Magazine Poésie

L'homeopathie de l'ame

Par Elisabeth Leroy

Par la figure de thyrse, Baudelaire eût pu trouver la caution littéraire de son ambiguïté native, par où d'ailleurs il ressemble, précisément, à De Quincey ; en fait, le poème en prose lui a servi, mieux que le poème en vers et il suffirait pour s'en convaincre de comparer les variantes vers et prose du même thème, à découvrir la solution esthétique de son ambiguiïté ; car, comme le thyrse lui-même, dont on ne sait s'il est bâton sec ou feuillage vivant, Baudelaire est bien le poète de l'ambiguïté et l'ambiguïté technique que figure le thyrse est sans doute le remède homéopathique de l'ambiguïté spirituelle. La poésie comme homéopathie de l'âme ... qu'il serait séduisant de trouver là une interprétation vraiment "spirituelle" de l'oeuvre baudelairienne !

(Henri LEMAITRE)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elisabeth Leroy 1160 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines