Magazine Football

Benfica 1 - 1 Man Utd : Le strict minimum...

Publié le 15 septembre 2011 par Dlem

Un point et puis c'est tout. Ryan Giggs a répondu au joli but de Cardozo, le tout en première période. C'est tout ce qu'on retiendra, ou presque...

CL01_Benfica_1_1_MU
C'était, de l'avis unanime, le match le plus difficile de ce groupe C pour les Red Devils. Si on compte sur un sans faute à domicile et des succès également sur les terrains de Bale et Otelul Galati, ce point du partage est sans aucun doute un bon point. Oui mais voilà, Benfica, s'il a montré de belles choses, n'est pas un épouvantail et vu le niveau de United ces dernières semaines, les trois points étaient plus qu'envisageables dans ce stade de la Luz extrêmement bruyant (il faudra un jour m'expliquer l'intérêt des sifflets incessants de ces stades latins, comparables aux horribles vuvuzelas).

A l'annonce des équipes, on a vite compris que United n'allait pas régaler pour son retour en Ligue des Champions, quatre mois après la déception de la finale à Wembley. Un milieu Carrick, Fletcher et Giggs, auxquels s'ajoutaient encore comme revenants un Fabio ou un Valencia, pour le seul Rooney en pointe... La fraîcheur, la vitesse et l'inspiration qui ont fait des merveilles depuis le mois d'août allaient forcément manquer hier soir. Ajoutons que De Gea laissait pour l'occasion sa place dans les perches à Lindegaard, qu'en plus de Fabio, Smalling, Evans et Evra complétaient la défense, et que Ji-Sung Park était aligné sur l'aile gauche. Clairement, Fergie venait chercher le minimum syndical en laissant ainsi les Ferdinand, Nani, Anderson et autres Young au repos en vue du choc de dimanche face à Chelsea.

Nous n'allons pas nous attarder sur la rencontre en elle-même, disputée à un rythme de sénateur par nos champions, qui ont certes confisqué le ballon la plupart du temps (presque 70% de possession), mais qui se sont trop rarement montrés dangereux. Avec un peu plus de réussite et un moins bon Lindegaard, les portugais auraient même pu revendiquer la victoire. On a beau avoir l'attaquant le plus en forme du moment dans ses rangs, si personne ne le fournit en bons ballons et qu'il est obligé de constamment redescendre pour toucher le cuir, cette arme perd automatiquement de sa puissance.

Ce match ne restera donc pas dans les annales. Soit. L'essentiel est là : un bon point chez le seul concurrent digne de ce nom dans ce groupe, quelques retours qui ont permis aux joueurs en forme de se reposer pour dimanche, et deux joueurs au-dessus du lot; Lindegaard et Evra. Le gardien danois a démontré qu'il n'avait pas l'intention de jouer les doublures cette saison en sortant quelques beaux arrêts et en se montrant très rassurant (plus que De Gea ?). Patrice Evra, à nouveau capitaine en l'absence de Vidic, a quand à lui pistonné sur son flanc gauche et montré cette rage qui a fait de lui l'un des meilleurs à son poste. Le français semble enfin de retour à son meilleur niveau et c'est plutôt une bonne nouvelle. Enfin, terminons sur le cas Ryan Giggs. Pas génial, notre légendaire gallois est l'auteur du but égalisateur et entre un peu plus dans l'histoire du foot en devenant le seul à disputer 17 Ligues des Champions et le seul à avoir marqué dans les 16 dernières campagnes... Chapeau.

Dimanche, c'est donc le choc entre les deux meilleures équipes anglaises de cette dernière décennie. United reçoit Chelsea à Old Trafford avec la ferme intention de continuer sa marche en avant pour ce troisième gros morceau, déjà, à la maison. Avec l'équipe d'hier, on serait en droit d'être inquiets, mais avec celle de samedi dernier, les Blues risquent d'avoir du mal à suivre. C'est tout le mal qu'on leur souhaite...

Casting : Lindegaard, Fabio (Jones), Smalling, Evans, Evra, Valencia (Chicharito), Fletcher (Nani), Carrick, Giggs, Park, Rooney.

Recalés : De Gea, Anderson, Owen, Berbatov.

Premier rôle : David De Gea a été acheté pour remplacer Van der Sar, mais United semble pouvoir compter sur un autre jeune gardien prometteur qui ne l'entend pas de cette oreille. Anders Lindegaard n'a peut-être pas le même CV que l'espagnol, mais il a montré hier qu'il avait peut-être plus en commun avec Peter Schmeichel que la simple nationalité danoise...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dlem 1447 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines