Magazine Brico

"La construction romaine"

Par Marc Chartier

&

Je ne puis m'empêcher de commencer ma présentation par un clin d'oeil amical. Parcourant les pages de cet ouvrage au demeurant très technique (mais fort accessible à tout un

chacun), nous nous rendons vite compte que nous ne sommes pas seuls dans notre découverte : l'auteur a placé tout au long de notre itinéraire de petis animaux de compagnie complétant les illustrations, de l'énigmatique chat noir qui trône au milieu de ruines sur la une de couverture aux deux petits chiens qui surveillent à leur manière le chantier dessiné sur la dernière de couverture. Et ainsi de suite à l'intérieur de l'ouvrage. Je dois l'avouer : ce détail me rend a priori sympathique son auteur...

Venons-en à l'essentiel ! Jean-Pierre Adam affirme d'emblée la ligne directrice de son inventaire : «L'architecture romaine est, de toutes celles qui virent le jour et s'élaborèrent sur la planète depuis quelque cinq millénaires, la plus étonnamment riche, en techniques comme en programmes, et, pour ces raisons, celle qui nous est la plus perceptible et la plus proche.»

Dans le détail, il n'en oubliera pas pour autant d'apporter les compléments qui s'imposent, en tout premier lieu concernant l'origine de telle ou telle technique où les bâtisseurs romains excellèrent assurément, mais dont ils ne furent pas nécessairement les inventeurs. Ce fut par exemple le cas de la technique du clavage (voûte clavée) dont «les Grecs et les Étrusques, effectivement plus avancés dans l'art de la stéréotomie, (...) élaborèrent les premiers modèles connus des Romains».

L'auteur se réfère en permanence à « un couple exceptionnel parfaitement complémentaire » : Vitruve, l'auteur des Dix Livres d'Architecture, et Pompéi, véritable « conservatoire de la civilisation romaine » avec lequel Jean-Pierre Adam aime à cultiver une certaine « intimité ».

Pour préciser et parfaire sa connaissance de certaines informations techniques, il a poursuivi son enquête auprès d'artisans (en France, en Italie et dans d'autres pays méditerranéens) qui ont complété des notions datant de quelque vingt siècles par la pratique contemporaine : tenue et rôle des outils, perception et effort des gestes.

Onze chapitres constituent l'ossature de l'ouvrage : topographie, matériaux de construction, applications principales de l'art de bâtir, programmes techniques liés au transport de l'eau, au chauffage et aux voies de circulation, architecture domestique et artisanale... Cette somme d'informations présente un aspect encyclopédique qu'il serait vain de tenter de résumer. Qu'il me suffise ici de souligner une fois encore qu'il n'est pas nécessaire d'être un technicien très averti des techniques de construction pour entrer de plain-pied dans ces pages d'histoire où les Romains ont démontré le meilleur de leurs talents de constructeurs.

La densité des informations techniques est admirablement secondée par un abondante iconographie (photos et illustrations de l'auteur). Bref, voici de la belle ouvrage qui, vous n'en serez pas surpris, vous donne comme des envies,peut-être de relire les écrits du grand Vitruve, mais aussi de prendre la route du Sud. En direction d'une certaine Pompéi, par exemple, cette riche cité campanienne «victime d'une odieuse saute d'humeur de la Nature», que vous découvrirez ou redécouvrirez autrement avec ce "guide" de la construction romaine. N'en déplaise aux caprices du Vésuve, il est des bâtisseurs qui ont conclu comme un pacte avec l'éternité. Jean-Pierre Adam nous les rend en tout cas étonnamment présents.

"La construction romaine", de Jean-Pierre Adam, éditions Picard, 5ème édition 2008, 368 pages.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marc Chartier 397 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte