Magazine Culture

Friday Night Lights - Review Générale - Critique - Saison 1

Publié le 25 février 2008 par Blabla-Series

“Friday Night Lights is the most engrossing new drama of the fall season”

Crée par Peter Berg
Diffusion sur
NBC
Series Premiere
3 octobre 2006
Saison 2 à venir (season premiere le 05 octobre 2007)
Format 42 mn-
22 épisodes

Cast
Kyle Chandler (Early Edition, The Lyon’s Den, Grey’s Anatomy, What about Joan), Connie Britton (Spin City, Lost at Home), Aimee Teegarden, Minka Kelly (What I like about you), Scott Porter, Zach Gilford, Adrianne Palicki (Supernatural, South Beach), Taylor Kitsch, Gaius Charles, Brad Leland (North and South).

Show Synopsis
A Dillon, ville industrielle en déperdition du Texas, le football américain est plus qu’un sport, c’est un mode de vie. Les habitants ne pensent qu’à une chose : que les Panthers remportent le championnat d’état. Pour cela, la pression est mise sur le nouveau coach Taylor. Lorsque le quaterback, star de l’équipe, est victime d’un grave accident dès le match d’ouverture, la ville est en totale panique.

Friday Night Lights - Review Générale - Critique - Saison 1

Critique
Basé sur le film Friday Night Lights, la série, du même nom, offre une chronique à la fois mélancolique et pleine d’espoir sur toute une ville atteinte par la crise industrielle. Si le football est le leitmotiv de tous, c’est que les Panthers sont très talentueux. Fervents supporters, admirateurs à l’extrême et grands chrétiens, ces habitants de Dillon vivent pour leurs Vendredi soir, leurs matchs et leur équipe d’exception.

 Le football américain, voilà un sujet qui peut en rebuter plus d’un, des règles à n’y rien comprendre, des matchs interminables et une violence indéniable, le football américain pourrait être le plus lourd défaut de Friday Night Lights. Pourtant, il en est sa plus grande qualité. Le football n’est qu’un prétexte, un subtil subterfuge pour dépeindre plusieurs générations d’individus affectés par la solitude. Placé en trame de fond, le football permet à tous de retrouver une chaleur physique et un espoir psychique indubitables. 

 Les Panthers ne sont pas une équipe de foot classique, ambitieuse et narcissique. S’ils ont évidemment leurs caprices de star de football, ces adolescents vivent pour un rêve : devenir professionnel et accessoirement partir loin du Texas. Car à travers le sport, c’est toute leur vie que les Panthers mettent en jeu sur le terrain.

 Ce qui fait de Friday Night Lights, -n’ayons pas peur des mots- une série quasi-parfaite, c’est la sincérité de ton, c’est l’authenticité des personnages et leur sobriété. Et si ceux-là offrent une interprétation des plus touchantes, c’est aussi pour le drame qu’ils ont vécu, un drame fil rouge de la saison : la paralysie du quaterback adoré de tous : Jason. Outre l’univers du football et de ses stars montantes, Friday Night Lights offre à travers Jason, un regard aussi juste que déchirant sur l’handicap, le passage de l’avant à l’après, le nouveau regard des autres, l’apitoiement de certains et le soutien de certains autres. Mais aussi Sur la reconstruction, la rage et la résignation, sur l’envie de revivre, l’envie de s’en sortir, le désir d’autre chose.

Friday Night Lights - Review Générale - Critique - Saison 1

 Syndrôme Isaiah Washington, il y a dans chaque série un problème de casting. Dans Friday Night Lights, il y a évidemment des coups de cœur plus forts que d’autres mais c’est surtout la ville entière que l’on se voit tant affectionner, cette ville qui ne pourrait fonctionner sans l’absence de l’un de ses habitants.

 A Dillon comme ailleurs, les relations sont cruelles. A la fois simples et complexes, les relations qui unissent les habitants sont traitées ici avec une humanité époustouflante et devant laquelle on ne peut que s’incliner.
Le prix Nobel de la paix revenant évidemment à Tami Taylor, femme du coach. La famille Taylor arrive à Dillon au début du pilot, avant que la saison de football ne commence. Avant les résultats excellents de l’équipe, c’est toute une ville entière qui se méfie de ce nouveau coach et qui n’hésiterait pas à le laisser de côté faute de résultats satisfaisants. Pour les Taylor, c’est monnaie courante. Tami Taylor, grande sage à ses heures perdues, sait de quoi il retourne. Mariée à un assidu de football depuis fort longtemps, Tami connaît l’univers du foot, les matchs à la télévision, les discussions exclusivement sportives, les angoisses de défaite mais aussi l’adrénaline des victoires.
En plus d’être une épouse à l’écoute, attentionnée, et proche de son mari, Tami est une mère formidable, à la fois laxiste sur les conventions, amie et autoritaire lorsqu’il le faut, Tami est un modèle exemplaire. En plus de ce rôle quotidien, Tami est appréciée de tous par la ville. Alors que l’intégration ne fut pas aisée, Tami a su se rapprocher de cette ville particulière, notamment en exerçant avec l’usage de sa grande philosophie, l’emploi de conseillère d’orientation. Tami est une femme moderne, qui décide de ses propres orientations, sans oublier l’importance de sa famille. Consciente du culte que l’on fait de manière exagérée à ces adolescents pas encore très posés, Tami est lucide et seule, dénonce cette déification faite aux Panthers et surtout stigmatise la difficile retombée, une fois passée l’âge du lycée.
Tami Taylor est l’illustration même de la complexité et l’importance du message de Friday Night Lights.

Friday Night Lights - Review Générale - Critique - Saison 1

 Malgré une réalisation qui donne le mal de mer mais qui finit par aller de soi, la série est l’œuvre d’un travail parfait : elle bénéficie de scenarii justes et efficaces, d’un déroulement aussi haletant que naturel, d’interprétations excellentes et d’un fond sonore impeccable. I was living in a devil town.
D’épisode en épisode, on se prend alors de passion pour Friday Night Lights, pour ces joueurs si volontaires, pour leur famille si humaine et protectrice, que ce soit la mère spontanée de Smash ou le frère aîné de Tim. On se prend de passion pour le coach et sa manière de faire particulière, pour ces matchs électrisants, pour cet univers singulier, pour cette amère authenticité, pour cette sincérité de ton si émouvante. Sans bons sentiments, air moralisateur ou condescendance, Friday Night Lights fait dans la spontanéité et délivre une chronique humaine et réaliste faisant de la série la réussite de l’année.

 Et lorsque l’on sait que le renouvellement d’une série peut aussi s’établir grâce à la qualité et la valeur frappantes d’une série, et non en raison de l’audience excellente du show, -merci NBC-, on se dit que les grands networks et le monde de la télévision ne sont pas si cruels et conservent même un sens de l’intégrité fortement louable.

Clear eyes, Full hearts, Can't lose! Go, Panthers!

Friday Night Lights - Review Générale - Critique - Saison 1

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blabla-Series 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte