Magazine Côté Femmes

Marie-Antoinette...

Publié le 25 février 2008 par La Fille Aux Chaussures
 Marie-Antoinette... 

  Est-ce mon côté monarchiste qui a subitement repris le dessus? Toujours est-il, et alors que je sortais de la lecture d'une autre biographie (chiante, celle-là, voir ici), j'ai littéralement dévoré ce livre.
Enfant de l'école Républicaine, j'avais de Marie-Antoinette, l'"Autrichienne",  une image plus que négative. Croqueuse d'hommes, n'aimant pas son mari ni ses enfants, cause de la famine régnant alors en France, dépensant l'argent des caisses du pays... bref, rien de glorieux. Il est amusant de voir que cette reine suscite toujours, plus de deux cents ans après sa mort, autant de véhémence alors qu'elle reste le personnage historique français le plus célèbre dans le monde et qu'elle a toujours été unanimement admirée pour son inébranlable courage face aux grands cataclysmes du siècle. ; le paradoxe français sans doute...
Alors que Sofia Coppola n'était pas arrivée à réhabiliter Marie-Antoinette, Antonia Franser, dont la cinéaste s'est inspirée pour réaliser son film -on peut même parler d'adaptation- nous fait nous passionner pour cette femme non moins passionnante elle aussi (il est à noter qu'Antonia Fraser est la femme d'Harold Pinter, ça aide...).
Sa biographie est très vivante, riche de détails sur la vie quotidienne, d'analyses psychologiques, de précisions sur l'enfance et la famille de la future Reine (le rôle de sa mère, l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche), son accueil difficile en France, son rôle de bouc émissaire, ses relations avec le roi son mari, leur mariage longtemps non consommé, sa possible liaison avec le suédois Fersen, ses erreurs, son courage, son destin.
C'est un livre éminemment humain, peignant davantage le portrait de la femme que de la Reine, plus centré sur sa personnalité, ses goûts, ses choix que sur les considérations géopolitiques et philosophiques qui servent plus ici de contexte indispensable que de préoccupation centrale à sa biographe. C'est sans doute la nature très animée, humaine et personnelle du portrait de cette figure malmenée par l'Histoire qui rend cette biographie si captivante.
J'avoue avoir été un peu moins passionnée vers les 3/4 du livre, au moment où le roman plonge un peu plus vers une sphère politique mais cela dure guère et le récit de la fin de vie de Marie-Antoinette, les descriptions insupportables de sa détention au Temple et sa fin tragique sont admirablement bien écrits. J'avoue qu'ils font froid dans le dos et ils dépeignent bien là la cruauté inhumaine dont peuvent parfois faire preuve les hommes...
A lire, donc...

Tour à tour Reine de la mode, l'Autrichienne, Madame Déficit, Madame Veto, Icône martyre ou Messaline Royale, Marie-Antoinette est une des rares femmes de l'histoire de France à avoir cristallisé autant de passions haineuses, envieuses ou amoureuses. Avec son objectivité et sa précision d'historienne, Antonia Fraser retrace le voyage initiatique de la reine : son enfance, son idylle avec le comte Axel Fersen et, enfin, ses efforts héroïques pour sauver sa famille, et la monarchie, de la tempête... 

Marie-Antoinette d'Antonia Fraser - Ed. J'ai lu - 8 euros

Prochaine lecture : Rebelles d'Anna Godbersen

... Et parce qu'on ne boude pas son plaisir...

  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


La Fille Aux Chaussures 4186 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine