Magazine Conso

Un consommateur schizophrène

Publié le 18 septembre 2011 par Middle

Un consommateur schizophrène

Il va falloir être créatif en cuisine...

Le consommateur de 2011 oscille désormais entre hard discount et produits de luxe.
« Des nouilles Leader Price et le dernier MacBook dans le même panier de courses », voilà comment était résumé le comportement des consommateurs issus de la classe moyenne dans un article récent de La Tribune. Et de poursuivre, chiffres à l’appui, en montrant que le recours au hard-discount a progressé de 50 % de 2001 à 2006.
Pour ma part, du hard discount, je ne retiendrai que les basiques – lait, farine, œufs, yaourts – qui se fondent dans la cuisine avec une certaine discrétion. Ils permettent d’imaginer des plats présentables à partir du moment ils sont rehaussés de produits plus chics. Exemples : une salade de tomates achetées à l’épicerie paysanne du coin et assaisonnés avec de l’huile d’olive Dia, une tarte aux fruits rouges surgelés Picard avec une pâte sablée maison confectionnée avec du beurre bio, … Et pour les grandes occasions, notre Hédiard à nous, c’est Monoprix.
Faire les courses consiste alors à imaginer un parcours raisonné entre hard-discount, petit producteur local et supérette de produits congelés. Et pour valoriser le tout, il convient de dédaigner les préparations culinaires toutes faites au profit de productions home made, tellement plus valorisantes.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Middle 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines