Magazine Football

Barcelone – Milan : une souffrance douce à savourer

Publié le 14 septembre 2011 par Passionacmilan

Thiago SilvaSur le terrain des meilleurs du monde, l’AC Milan a réussi à arracher un match nul avec le coeur. Ce match ne restera pas dans l’histoire mais les Rossoneri ont tout donné, ils ont joué avec honneur et humilité, ils ont su reconnaitre leurs limites et jouer avec leurs armes contre une équipe supérieure. Et la détermination a fini par payer, le sort a finalement récompensé l’effort. Milan – Barcelone : 2-2. Pato a surpris le monde entier avec un but de fuoriclasse avant que la machine catalane se mette en marche…

Ensuite, Milan a souffert, a subi, a encaissé deux buts (dont un sur coup franc très discutable après une demi simulation de l’expert Busquets…) mais n’a jamais abandonné, s’est battu avec toutes ses forces, s’est accroché et a égalisé à la toute dernière minute grâce au but de Thiago Silva. La Diavolo arrache un point important dans l’antre des champions d’Europe et inaugure ainsi son parcours en Champions League sur une note positive. Ironie du sort : notre Mister X n’a pas été influent alors que Pato et Thiago Silva, deux joueurs recherchés par le Barça, ont été fatals. Évidemment, ce n’était pas le Milan habituel en version européenne, celui qui commande le jeu mais l’équipe d’Allegri a tout de même joué ‘da Milan’ face aux Superchampions d’Europe, une équipe qui prend le ballon et ne le perd plus, une équipe qui a 5 matches officiels, avec un seul match nul, en déplacement. Barcelone est tout simplement la meilleure équipe du monde actuelle et l’AC Milan a interprété la rencontre parfaitement, en n’essayant pas de rivaliser avec son adversaire sur son point fort mais en le contrant avec les armes à disposition, sans Ibra, Robinho et même Boateng. Barcelone domine tous ses adversaires avec une moyenne de 70% de possession de balle, pourquoi Milan aurait-il échappé comme par magie à la règle? La seule manière d’obtenir un bon résultat était de savoir souffrir, se sacrifier et attendre les bons moments pour frapper. Se projeter vers l’attaque aurait été comme se jeter dans la gueule du loup. L’équipe a bien interprété le match et a obtenu un bon résultat. Comme l’a souligné Allegri après la rencontre, Milan ne peut pas prendre tous les matches en main, surtout contre des adversaires de ce calibre. Il faut profiter de ses propres armes, avec ses propres moyens et avoir l’humilité de reconnaitre ses faiblesses. Ainsi, les Rossoneri ont disputé un match dans la souffrance grâce à une défense organisée et disciplinée, à la limite de l’héroïsme, à l’image de Nesta, très certainement le meilleur milanais hier soir.

Ce match nul au Camp Nou vaut autant qu’une victoire, au moins pour le moral de l’équipe qui a tenu tête face aux meilleurs même s’il faut reconnaitre la domination absolue du Barça. Il n’y a pas de honte à affirmer que Barcelone méritait la victoire mais Milan a le mérite d’avoir résisté, d’y avoir cru et de ne pas avoir perdu grâce à la bravoure de sa défense. C’est le football, ce n’est pas une science exacte et c’est ce qui fait toute sa beauté… la domination et la possession de balle sont importantes mais la rigueur défensive et le réalisme le sont tout autant. Une équipe peut perdre un match qu’elle méritait de gagner tout comme elle peut gagner un match qu’elle méritait de perdre. L’équipe d’Allegri s’est défendue et accrochée comme une « petite équipe »? Oui mais elle a attaqué avec le réalisme d’une grande! L’absence d’Ibrahimovic s’est faite énormément ressentir (comme c’était facilement prévisible) et sa présence aurait probablement permis à l’équipe de moins souffrir. Le match s’est terminé sur plus d’une égalité : le score d’une part mais aussi la « manière » : but phénoménal de Pato, réponse géniale de Messi. But sur balle arrêtée de Villa, égalisation de Thiago Silva sur corner. Soyons honnêtes : la différence de niveau s’est vue sur le terrain, Milan est encore très loin du niveau de jeu des plus forts mais a démontré pouvoir sortir du terrain la tête haute et avec un bon résultat.

Néanmoins, les Rossoneri ont obtenu un match nul qu’ils ne méritaient pas forcément vu le déroulement du match, l’équipe doit bien interpréter ce résultat pour éviter de croire qu’elle se situe au même niveau que Barcelone. Une telle idée serait trompeuse mais surtout néfaste pour la suite de la saison. Ce match a prouvé qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre le niveau des meilleurs mais ce résultat inespéré prouve que tout est possible dans le football. Cette idée doit donner de l’enthousiasme et de la conviction à l’équipe qui doit archiver ce bon résultat tout en étant consciente de ses limites. C’est en continuant à avancer avec cette humilité que l’AC Milan peut penser à réaliser une bonne campagne européenne.

Ce Milan n’est évidement pas celui de Sacchi mais c’est une équipe de guerriers qui n’abandonnent jamais. C’est l’esprit même du Milan d’origine, des casciavit, un Milan ouvrier. Des Rossoneri qui ne perdent pas espoir, qui gardent leur sang froid, qui ont conscience de leurs moyens et de leurs limites. Ce sont des joueurs qui ne se découragent pas et qui ne se laissent pas aller. Combien d’équipes se seraient écroulées après le but du 2-1? Milan a continué son match sans s’affoler, l’équipe a continué à se battre car elle savait que ça pouvait payer. L’équipe d’Allegri a fait preuve d’un réalisme très impressionnant, la marque d’une grande équipe est de pouvoir marquer n’importe quand et peu importe le déroulement du match. Ces Rossoneri se battent sur tous les ballons même s’il faut parfois commettre une faute pour le bien de l’équipe, une faute honnête, pas un geste méchant et gratuit. Ce Milan respecte son adversaire et veut être respecté. Il est représenté par des joueurs qui se disputent sur le terrain et qui s’encouragent mutuellement car ils y croient.

Milan peut être battu mais le fera après avoir fait son maximum pour l’éviter. Ce Milan est prêt à applaudir l’adversaire s’il a été meilleur mais il doit d’abord le prouver sur la pelouse. Ces Rossoneri sont conscients que chaque ballon, du premier au dernier, compte et ne veut pas avoir lee remord de ne pas avoir tout essayé. Allegri a construit une équipe qui se bat sur le terrain et qui ne cesse jamais d’y croire car ce groupe sait que dans la vie, si tu veux quelque chose, il faut d’abord y croire avant d’essayer de l’avoir. Sur le plan de l’attitude et de l’engagement, ce Milan n’a rien à envier aux invincibles, aux immortels et aux merveilleux. Ce nouveau Milan n’a pas encore écrit l’histoire mais est conscient d’avoir le matériel pour y arriver. Soyons fiers de nos Rossoneri. Soyons fiers d’appartenir à cette famille et soyons fiers de ce Milan, qu’il gagne ou non. Parce que ce Milan y croit toujours et n’abandonne jamais.

Article rédigé par admin
Nombre de lecture(s) : 937


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines