Magazine Politique

Quand Nicolas Sarkozy viole la Constitution dans l’affaire Karachigate

Publié le 24 septembre 2011 par Letombe

Quand Nicolas Sarkozy viole la Constitution dans l’affaire KarachigateC’est Guy Birenbaum qui le signale sur son blog. Nicolas Sarkozy, Président de la République française, vient une nouvelle fois de violer la Constitution, dont il devrait être par ses fonctions le premier défenseur.

En effet  dans un communiqué de l’Élysée annonce que « le nom du chef de l’Etat n’apparaît dans aucun des éléments du dossier. ».

Cette phrase pose doublement problème. Tout d’abord c’est une violation flagrante de la séparation des pouvoirs, l’un des principes fondamentaux et fondateurs de notre République. En effet, pour pouvoir affirmer une telle chose, il faudrait que la Présidence de la République ait eu accès au dossier en cours d’instruction, instruction qui est protégée par la loi (secret de l’instruction).

Un Nicolas Sarkozy qui viole les principes fondamentaux du droit et de la Constitution, ce n’est pas une nouveauté. On avait eu droit par exemple à la désignation de Dominique de Villepin comme coupable en violation du principe de la présomption d’innocence et de séparation des pouvoirs.

Et les hommes de Nicolas Sarkozy ne sont pas en reste. Par exemple lorsque les journalistes du Monde sont espionnés en violation avec la loi et les principes de protection des sources et de liberté de la presse.

Mais cette déclaration pose aussi problème parce qu’elle est fausse. Ainsi Fabrice Arfi, journaliste à MediaPart qui enquête sur l’affaire affirme que cette déclaration de l’Elysée est un mensonge et que « Nicolas Sarkozy est désigné par plusieurs témoins et plusieurs documents dans le dossier du juge Van Ruymbeke. »

Fabrice Arfi écrit :
« Plusieurs témoins, entendus ces derniers mois par la police ou par les juges, ont également évoqué le rôle crucial du ministre du budget [ Nicolas Sarkozy, nda ] dans la validation des plans de financement des marchés d’armement, lesquels comprennent les versements des commissions — fussent-elles occultes. »

Voilà où nous en sommes arrivé, un multi-récidiviste de la violation des principes du droit et de la constitution préside la République qu’il devrait protéger.

A quand le coup de balai ?
PS : Quand je lis dans le communiqué de l’Elysée reproduit ci-dessous que « Les familles des victimes de l’attentat de Karachi ont droit à la vérité et au respect de leur souffrance« , je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour elles et pour la façon dont Nicolas Sarkozy les a traité ces dernières années notamment au cours de cette conférence de presse :


Sarkozy: affaire Karachi par gill68

Le communiqué de l’Elysée :

“Communiqué de la Présidence de la République
La Présidence de la République tient à apporter les précisions suivantes :

- M. Nicolas SARKOZY n’a jamais dirigé la campagne de M. Edouard BALLADUR.
– Il n’a jamais exercé la moindre responsabilité dans le financement de cette campagne. Il en était le porte-parole.
– S’agissant de l’affaire dite de « Karachi », le nom du chef de l’Etat n’apparaît dans aucun des éléments du dossier. Il n’a été cité par aucun témoin ou acteur de ce dossier. Il y est donc totalement étranger d’autant plus qu’à l’époque où il était ministre du Budget, il avait manifesté son hostilité à ce contrat comme cela apparaît dans les pièces de la procédure.
– Les familles des victimes de l’attentat de Karachi ont droit à la vérité et au respect de leur souffrance.
Tout le reste n’est que calomnie et manipulation politicienne”.

RichardTrois pour « Le Post »

Sources : Fabrice Arfi sur Twitter, Guy Birenbaum, Blog de Fabrice Arfi

Merci à Section du Parti socialiste de l'île de ré


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Letombe 131283 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines