Magazine France

> Camille Geutier, la force tranquille

Publié le 24 février 2008 par Annonyme

Comment vous sentez-vous à quelques jours du scrutin ?
Ce qui me fait plaisir c’est que les habitants sont très réceptifs. A quelques exceptions près, ils vous reçoivent courtoisement. Mais je peux vous dire que c’est difficile de donner son opinion au reçu de la campagne. Le socle, l’habitude et la culture ne se changent pas en quelques jours. J’ai en tout cas quelques avantages sur les autres candidats de par mes anciennes professions.

L’espace consacré par les médias à votre liste vous paraît juste ?
C’est assez bien équilibré. Par rapport à il y a 20 ans c’est la « super démocratie » ! Quand on est bon avec les gens d’écriture on passe.

France 3 a déclenché une vague de mécontentements en n’invitant qu’Alain Rodet et vous-même à débattre. Les autres opposants demande un droit de réponse. Est-ce que vous comprenez leur réaction ?
Il est difficile d’être juge et parti. Je ne vais pas crachez dans la soupe, moi j’étais satisfait. A nous aussi ça nous est arrivé à une époque. Effectivement il n’y a pas pu avoir de droit de réponse. C’est pour ça que je me suis bien gardé de parler des autres candidats. Dans quelques jours France Bleu organise un débat avec tous les candidats. A six, le risque est d’être inaudible.

Alain Rodet a quasiment prévu une réunion par soir. Vous en revanche vous n’en ferez aucune ?
Vous savez, l’expérience m’a appris que lors des réunions publiques vous rassemblez deux types deux personnes : les gens de votre liste qui n’ont pas besoin d’être convaincu et les gens du quartier. Moi je fonctionne avec le principe des réunions « tupperware ». J’en fais cinq par semaines. C’est plus discret, il y a plus d’écoute et on touche plus de monde avec ce type de rendez-vous grâce au bouche à oreille. Les personnes qui y assistent sont des apôtres qui apportent la bonne parole. Et puis je vais aussi dans les endroits où on ne nous attend pas. On distribue nos écharpes bleues aux femmes dans des marchés, dans les cités, devant les supermarchés.

Vous avez donné une écharpe à Béatrice Martineau ?
Béatrice fait partie de mes deux grandes déceptions. Elle a fait preuve de mauvaise humeur. Je lui ai offert la seconde place comme vous savez. Peut-être n’a-t-elle pas su bien gérer les choses. J’imagine que maintenant elle se prépare pour d’autres échéances comme les européennes.

Et la deuxième déception ?
C’est Jean-Jacques Bélézy. Non pas parce qu’il a conduit sa propre liste, mais parce qu’il refuse toute discussion avec moi. Je suis déçu, mais je ne lui en veux pas.
Il ne veut pas de partenariat en cas de deuxième tour, mais les évènements font souvent que l’on change.

Est-ce que vous adhérez à son projet de tramway pour Limoges ?
Voilà une idée sympathique mais irréalisable dans l’immédiat. Et puis il ne faut pas oublier que dans les autres villes qui en ont un, presque tous les commerçants présents le long des lignes ont disparu. Ce sont des travaux monumentaux. Moi je propose autre chose. Si je suis élu ma première mesure sera de rendre gratuit les transports tout de suite.

Le développement économique est au centre de votre programme…
Il faut mener une véritable politique de développement économique. Tout le monde est d’accord sauf Rodet ! L’objectif premier de la majorité socialiste est que Limoges soit socialiste. Que les limougeauds vivent bien et soient plus riches, ils s’en moquent. Regardez la DSU (NDLR : Dotation de solidarité urbaine) qui a été instaurée pour permettre aux villes riches de financer les villes pauvres. A Limoges la DSU a augmenté de 12% ! Limoges est en train de devenir un ghetto de pauvreté. Tout développement économique est dangereux pour la majorité socialiste.

Qui combattez-vous le plus : les socialistes ou Alain Rodet ?
Ni l’un ni l’autre. Je combats le fatalisme et le défaitisme ambiant. Je veux montrer qu’il y a une autre voie possible. Avec les socialistes les jeunes partent. Nous, nous les garderons.

Est-ce que vous pensé que la monté en puissance de Monique Boulestin est méritée ?
Je n’ai pas de jugement à porter. J’ai de bonnes relations avec elle, et c’est une bonne adversaire. Seul Rodet a jugé de sa place dans la hiérarchie.

Que répondez-vous à ceux qui critiquent parmi vos rangs la droite « Marsaud » ?
Comme partout, il s’agit souvent d’ambitions personnelles non assouvies.

Pensez-vous participer à un éventuel deuxième tour ?
Je me souviens de Jospin…

(réalisé le 22 février)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Annonyme 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog