Magazine Politique

Choix

Publié le 09 octobre 2011 par Karedig @Karedig_GA
 
CHOIX
 
Je pensais trouver une ambiance particulière au bureau de vote pour les primaires. Comme une complicité ou le sentiment d'écrire une page de l'histoire politique. Mais dans mon bureau de vote, ordinairement très marqué à gauche, l'ambiance n'avait rien d'exceptionnel. Un militant du PS aborde chaque citoyen ayant voté pour proposer de participer à la campagne future. Il ne m'est pas inconnu, nous travaillons dans les mêmes locaux...
Mon entourage amical ne me permets pas de deviner le verdict des urnes de ce soir : chacun vote pour un candidat différent. Sauf pour Baylet. Je n'ai trouvé personne autour de moi qui ait signalé une appétence pour l'outsider du PRG.
J'ai donc signé le texte d'adhésion aux valeurs de la gauche. Ce qui devrait faire de moi une personne de gauche. Rien n'est moins sûr : non pas que ces valeurs universelles soient trop générales, mais à lire les commentaires ici et là, "être de gauche" semble être une perfection inaccessible au commun des mortels. Pour balayer les idées des autres on n'épilogue pas : fausse gauche. C'est évidemment ce que l'on reproche à la droite du PS (comme Valls) mais l'anathème est très extensible, chacun ayant toujours quelqu'un plus à gauche que soi, le concours de "vraie gauche AOC" est sans fin.
Cette paresse intellectuelle m'a toujours agacé (évidemment puisque je suis estampillé social-traître, syndicaliste jaune mangeant dans la main du patronat). Cela revient à dénier vos convictions profondes en pensant que vous êtes soit cynique, soit un malgré-soi enrôlé à son corps défendant. Léon Blum était de droite, d'ailleurs il a lâché les républicains espagnols ; François Mitterrand était de droite, d'ailleurs il a fricoté avec Vichy ; Michel Rocard est de droite d'ailleurs il a abandonné le PSU. L'histoire sociale de ce pays a été écrite par des gens de droite camouflés dans des oripeaux de gauche. Personne n'ayant la pureté doctrinale de Kim Jong-il, la droite de gauche a donc de beaux jours devant elle.
J'avais pourtant autrefois longuement étudié les déviations du renégat Kautsky, hélas je suis quand même devenu social-démocrate. Encore un peu et je vais finir notaire...
 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Karedig 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines