Magazine

Les créationistes sont-ils dangereux?

Publié le 24 février 2008 par Timothée Poisot

J’avais l’autre jour une discussion assez intéressante sur les dangers du créationisme, suite au lancement d’un journal destiné à promouvoir ces thèses, et j’en suis arrivé à me poser une question toute simple : sont-ils dangereux? L’existence de leur courant de pensée représente t-elle un risque pour la science, et surtout son enseignement?

J’entend par “créationiste” tout personne approuvant (même tacitement) Genèse 1 : Le premier jour, dieu créa le ciel et la terre et ce qui s’ensuit. Je ne fais pas de différence entre modérés et young earth creationists (qui pensent que la terre a 4000 ans). Par la même occasion, même si c’est vrai pour la plupart d’entre eux, je ne considère pas que les religieux et croyants (principalement catholiques) soient des créationistes. Pour faire simple, le créationiste dont je parle, c’est celui qui croit que dieu est à l’origine de tout, et qui sur cette base attaque la théorie de l’évolution.

Ceux-là, donc, sont probablement psychologiquement diminués, mais en sont-ils pour autant dangereux? J’ai du mal à dire que oui, pour plusieurs raisons.

D’une part, ils ont une motivation essentiellement religieuse, ancrée dans un tissu dogmatique plus vaste. Ils sont donc moins susceptibles de toucher un public large (un public ouvert à leurs idées). Ils peuvent, dans une certaine mesure, conduire ceux de leur secte à rejeter aussi la théorie de l’évolution, mais je doute de leur impact réel (à moins que les dirigeants ou enseignants ne partagent leurs croyances, mais j’y reviens).

Second point, scientifiquement parlant, ils ne valent rien. Parce que leur argumentaire repose sur de la croyance (et c’est plus un credo qu’un argumentaire) et non des faits, mais aussi parce qu’ils attaquent des faits scientifiques sans aucun matériel contradictoire solide (le répugnant Atlas de la création de Harun Yahya est particulièrement relevant de cette tendance).

Faut-il pour autant les laisser dire? Je ne pense pas. Je considère que le créationisme est un sous-ensemble de la religion, vers laquelle il tend a se diffuser. Dans des pays ayant une culture religieuse forte (la France tombe dans ce cas — pour combien de temps encore l’état sera t-il séparé de l’église?), la niche écologique des créationistes est déjà faite.

Il y a donc un risque que la doctrine créationiste s’impose, non pas parce qu’il aura été prouvé qu’elle est scientifiquement valide (parce qu’entendons nous sur ce point, ça n’arrivera jamais), mais parce qu’elle sera devenue l’intime conviction de chacun. Enseignants, dirigeants, et autres.

Vous me ferez remarquer qu’il y a peu de chances qu’une doctrine aussi radicale et moyen-âgeuse que le créationisme s’impose de cette manière. J’accepte l’objection, mais laissez moi finir. Il faut considérer la possibilité de voir des religieux intégristes (tout au moins très proches des textes) occupe des poste-clés, enseigner, etc. Hors ce cas particulier, il faut s’intéresser à toutes les formes de soft-creationism, qui forment pratiquement un continuum entre créationisme pur et dur et… sciences de l’évolution!

C’est à mon avis les partisans de ces causes qui représentent le plus grand danger à l’heure actuelle: ceux qui croient en un “sens de l’évolution”, qui soutiennent la théorie du dessein intelligent, les néo-Teilhardiens, et autres.

Pourquoi, alors que leurs thèses sont assez proches de celles défendues par les créationistes (existence d’un designer, par exemple), ont-ils plus de chances de connaître le succès?

La première raison est assez évidente. Bien que ceux qui les soutiennent soient souvent des religieux fondamentalistes, les partisans de ces théories ont une approche moins religieuse. Mystique, spiritualiste, certes, mais pas nécessairement religieuse.

Deuxième point, plus on s’enfonce dans la pseudo-science en s’éloignant du créationisme, plus on rencontre d’arguments “solides”. Autrement dit, d’arguments qui demandent une analyse pour être réfutés. Ou pire (et plus courant encore), des arguments qui interprétés correctement prouveraient la justesse de la théorie de l’évolution (ou plus précisément le fait que leur utilisation pour la réfuter est inapproprié), mais présentés de manière à faire passer la théorie de l’évolution comme une gigantesque mascarade (les séides du Discovery Institute sont très doués à ce petit jeu).

Comment éviter la progression de ces idées?

La première solution va encore faire dire à certains que je suis un vilain athée anti-religieux de base (ce qui n’est, à tout prendre, pas loin de la vérité). S’il est impensable qu’une personne ne croyant pas en dieu devienne un jour prêtre, peut-on concevoir qu’une personne qui soutienne l’idée d’un dieu créateur puisse enseigner les sciences de la vie? Vous voyez, vous hurlez à la discrimination. Ce n’est pas la solution que je recommande (c’est même la pire).

La solution qui me semble idéale, c’est la sensibilisation. L’enseignement. Que les scientifiques se mobilisent pour faire comprendre à la société que les théories pseudo-scientifiques qu’on propose, c’est bullshit. Plutôt que d’interdire l’enseignement des thèses créationistes et néo-dessein inteligent dans les écoles, pourquoi ne pas consacrer du temps à montrer en quoi elles sont fallacieuses et ne tiennent pas debout?

Si je me souviens bien de mes années lycée, la terminale S a une séquence qui me semble adaptée à ce type de réflexions…

Nota: Ecrit entre deux trains, en retournant au labo, d’où le manque de liens. L’auteur de ces lignes renouvelle son soutien aux partisans de la théorie du Flying Spaghetti Monster. Don’t give up.


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (2)

Par Michel Julien
posté le 31 décembre à 18:34
Signaler un abus

Si vous demandez à la Droite si la Gauche est dangereuse ou vise versa vous auriez une réponse automatique et très prévisible des deux idéologies politique. Il n’est pas étonnant qu’un athée pose une question identique «Les créationnistes sont-ils dangereux?» L’usage de la peur si souvent utilisé par l’Église au temps de l’inquisition est présente de façon presque constante dans les textes anti créationnistes. Comme l’Église, les évolutionnistes militants en pratiquants se pose la même question : «Comment éviter la progression de ces idées?»

Présent également, les tentatives de les discrédités comme témoignent les mots et expressions suivantes : «psychologiquement diminués, religieux intégristes, secte, fondamentalistes, fallacieuse, pseudoscience etc.»

Alors que les athées on l’illusion que l’évolution est scientifique, il peut être étonnant pour certains de les voir régulièrement ramener le débat sur le plan religieux. Il y a une très bonne raison à cela, l’évolutionnisme est une idéologie, c’est une religion et ces adaptes se conduisent en intégristes religieux. Faisant usage des mêmes méthodes. Leur livre saint est ‘’l’origine des espèces’’ et Darwin est leur divinité.

De quoi ces derniers ont peur ? Ils ont peur que la population apprend qu’il n’existe aucune preuve qui prouve que l’évolution est un fait. Ils ne veulent pas que le publique consulte les nombreuses preuves contraires. Mais ils ont surtout peur que le récit de la Genèse soit véridique car cela prouverait l’existence d’un Créateur qui serait la source de tout. Alors que la pratique de la vraie science envisage toute les possibilités, en ce qui concerne le dogme évolutionniste, la possibilité que l’univers et la vie soit le résultat d’une création bien planifiée n’est jamais étudiée. Pour ce protégé, on pratique l’intégrisme, on use de discriminations envers l’opposition, on impose une pensée unique par un endoctrinement systématique dans nos écoles et via les médias.

Mais malgré cela, plus que jamais l’évolution est mise en doute, pourquoi ? L’épouse de Darwin n’a pas embrassé la nouvelle religion athée de son mari. C’est que cette doctrine défit toute logique d’une part. Et d’autres parts, elle est contraire à l’observation suivante prouvée scientifiquement donc une pseudoscience. Toute vie provient d’une autre vie, les espèces se reproduisent entre elles et toutes structures observée sur terre à comme origine l’intervention d’une intelligence. Lors de fouilles, ou de découvertes dans des lieux isolés et qu’on voit par exemple un simple amassement d’une douzaine de pierres représentant une forme humaine ou même quelques blocs taillée qui sont les uns sur les autres, on ne pense pas que ces structures aussi élémentaires qu’elle peuvent être, soient le résultat du hasard. C’est contre nature de penser ainsi.

Pour faire avaler cela au gens il faut une constante propagande. La sensibilisation ? C’est déjà fait. La mobilisation des scientifiques darwinistes ? Cela est fait depuis deux siècles !

Pour expliquer la remise en question du darwinisme, on dirige l’attention uniquement chez les religieux extrémistes ou pas. On cherche parfois à les associer indirectement au terrorisme et au fanatisme religieux. Et on laisse croire aux gens que c’est eux qui représentent le plus grand danger au darwinisme. Ceci est une demi-vérité et c’est en réalité une diversion.

Le plus grand danger vient de l’opposition croissante du milieu scientifique. Plus en plus d’hommes de sciences et d’enseignants qui jusque là intimidés ou menacés on préférés gardés le silence expriment maintenant ouvertement leur désaccord ! Il y a de nombreuses raisons scientifiques à cela croyez-moi ! Aussi plus qu’on découvrira la complexité de la création, plus indéfendable sera la théorie de l’évolution. Comme lors de procès afin d’établir la vérité, l’idéal serait que les preuves scientifiques des deux camps soient exposées équitablement devant le publique. En réalité tout se résume à la question suivante :

«Sommes-nous ainsi que l’univers le fruit du hasard ou celui d’une création ?»

Par Michel Julien
posté le 31 décembre à 18:27
Signaler un abus

Si vous demandez à la Droite si la Gauche est dangereuse ou vise versa vous auriez une réponse automatique et très prévisible des deux idéologies politique. Il n’est pas étonnant qu’un athée pose une question identique «Les créationnistes sont-ils dangereux?» L’usage de la peur si souvent utilisé par l’Église au temps de l’inquisition est présente de façon presque constante dans les textes anti créationnistes. Comme l’Église, les évolutionnistes militants en pratiquants se pose la même question : «Comment éviter la progression de ces idées?»

Présent également, les tentatives de les discrédités comme témoignent les mots et expressions suivantes : «psychologiquement diminués, religieux intégristes, secte, fondamentalistes, fallacieuse, pseudoscience etc.»

Alors que les athées on l’illusion que l’évolution est scientifique, il peut être étonnant pour certains de les voir régulièrement ramener le débat sur le plan religieux. Il y a une très bonne raison à cela, l’évolutionnisme est une idéologie, c’est une religion et ces adaptes se conduisent en intégristes religieux. Faisant usage des mêmes méthodes. Leur livre saint est ''l’origine des espèces’’ et Darwin est leur divinité.

De quoi ces derniers ont peur ? Ils ont peur que la population apprend qu’il n’existe aucune preuve qui prouve que l’évolution est un fait. Ils ne veulent pas que le publique consulte les nombreuses preuves contraires. Mais ils ont surtout peur que le récit de la Genèse soit véridique car cela prouverait l’existence d’un Créateur qui serait la source de tout. Alors que la pratique de la vraie science envisage toute les possibilités, en ce qui concerne le dogme évolutionniste, la possibilité que l’univers et la vie soit le résultat d’une création bien planifiée n’est jamais étudiée. Pour ce protégé, on pratique l’intégrisme, on use de discriminations envers l’opposition, on impose une pensée unique par un endoctrinement systématique dans nos écoles et via les médias.

Mais malgré cela, plus que jamais l’évolution est mise en doute, pourquoi ? L’épouse de Darwin n’a pas embrassé la nouvelle religion athée de son mari. C’est que cette doctrine défit toute logique d’une part. Et d’autres parts, elle est contraire à l’observation suivante prouvée scientifiquement donc une pseudoscience. Toute vie provient d’une autre vie, les espèces se reproduisent entre elles et toutes structures observée sur terre à comme origine l’intervention d’une intelligence. Lors de fouilles, ou de découvertes dans des lieux isolés et qu’on voit par exemple un simple amassement d’une douzaine de pierres représentant une forme humaine ou même quelques blocs taillée qui sont les uns sur les autres, on ne pense pas que ces structures aussi élémentaires qu’elle peuvent être, soient le résultat du hasard. C’est contre nature de penser ainsi.

Pour faire avaler cela au gens il faut une constante propagande. La sensibilisation ? C’est déjà fait. La mobilisation des scientifiques darwinistes ? Cela est fait depuis deux siècles !

Pour expliquer la remise en question du darwinisme, on dirige l’attention uniquement chez les religieux extrémistes ou pas. On cherche parfois à les associer indirectement au terrorisme et au fanatisme religieux. Et on laisse croire aux gens que c’est eux qui représentent le plus grand danger au darwinisme. Ceci est une demi-vérité et c’est en réalité une diversion.

Le plus grand danger vient de l’opposition croissante du milieu scientifique. Plus en plus d’hommes de sciences et d’enseignants qui jusque là intimidés ou menacés on préférés gardés le silence expriment maintenant ouvertement leur désaccord ! Il y a de nombreuses raisons scientifiques à cela croyez-moi ! Aussi, plus qu’on découvrira la complexité de la création, plus indéfendable sera la théorie de l’évolution. Comme lors de procès afin d’établir la vérité, l’idéal serait que les preuves scientifiques des deux camps soient exposées équitablement devant le publique. En réalité tout se résume à la question suivante :

«Sommes-nous ainsi que l’univers le fruit du hasard ou celui d’une création ?»

A propos de l’auteur


Timothée Poisot 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte