Magazine

Ce que le printemps nous laisse

Publié le 04 octobre 2011 par Zappeuse

Samedi après-midi, balade tranquille sur la plage des Saumonards et sous le cagnard oléronais. Je vois un drôle de truc charrié par la mer, un genre de long bâton avec des choses dessus qui dépassent :

Ce que le printemps nous laisse

En s’approchant, on distingue un pieu, de la corde enroulée, et des moules. Des toutes petites moules nées et grandies sur la corde aujourd’hui bringuebalée par les vagues :

Ce que le printemps nous laisse

D’où viennent-elles ? elles viennent du printemps, et oui. Chaque année, fin mars début avril, des éleveurs de moule d’Ille-et-Vilaine viennent faire grandir leurs naissains dans des eaux moins fraiches que la Manche, en l’occurrence sur Oléron. Une fois la Manche tiédie et les moules grandies, tout le monde repart avec pieux, cordes et moules sous le bras, pour finir la croissance dans la Baie du Mont-St-Michel. J’avais raconté tout ça autrefois, dans le précédent blog (cliquez ici pour la piqûre de rappel). Mais forcément, depuis le printemps, le mouvement de l’océan est passé par là, arrachant quelques pieux, dénouant quelques cordes, avec des moules à bord. Les voici grandinettes, à la fin des marées d’équinoxe.


View Larger Map



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zappeuse 1046 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte