Magazine

Françoise de Panafieux, c’est David Copperfield

Publié le 25 février 2008 par Chondre

Françoise de Panafieux, c’est David CopperfieldLorsque je suis rentré de vacances, mon gentil taxi m’a mis en garde. Si vous prenez votre voiture, faites attention. La police verbalise massivement. Je me suis pris une prune en plein service hier. Je lui ai expliqué que je ne risquais pas de me faire griller car je n’avais jamais passé mon permis. Nous avons effectivement croisé une quantité non négligeable de radars mobiles et de motards de la police nationale contrôlant les véhicules et alignant les automobilistes pour vitesse trop excessive. Le lendemain, après avoir gagné le droit de passer une nuit blanche et de me rendre à Londres dans un état proche de l’Ohio, même topo. Le périphérique sud et le douzième arrondissement grouillaient de policiers.

Françoise de Panafieux, c’est David CopperfieldSnooze m’a dit que ce ballet ne l’étonnait plus. Cela faisait quelques jours que la fourrière enlevait massivement les voitures. Quoi? La police allait me priver du plaisir de bombarder de mozzarella les automobilistes excités du klaxon ou de déverser la caisse à merde de mon chat sur ceux qui bloquent l’accès à notre immeuble? Pourquoi donc conserver un stock de boules de mozzarella périmées au fond de mon réfrigérateur? C’était pourtant vrai. J’ai été réveillé le lendemain par les pouets incessants des automobilistes bloqués par un camion. Ce n’était pas n’importe lequel camion. Il contenait une grue capable de soulever les voitures. La fourrière nettoyait la rue Lucien Sampaix. C’était le plus beau jour de ma vie.

Françoise de Panafieux, c’est David Copperfield

Françoise de Panafieux, c’est David Copperfield

Françoise de Panafieux, c’est David Copperfield

Françoise de Panafieux, c’est David Copperfield

Françoise de Panafieux, c’est David CopperfieldTout comme About Nothing, j’avais moi aussi un super pouvoir. Celui de penser très fort à l’enlèvement de bagnoles pourries et de voir débarquer instantanément une machine magique magique capable d’emporter en quelques minutes les véhicules gênants. Mais en y réfléchissant bien, c’était trop beau. Quel événement pousserait la préfecture de police à verbaliser autant et à demander aussi rapidement et massivement l’enlèvement de véhicules gênants? D’après la préfecture de police, un véhicule peut être mis en fourrière, notamment en cas d’entrave à la circulation, pour stationnement irrégulier, gênant, abusif ou dangereux, pour infraction à la protection des sites et paysages classés ou en cas de circulation dans les espaces naturels.

Françoise de Panafieux, c’est David CopperfieldHier matin, j’ai demandé à deux charmants policiers qui pouvait demander l’enlèvement des véhicules. D’après eux, l’immobilisation d’un véhicule est décidée en règle générale, par un agent ou un officier de police judiciaire, (Police Nationale ou Police Municipale). Dans certains cas, par d’autres agents de l’Etat (agents des ponts et chaussés, agents des douanes, inspecteurs des transports, contrôleurs des transports terrestres…). J’ai poussé le bouchon un peu plus loin en m’étonnant qu’en période électorale, il y ait autant de verbalisation. L’un d’eux m’a souri et m’a dit: On ne peut rien vous dire, mais sachez que le nombre de grues (les bestioles servant à l’enlèvement des voitures) habituel sur Paris est de 2. Depuis quelques semaines, ce nombre est monté à 12 ou 13.

Non, je suis certainement mauvaise langue. Le ministère de l’intérieur ne tenterait pas, par un moyen détourné, de torpiller la campagne du maire sortant socialiste en exaspérant les automobilistes parisiens déjà victimes de l’apparition des couloirs de bus et autres pistes cyclables?

Non, C’est impossible.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chondre 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog