Magazine

Si la Mauritanie est toujours inégalitaire… Par Ibrahima falilou

Publié le 18 septembre 2011 par Bababe

La vie politique et sociale du pays reste marquée ces derniers temps par une forte agitation.   De partout nous sommes traversés par des courants de protestation et de contestation portant sur des états de fait que les uns  dénoncent et que les autres contestent soit l’existence soit la pertinence des formes de lutte .L’IRA et la question de l’esclavage, Touche pas à ma nationalité et l’affaire de l’enrôlement…etc

Quelle lecture faut-il   se faire de cette recrudescence de la fibre contestataire ? Peut-on y voir l’expression d’un dynamisme démocratique où les libertés d’expression et d’association boostent les ardeurs revendicatives et offrent des tribunes d’expression plurielle qu’un environnement social sclérosé a du mal à offrir ? Ou au contraire faut-il y déceler l’empreinte d’une époque où le brassage des peuples à la faveur du « paradigme médiatique »crée le culte des comparaisons qui  fait naitre ici comme ailleurs une conscience du refus assez marquée ?

Les hommes ressemblent à leur époque et notre époque est une époque de contestation. Le quotient d’indignation est assez élevé de nos jours  parce que nous disposons de meilleurs outils pour jauger nos réalités, mesurer nos performances et apprécier nos vécus. Nos schémas mentaux deviennent de plus en plus critiques et donc moins permissifs aux traditionnels discours démagogiques qui agissaient jusqu’ici comme  soupape de stabilisation sociale. La réalité devient du coup crue, nue. Les injustices remontent en surface et apparaissent au grand jour. Il suffit juste alors d’ouvrir les yeux ; de regarder autour de soi, juste autour pour constater qu’en réalité en Mauritanie ce n’est pas parce que « nous venons de loin » mais plutôt parce que  nous étions allés loin, trop loin dans l’inégalité et la discrimination raciale .La fracture sociale chez nous est si profonde, si criarde, si injuste .Sa première expression est d’abord et surtout raciale  avant d’être autre chose. Peu importe le nom que nous donnerons à ces « ordres » ; peu importe leur provenance. Le fait est  que quand dans un pays certains ont plus d’opportunités que d’autres, plus de moyens que d’autres, plus de pouvoirs que d’autres, plus d’influence que d’autres, plus de représentativité que d’autres du simple fait de la couleur de leur peau, Ce serait puéril et malveillant de réduire cette injustice à une simple question de  vocabulaire, un simple contenant lexical. Appelez –le racisme, discrimination, esclavage, séquelles ou survivances !qu’importe ! Le fait est que les citoyens ne sont pas égaux de Fait, de visu !

Ici, les positions et les postures affichent des relents  colorés .la géographie est une sociologie  la sociologie, une économie et l’économie une politique. Le tout formaté dans un style quasi normatif où toute vision contraire apparait comme une hérésie .Ne ne pas s’offusquer de la réalité mais s’indigner de l’appellation qui lui est faite ! C’est  ridicule, immorale et bassement provocateur.

Que cette injustice soit l’œuvre de politique actuelle ou l’émanation de pratiques et politiques anciennes n’enlève en rien de sa perversité .Car  un effet non traité devient une cause .Une séquelle  qui perdure cesse d’être séquelle .Elle devient entretenue. Notre responsabilité est de combattre  cette  violence faite à des hommes et femmes de ce pays au nom de valeurs rétrogrades et infectes. Car l’injustice est une violence et elle est porteuse de violence .Nous nous devons de la combattre  au lieu de combattre ceux qui la dénoncent. Et d’où qu’elles nous viennent les injustices qui structurent notre société sont intolérables. Nos consciences les répugnent comme anachroniques et non conformes à l’image de pays démocratique que nous voulons donner de nous-mêmes .Parce que la démocratie ne saurait se réduire à un simple alignement de libertés. Elle ne peut et ne doit s’accommoder de pratiques injustes fussent –elles des vestiges d’un passé récent. La démocratie se fonde sur le droit et le droit ordonne, oriente mais surtout répare. Il a vocation de (r)établir des équilibres et de façonner des modèles. Elle ne doit en aucun cas être une légitimation d’ordres pernicieux. Elle n’est pas saupoudrage mais refonte en profondeur, restructuration. Celle qui fait sauter les lignes de démarcation basées uniquement sur des considérations ...épidermiques. On ne peut s’abriter derrière l’histoire  pour justifier notre inaction. L’on ne peut tout le temps invoquer le passé pour nous dédouaner de nos errements. C’est trop facile. La gouvernance, c’est  l’art de réparer les torts  les nôtres et ceux de nos prédécesseurs. C’est indécent  de passer le temps à leur faire porter la responsabilité de nos échecs collectifs. Si l’héritage s’impose comme  fatalité c’est qu’il bénéficie de la complicité des hommes. Si la Mauritanie est toujours inégalitaire ce n’est certainement plus la faute à l’histoire !

Ainsi l’Etat doit s’adapter à la nouvelle donne, le gouvernement s’arrimer à cette exigence de la gouvernance politique moderne car inéluctablement l’on va vers une massification de ces pôles de contestation et un triomphe certain des idéaux et valeurs dont ils sont porteurs. C’est la loi de la marche du monde et la sagesse politique commande de  comprendre et  accompagner les processus historiques irréversibles.

   Ibrahima falilou

     Professeur


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Un écrivain plaide pour la réconciliation nationale en Mauritanie

    Date : 21/2/1 à 15:36:30 Paris, France (PANA via Mauritanie-web) – Le journaliste et écrivain mauritanien Bios Diallo invite dans un livre, qui vient de paraîtr... Lire la suite

    Par  Benard
    CULTURE, LIVRES
  • Des messieurs si tranquilles

    messieurs tranquilles

    Témoignages d’anciens combattants Juifs volontaires durant la Seconde Guerre Mondiale. De France, d’Algérie, du Maroc, de Tunisie…ils avaient rejoint les... Lire la suite

    Par  Mickabenda
    CINÉMA, CULTURE
  • Et si ta maman...

    maman...

    Sait-on ce qu'est exactement un anniversaire à cinq ans ? Parce que c'est le tien aujourd'hui.Depuis deux jours, tu reçois pleins de gens qui te disent "happy... Lire la suite

    Par  Albanlao
    NOUVELLES, PHOTOS, TALENTS
  • Et si mon SOS...

    SOS...

    Tendance à la dépression depuis deux jours. L'instabilité du climat n'arrange pas les choses.Rien de bien grave cela dit. Une mauvaise passade. Juste une... Lire la suite

    Par  Albanlao
    NOUVELLES, PHOTOS, TALENTS
  • Un machisme si particulier

    Suite à une discussion chez Môssieur Resse, je prolonge ici mes commentaires via un article. La question est simple ; y-a-t-il une spécificité de la violence... Lire la suite

    Par  Juval
    CÔTÉ FEMMES
  • Et si... et si...

    si...

    Au dessus de ma tête, une étoile file à vive allure : un avion passe.De mon balcon, ce soir, Noisiel, avec ses lampadaires qui se terminent en boules... Lire la suite

    Par  Albanlao
    NOUVELLES, PHOTOS, TALENTS
  • Et si je connaissais...

    connaissais...

    Chère Nelly,Si je comprenais et parlais le langage de la folie, peut-être que je n'en serais pas là, à me torturer l'esprit, à me morfondre devant cette... Lire la suite

    Par  Albanlao
    NOUVELLES, PHOTOS, TALENTS

A propos de l’auteur


Bababe 1140 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte