Magazine Sport

Lyon Natation voit plus grand

Publié le 25 février 2008 par Bernard Suzat

Un plateau toujours mieux garni, un championnat de France en vue : rien n'arrête le club lyonnais, sauf peut-être les murs

medium_0802220028.JPG
Cela fait deux ans que le meeting de Lyon connaît un véritable engouement.
La présence de l'égérie Laure Manaudou, y est pour beaucoup, comme l'éclosion au plus haut niveau l'an dernier ici même d'Alain Bernard. Ce duo gagnant restant fidèle, la plus-value vient de la participation de grands noms de la scène internationale comme Magnini, Breus, Klochkova et consorts.
medium_0802220067.2.JPG
Un essor soudain qui réjouit Pierre-Yves Piot, l'ambitieux président de Lyon Natation et organisateur de l'épreuve, mais qui ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Il prévoit même d'attirer les stars australiennes et américaines à Vaise pour la prochaine édition. « Pourquoi ne pas rêver ? Par exemple de voir nager un jour Phelps à Lyon. Cette année déjà, nous avions établi des contacts avec Gary Hall Junior, double champion olympique sur 50 nage libre, mais qui en pleine préparation des jeux de Pékin, a dû finalement décliner notre invitation. »
medium_0802220057.JPG
L'homme fort de Lyon Nat' qui s'emploie par ailleurs à faire rayonner son club à tout point de vue tant sportif que médiatique attend toujours un signe fort de la part des pouvoirs publics. « La construction d'une piscine digne de ce nom est inscrite dans le programme sportif de la prochaine mandature, ainsi que la réhabilitation de la piscine du Rhône.
Je suis persuadé que lorsque nous serons résidents d'un bassin de cinquante mètres où l'on pourra s'entraîner toute la saison, des grands noms de la natation française nous rejoindront. »
C'est vrai qu'il y a urgence quand on sait que Lyon Natation a quasiment reçu l'aval de la fédération française pour accueillir les championnats de France petit bassin les 6, 7 et 8 décembre prochains dans l'antre étriquée de Vaise. Ce qui ne va pas sans inquiéter notamment la presse, car la piscine a des murs qui ne peuvent plus se pousser.
« On attend encore le feu vert de la Fédération, mais on est confiant, ça ne devrait pas poser de problème. On fait avec nos moyens dans une piscine qui a quarante ans ce qui veut dire qu'on n'a pas forcément l'espace nécessaire pour accueillir une compétition avec tous ses impératifs. »

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Suzat 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte