Magazine

Ciel brûlant de minuit

Publié le 25 février 2008 par Vincent
medium_cielbrulantdeminuit_1999.jpgUn roman de Silverberg est rarement raté. Ciel brûlant de minuit se lit sans problème et le contexte d'un 24ème siècle connaissant des dérèglements bilogiques de toutes sorte avait de quoi plaire a priori (indéniablement c'est d'actualité !). Seulement, voilà, la dernière page fermée, on reste un peu sur sa faim et forcément déçu, il y avait plein d'éléments en suspens qui auraient pu, mieux utilisés, construire une véritable intrigue et dont on se demande restrospectivement pourquoi ils étaient là (ainsi, Carpenter, le loser,  soupçonné dans les dernières pages de jouer double jeu, d'être un espion, alors qu'évidemment ce n'est pas le cas, une piste purement gratuite, qui apparaît après coup comme inutile ). Dans le contexte du dérèglement climatique, Spinrad avec son drôle de roman Bleu comme une orange avait fait quelque chose de plus drôle et décalé. Ciel brûlant de minuit quant à lui n'est certes pas raté mais c'est loin des autres franches réussites de l'auteur.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vincent 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte