Magazine Culture

Studio 60 on the Sunset Strip - Review Générale - Critique - Saison 1 [Intégrale]

Publié le 25 février 2008 par Blabla-Series

Studio 60 - It's easily one of the best new shows of the season.

Crée par Aaron Sorkin (The West Wing)Diffusion sur NBCSeries Premiere 18 Septembre 2006Saison 1 en hiatus.Format 42mn- 22 épisodes

Cast
Matthew Perry (Friends), Bradley Whitford (The West Wing), Amanda Peet (Jack & Jill), Sarah Paulson (Deadwood, Down With Love), Nathan Corddry, DL Hughley, Timothy Busfield (The West Wing), Lucy Davis.

Show Synopsis
En direct de NBS, on est Vendredi soir. Le Studio 60 on the Sunset Strip est à l’antenne. Le producteur de l’émission après un conflit avec le directeur de la chaîne pète un plomb et enchaîne un monologue en direct sur l’Amérique, la télé et Bush. Au même moment, Jordan Mcdeeree porte un toast pour son nouveau travail : présidente de NBS, section Divertissements. Au même moment, Matt et Danny recoivent un Writers Guild Awards pour leur travail. Après la démission forcée de Wes, le premier choix de Jordan est d’embaucher Matt et Danny, anciens scénaristes du Studio 60, parti faire carrière au cinéma.

Studio 60 on the Sunset Strip - Review Générale - Critique - Saison 1 [Intégrale]

Critique
Studio 60 on the Sunset Strip était incontestablement l’une des séries les plus intelligentes de l’année, il faudra faire un classement à l’occasion. Et comme pour beaucoup de séries de qualité, Studio 60 ne dépassa évidemment pas le cap de la saison 1.

Après les coulisses de la Maison Blanche , Aaron Sorkin s’est attaqué à celles d’un plateau télé pareil à celui du Saturday Night Live, en un peu moins populaire, peut-être. Il faut dire que ce fut tout aussi jubilatoire. L’ambiance de la série était incroyablement envoûtante, chaque épisode est doté d’une particularité, souvent basée sur les risques et déboires du monde de la télé.

Il est rare d’apprécier l’ensemble du cast d’un show, il y a toujours un Isaiah Washington ou une Teri Hatcher qui rode quelque part. Ici, les personnages principaux sont tous adorables. En tête, Harriett, Matt, Jordan et Lucy pour sa voix très accentuée british. Certaines de ses personnalités sont uniques, avouons qu’une comédienne à l’humour notoire pourtant très chrétienne ou une présidente de chaîne sarcastique, drôle et stigmatisant la presse et accessoirement son patron, c’est très loin du cliché que l’on peut se faire du monde télévisuel.

Le point fort de la série était sans nul doute les dialogues, d’une pertinence sans nom. Les répliques sont accrocheuses, vives et rapides, bourrées de références télévisuelles et cinématographiques, la plupart américaines, la plupart critiquant le modèle américain ou l’Eglise, ou les américains moyens type texan ou les juifs ou les gays ou les afghans... Le non parti pris de la série était objectivement admirable et malheureusement, pour les mauvaises langues du début, qui clamait la condescendance du Studio Sixty, s’est légèrement effondré en fin de saison lorsque le showrunner décida du tout au tout de parler de la guerre en Irak, d’une manière aussi subtile et spirituelle qu’un soap-opera à effet lacrymale. Aaron Sorkin connaît certains travers, il était bien dommage de les constater après seulement 18 épisodes.

Mais quand d’autres trouveront cette série prétentieuse, certains comme moi relèveront quand même -au final- l’intelligence de la série, sa solidité, et son grand enthousiasme. Quand d’autres trouveront inutile de montrer parfois certains sketches sur Studio 60 même, certains comme moi se réjouiront de l’humour de certains comme le Nicolas Cage Show, le News 60 ou encore certaines chansons-sketches, comme We’ll be the very model of a modern network TV show qui depuis le second épisode ne m’a pas quitté.

Pour finir, en tant que geek de la television américaine, on ne peut être que fort ravi de voir des guest stars se succéder au Studio 60, entre Felicity Huffman, Lauren Graham, Masi Oka, Allison Janney-toujours aussi épatante-, et Jenna Fischer pour le côté télé, Corinne Bailey Rae ou Sting pour le coté pop. Lauren Graham étant ma mère spirituelle, je retranscris avec fanatisme le dialogue entre Matt et Lauren.

Matt : You were in a number of wonderful sketches tonight, including a hilarious send-up of your character on Calico Gals.
Lauren : Gilmore Girls.
Matt : This is my number,if you ever feel like coffee or a basketball game or something. And would you give a copy of this to the girl who plays your kid on the show, too ?
Lauren : Is sucking-up- to-the-host time over ?
Matt : Sure, go enjoy the party.
Lauren : This is humiliating.

En définitive, Studio 60 on the Sunset Strip fut assurément la série witty de l’année. La virtuosité des dialogues et des situations, la maitrise parfaite d’Aaron Sorkin consacre véritablement la qualité suprême d’un série complexe, grandiose et envoûtante, et la place indéniablement dans le top three des meilleures séries 2006. Mais à la différence des débuts de The West Wing, on peut néanmoins reprocher le style rigoureux, sobre et perfectionniste de Studio 60 on the Sunset Strip qui parfois figé peine à amuser et tend à sombrer dans l’écueil du « bavard », sans pour autant être réellement filandreux. Ainsi, on ne pouvait donc qu’espérer que la série soit renouvelée car à en juger par la qualité de l’écriture, de la description du monde de NBS, de l’intelligence des épisodes, Studio 60 possédait un potentiel incontestable. Quel dommage.

Studio 60 on the Sunset Strip - Review Générale - Critique - Saison 1 [Intégrale]

Un hommage.

”We'll be the very model of a modern network TV show
Each time that we walk into this august and famous studio
We're starting out from scratch after a run of twenty years and so
We hope that you don't mind that our producer was caught doing blow

Yes, it's hard to be a player when at heart you've always had a hunch
To bite the hand that feeds you is a scary way of doing lunch
But still when we walk into this august and famous studio
We'll be the very model of a modern network TV show

HARRIET
I am a christian tried and true, baptized at age eleven
So unlike the lib'rals, gays and jews i'm going straight to heaven

JEANNIE
But if you feel you've been cheated and our sordid content lets you down
We'll hap'ly do the favor of an intellectual reach-around

We know the evangelicals are lining up to tag our toe
And then the corporations will not hesitate to pull their dough
But still when we walk into this august and famous studio
We'll be the very model of a modern network TV show ”

lalalala.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blabla-Series 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte