG8111.JPG
CIMG8113.JPG
CIMG8122.JPG
CIMG8127.JPG
CIMG8142.JPG
CIMG8145.JPG
CIMG8151.JPG
CIMG8152.JPG
CIMG8153.JPG
CIMG8157.JPG
CIMG8158.JPG
Finlande: Inari, visite du musée SIIDA
CIMG8161.JPG
CIMG8166.JPG
CIMG8171.JPG
CIMG8189.JPG
CIMG8190.JPG
CIMG8193.JPG
CIMG8194.JPG
CIMG8195.JPG
CIMG8199.JPG
CIMG8200.JPG
CIMG8201.JPG
CIMG8202.JPG
CIMG8203.JPG
CIMG8210.JPG
CIMG8212.JPG
CIMG8215.JPG
CIMG8216.JPG
CIMG8221.JPG
CIMG8222.JPG
CIMG8224.JPG
CIMG8230.JPG
CIMG8245.JPG

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :